lundi 1 mars 2010

Lettre ouverte de Bernardo

Pour la première fois dans mon blog, un billet qui n'est pas de moi mais de mon fidèle Bernardo. En quelques mots, son vrai nom c'est Bernard Tomianka, sympathique grande gueule et grande sagesse sur l'adoption internationale, fondateur et très longtemps président de l'excellente APAEC. Je lui ai proposé cette lettre ouverte car plusieurs de ses messages n'arrivaient pas à passer sur mon blog.
Il est le bien venu, et je lui laisse la parole.






LETTRE OUVERTE A UN AMI

Cher JayVee

Sophie Marinopoulos et Pierre Lévy-Soussan sont mes amis. Jean Vital de Monléon est mon ami. Quand mes amis sont borgnes, je les regarde de profil. Mais quand ils se balancent des scuds les uns sur les autres, ça me fait bien chier….Tu cognes sur mes amis, mon ami, et je n’aime pas, même si tu as tes raisons (ton billet du 21 février).

Que Sophie et Pierre aient décrit ce qu’ils ont vu à Orly est leur droit. Leur devoir aussi. Qu’ils en tirent des conclusions trop hâtives, ça c’est carton jaune. Même si les faits qu'ils décrivent sont exacts (ce dont je ne doute malheureusement pas), leur texte est beaucoup trop "réducteur". Ils ont raison de rappeler que l’adoption n’est pas un acte humanitaire, mais leur appel à des mesures spécifiques propres à l’adoption à ne pas confondre avec les exigences des sauvetages humanitaires, n’a évidemment pas été entendu par les autorités, qui n’ont voulu voir qu’un comportement délétère des parents. Membre du CSA, tu es bien placé pour savoir que nos gouvernants désiraient depuis un certain temps interrompre toutes les adoptions individuelles (Haïti, Russie, Mali, …et peut-être aussi Polynésie ?). Le rapport de Sophie et Pierre, de même que celui de B. Golse, apportent la clé définitive aux autorités pour fermer la porte aux adoptions par démarche individuelle. Nous, associations de parents, demandions qu’avant d’interrompre ce mode, on mette en place des dispositifs de remplacement. C’est raté. De nombreux enfants iront en Italie ou en Espagne (pays où l’adoption était quasi-inconnue il y a encore 10 ans) plutôt qu’en France et il ne nous restera que l’AFA (qui se débat avec ses autorités de tutelle) et nos OAA (configurés comme des petits clubs amateurs, à 2 ou 3 exceptions près, et à qui on demande de fonctionner comme des pros sans vraiment leur donner – ou leur imposer – les moyens).

Résultat des courses : blocage complet des nouvelles arrivées. Jusqu'à quand ? Et quelles mesures sont prises pour ces enfants en "suspens" ? Qui s'occupe d'eux pour le moment sur un plan physique, moral, psychique ? Ne sont-ils pas, d’une certaine façon, victimes innocentes d’une rivalité Kouchner-Morano ?

Mais que fallait-il faire pour offrir la meilleure protection possible à ces enfants dans cette situation de catastrophe totalement inattendue et imprévue (imprévisible, même) ?
Je suis convaincu que laisser les enfants en Haïti aurait été la pire des solutions. Les débarquer brutalement dans les bras de leurs parents adoptifs n'était peut-être pas non plus la meilleure solution.
Mais il ne me semble pas que le stage en Guadeloupe soit la panacée. Elle a bon dos la langue créole (je ne suis cependant pas sûr que le créole guadeloupéen soit tout à fait similaire au créole haïtien). Même si les situations ne sont pas superposables, on ne peut pas dire que le fait de ne pas parler français ait posé un grave problème psychologique à nos enfants adoptés depuis des dizaines d’années.
En Guadeloupe, il y a les cocotiers, la chaleur et le créole, mais à part cela, c’est un nouveau déracinement pour les enfants et à 40 enfants pour 15 jours, cela va ralentir considérablement le système. C'est tout le monde (enfants, parents, encadrants, etc.) qui se trouve dans un environnement inconnu et c'est créer une structure nouvelle et peut-être même traumatisante pour les enfants déjà psychiquement cabossés par le séisme et ses conséquences, avant de les trimballer à nouveau dans un nouveau pays. Pour les parents aussi, cela ne va pas servir à grand chose car ils ne comprendront pas pour autant le pays de leur enfant, ni ses désarrois.

Pourquoi ne pas avoir envisagé un accueil en France dans des lieux collectifs (genre pouponnières pour des enfants de 0 à 12 ans…), encadrés par du personnel qualifié (dont des bons psys !), avec la visite d’Haïtiens de France qui pourront leur parler en créole et servir d’intermédiaires. On peut certainement trouver de nombreux bénévoles haïtiens qui auront envie de donner un peu de leur temps pour ces enfants et leur expliquer leur vie future en leur présentant leurs parents.

Les parents pourront, comme dans le cas d’une adoption française, prendre connaissance de leur enfant peu à peu jusqu’à ce qu’enfants et parents puissent partir ensemble construire leur vie de famille. En cas d’échec, qui peut toujours se produire, les uns et les autres pourront être soutenus par les professionnels en place. On recrée ainsi le « sas » que préconisent les autorités françaises et que pratiquent toutes les ASE.

Encore aurait-il fallu, dans ce cas de figure, que les parents ne soient pas tous à Orly et que les enfants arrivent incognito. Je ne sais pas si c’était possible…

Je ne sais pas pourquoi cette solution n’a pas été envisagée. Peut être que je me trompe complètement, je ne suis pas psy…

J’anime et participe depuis de nombreuses années à des réunions avec des postulants, concernant un pays où les procédures sont d’une grande simplicité, d’une grande efficacité et d’une grande transparence (parce que le pays d’origine en question s’est doté de la volonté et des moyens de mettre en place une structure de contrôle efficace). Je déplore néanmoins de voir de plus en plus monter un certain « consumérisme » dans le désir d’adoption (« Je désire un enfant, donc on doit me le confier » - je schématise volontairement). Je ne suis donc pas étonné si des parents adoptifs ont fait de grosses gaffes à Orly (l'angoisse ? l'attente ? les caméras ? l'énervement ? le contexte politique, social, psychologique ? un manque de préparation et d’écoute ? l'ensemble de tout ça ou tout autre facteur), mais on ne peut pas généraliser à partir de cela et mettre en accusation tous les parents adoptifs d'être à l'affût de l'enfant à tout prix.

Toutefois, dans ce contexte, il y a un deuxième point que j’aimerais souligner et qui me désole un peu dans ton blog de ces dernières semaines : la plupart des commentaires sur tes derniers posts. Il ne s’agit que de parler de son propre cas, de son propre enfant, de son propre problème. Ce sont des commentaires du style « Merci Docteur d’écrire ce que j’ai envie d’entendre » ou « Laissez-moi vous exposer mon cas ». Je force volontairement le trait et je schématise mais je ne suis pas loin du fond de ces messages.

Aucun message disant « "on vient de rencontrer notre enfant d’Haiti ; pour l'instant ça a l'air d'aller, mais on n'est pas tranquilles ». Aucun qui n’exprime une peur du lendemain, aucun qui ne semble se dire qu'après toutes les épreuves qu'ils ont subies, ces enfants sont sans doute terrorisés à l'idée que s'ils se rebellent de quelque façon que ce soit, on va à nouveau les retrimballer ailleurs. Qu’ils sont donc aujourd’hui dans une position de « stand-by ». C'est pas le syndrome de l'aéroport de Bogota, eux, c'est l'angoisse des secousses de Port au Prince. La résilience d'accord, mais pour rebondir faut d'abord tomber. Laissons- les poser leurs valises et on verra d'ici quelque temps comment ils ont vraiment digéré les événements. Ce n’est pas qu’avec de l’amour et des bons sentiments (même si c’est une condition nécessaire) qu’on crée une famille.

J’aimerais une vision plus large et plus ouverte, une vraie prise de conscience collective des problèmes auxquels est aujourd’hui confrontée l’adoption internationale en France. Ce n’est pas uniquement le cas de mon Mickaël, de ma Laura ou de mon Christian, bloqués en Haïti et dont je reçois des nouvelles tous les jours et qu’il faut faire venir par tous les moyens en France parce que c’est le mien, mais c’est le cas de milliers d’enfants qui ne seront plus adoptés par des Français, parce que l’adoption par démarche individuelle (c’est-à-dire ne passant ni par l’AFA, ni par les OAA, voir plus haut) va être supprimée.

Dans cet esprit, que les positions de Marcel Rufo dans le Parisien du 15 février puissent ne pas faire réagir, ça me court-circuite les deux neurones qui me restent. Le pompon ! On peut déconner sur tes copains Georges de la Jungle ou quelques courageux anonymes. Là, c’est du sérieux. C’est un mec connu de ma concierge, le Rufo. Dans cet interview, cet éminent spécialiste de l’adoption (il a dû faire 2 papiers sur ce sujet dans sa vie et deux émissions de télé) préconise le sas guadeloupéen (Morano-Rufo, la charnière de l’équipe du Ministère de la famille) et un suivi psychologique annuel des enfants adoptés jusqu’à leurs 18 ans. Eh ! vous avez bien lu, tous (je m’adresse à tes lecteurs, mon bon Docteur) : une mise sous tutelle de tous nos enfants jusqu’à leur majorité ! Vous acceptez ça, vous ???? C’est à cet article qu’il faut 87 réactions ! Or, à part le MASF, je n’ai pas vu beaucoup de réactions.

Je ne suis pas sûr qu’en publiant leur article, Sophie et Pierre aient pris conscience de l’apport considérable qu’ils offraient aux autorités pour tout bloquer. Je suis en revanche convaincu que Rufo, lui, savait. C’est pas mon copain.

Je continuerai à seller ton cheval aussi longtemps que tu le voudras, Senor Z, mais si tu me dis « Bravo », je t’en colle une !

Con alma,

Bernardo

22 commentaires:

crolet mj a dit…

Bonjour,
Eh bien moi je suis profondément attristée mais aussi scandalisée d'apprendre que les adoptions individuelles vont être interdites; Pourquoi? je trouvais avec seulement mon "statut" de mère, que l'enfant qui pouvait éviter le passage d'une "crèche" avait un traumatisme en moins. Je rappelle pour y être passée, que les procédures sont encore bien plus contrôlées et pire encore que les personnes des ambassades sont toujours suspicieuses. Désolée mais cette interdiction me rend folle de rage. Je pourrais encore dire, mais je ne veux pas être plus désagréable face aux administrations car j'ai tendance à généraliser alors que j'ai eu à faire à certaines personnes charmantes du Ministère des droits de l'Homme qui ont compris que mon souhait d'adopter était sincère et vital dans mon cas. Voilà encore un coup de gueule mais je ne peux m'empêcher de rebondir quand il s'agit d'Etres Humains sans défense et sans avoir un mot à dire.

Anonyme a dit…

Je suis une maman célibataire qui a adopté en individuelle. Forcément, toutes les OAA agrées par le CG de Paris ont refusé mon dossier parce que :
1. j'avais plus de 35/40 ans
2. j'étais célibataire

ça veut dire quoi : que l'immense bonheur que je connais depuis 5 ans avec ma fille va être refusé à tous les célibataires ?
ne nous leurrons pas, c'est exactement cela. Seuls les couples bien standards pourront encore adopter et encore...il leur faudra être patients.
Quelle tristesse ?

pour moi c'est fini mais je pense avec infiniment de compassion à tous ceux et celles qui feraient des parents "presque parfaits" mais qui ne pourront plus.

quant à accepter une mise sous tutelle de nos enfants jusqu'à 18 ans c'est risible et infaisable.

j'espère que tout cela retombera come un soufflé...

Anonyme a dit…

Moi aussi je suis maman célibataire. Ce que la France me donne pas la législation sur le droit d'adopter, elle me le retire en supprimant les procédures individuelles, car je suis refusée par toutes les OAA en tant que solo.
De plus, la France jette la suspiscion sur ses propres collaborateurs : Ambassades, SAI, qui vérifient les dossiers et délivrent les visas et autorisations d'arrivée sur le territoire français et sur les adoptants comme moi.
Un énorme énorme coup de gueule !!!
Mais quel est ce pays qui se dit celui des droits de l'Homme.

Anonyme a dit…

Je ne comprends pas ce qu'il se passe en ce moment avec toutes ces attaques violentes contre l'adoption et les parents adoptifs (ces "hysteriques" avec leur "droit a l'enfant" qui n'hesitent pas a "deraciner" et "traumatiser" un enfant pour leur "plaisir egoiste" ou leur envie irrepressible de "sauver un enfant" alors qu'il y a le parrainage bien sur : que d'horreurs! Que d'ignorance! Que de haine!)...
C'est comme si on decouvrait soudainement que la rencontre est aussi une separation, une rupture avec le peu qu'un enfant avait comme reperes, et on remet en cause sur cette seule constatation tous les bienfaits ulterieurs de l'adoption! Et les parents adoptifs de se justifier, de se culpabiliser... Stop!
Remettons les choses en place, l'abandon et la vie en institution traumatisent les enfants, l'adoption est le plus souvent une possibilite de nouveau depart, meme si elle demarre de facon maladroite et ne resoud pas toutes les souffrances anterieures des enfants.
Qu'est-ce qui ne tourne pas rond en ce moment, meme le petit monde de l'adoption se tire dans les pattes, soutenons-nous mince alors!
Adopter est une demarche particuliere que tout le monde n'a pas la capacite de faire grandir dans son coeur, arretons de culpabiliser et de nous auto-flageler! Notre coeur est pur, apres oui l'amour ne suffit pas, mais enfin c'est quand meme la base de tout, ce qui a manque le plus aux enfants abandonnes, ce que nous pouvons essayer de leur apporter dans la mesure de ce que peu a peu ils sont prets a recevoir.
C'est quoi ce delire les adoptants? Vous n'etes pas surs de votre choix? Moi j'ai beau lire tout ce que je peux sur l'adoption et ses difficultes, je suis sure que devenir parent par l'adoption est une formidable aventure humaine pour tous, j'assume completement, je sais au fond que je suis dans une demarche saine et juste, meme si risquee.

Quand je vois les mille et une questions que se posent les parents adoptifs, leurs precautions infinies, leur respect de leur enfant dans sa singularite, je leur dis chapeau! On en demande pas le quart aux parents biologiques.

Les sas? N'importe quoi. Un changement supplementaire (nouveau lieu, nouvelles tetes...) pour un enfant qui en a deja eu trop dans sa petite vie.

S'adopter, je t'adopte, tu m'adoptes, "adopter" quel mot magnifique! Je pense que nous adoptants, futurs adoptants devrions arreter de nous justifier sans arret, et nous entraider un peu plus contre toutes ces attaques injustifiees.

Toute ma sympathie aux parents qui attendent avec inquietude leur enfant reste a Haiti. Courage!

Nenette, maman de deux enfants, en cours d'adoption

Moushette a dit…

Bernardo,

Muy bien !!! Et bravo ;-) pour cette intéressante intervention, bravo d'exposer ton inquiétude vis à vis de l'arrêt de l'adoption individuelle que je partage totalement avec toi, bien que n'était pas directement concernée vu que je fais partie des amateurs de l'adoption comme tu le dis si bien !

Pour en revenir à tes potes, Sophie et Pierre, je comprends ton malaise de les voir se faire fusiller par toute la blogosphère, JVM y compris. Mais tout de même, ne l'ont-ils pas mérité au vue de la gravité des conséquences de ces ecrits et des approximations qu'ils contiennent ? Et de balancer cela sur le net afin que chacun puisse interpréter ça à sa sauce comme l'a fait le MAE ??? Ce ne sont pas des "bleus" dans l'adoption, je ne vois aucune circonstance atténuante pour les excuser. On ne juge pas le sort de milliers d'enfants (et de leurs familles) sur qqs minutes passés dans un aéroport, zut alors !

Les conséquences sur les enfants adoptés Haïtiens et les autres ont les connait maintenant, et on ne les "remerciera" jamais assez pour cela : les enfants haïtiens continuent d'avoir faim, d'être malades, de dormir sous les tente sous la pluie par crainte des des répliques. Et la saison des ouragons approche à grands pas. Est ce là quelque chose de moins traumatisant que les rapatriements décriés par tes potes ???

Personnellement, ce n'est pas tes potes que je critique le plus, mais surtout ceux qui se sont basés sur ce type de témoignage approximatif pour prendre la décision d'arrêter les rapatriements. Il y a là une telle évidente méconnaissance de l'adoption de la part de nos décisionnaires, cela m'attriste, m'inquiète, me déçoit et me décourage un chouilla. Mais malgré tout je continue mon travail de fourmi avec maintenant la peur de me retrouver un jour dans une situation où je n'aurai pas l'appui de mon gouvernement pour l'intérêt de "mes" enfants indiens.

Bernardo j'ai une question pour toi qui me trotte dans la tête, alors puisque tu connais ces psys, tu as peut-être la réponse : pourquoi tes potes étaient-ils à Orly ??? Quelqu'un leur avait-il commandité un rapport sur ces rencontres parents/enfants ? Ou était-ce une démarche spontanée de la part de ces psys ?? Je m'interroge... Et je redoute de comprendre les mots "manipulation", "propagande" dans les vraies raisons des écrits des psys. Mais depuis le séisme Haïtien et la guerre qui s'en est suivie sur ces enfants Haïtiens en cours de procédure d'adoption, je suis effarée de constater bien des tentatives de ce genre.

Quant au Rufo (qui aurait joué à l'opportuniste en surfant sur le buzz ???), j'aimerais bien que tu nous donne le lien de cet article histoire que l'on aille tous lui mettre les 87 commentaires...

Quant au sas de Morano j'avais cru comprendre qu'il aurait pu être un lieu de rencontre entre les parents et leurs enfants avant leur retour en France ensemble, je trouvais cette idée bonne, car pour moi il est essentiel que les parents puissent venir au pays de naissance de leur enfant et passer du temps avec lui là bas avant de rentrer en France ensemble. Les vols commerciaux semblent se réouvrir à PaP, mais cela me semblerait plus simple pt de vue logistique et plus sain pour les familles et leurs enfants si la rencontre pouvait se faire en Guadeloupe, du moment qu'on ne perd pas trop de temps à organiser tout cela.

Chaque jour compte pour ces enfants, mais nos décisionnaires sont bien loin des préoccupations de directrices de crèches haïtiennes...

Un Saludo a ti y a JVM,

Moushette

Brigitte & lilou a dit…

Certes on peut regretter que les précédents messages sontr la plupart de parents parlant de leur cas (pour la première fois en 6 semaines ils se sont sentis écouté/compris...bref c'est humain).
En revanche je pense que tous sont inquiets au-delà de cette attente, aucun parent en attente ne peut ignorer l'inconnu de ce traumatisme supplémentaire, pour les enfants et pour les parents, et Bernado, leur silence à ce sujet n'est pas forcément la politique de l'autruche, mais une peur de se prendre encore un coup sur la tête... en l'exprimant... dès fos qu'on leur enverrait un psy ou qu'on leur dise que leur agrément ne correspond plus à l'enfant attendu...
Je suis inquiète pour l'adoption en individuelle, je suis furieuse pour tous ces enfants bloqués en Haïti,pour tous ces parents inquiets... je ne parle pas de Rufo, car bien que je connaisse sa position contre l'adoption depuis 12 ou 13 ans je pense que là il ferait mieux de se taire... mais ce n'est pas son genre surtout si l y a une caméra ou un journaliste pas loin...
bref Bernardo oui il y a de quoi se faie du mourron bien au delà de son histoire personnelle.. mais il y a un temps pour tout, que les parents en attente en Haïti se concentrent sur leur histoire perso.. et c'est déjà énorme, et que les associations, les parents adoptant, les pro puissent grâce à leur recul veiller au grain...

Véronique a dit…

"Qui n'entend qu'un son n'entend qu'une cloche", Bernardo, et je vous remercie de votre message (Merci au Dr JVM de l'avoir diffusé). Un peu de recul fait du bien. J'ai même presque douté de mes colères de ces dernières semaines... et puis non, à la relecture nous sommes du même bord!
1) on ne peut pas demander aux parents qui attendent leur timoun en danger toulabalaba d'être sereins, objectifs, et de prendre le nécessaire recul!
2) je finis par me demander si non seulement certains n'ont pas "surfé sur le buzz" pour faire valoir leur point de vue sur l'adoption, mais si en plus d'aucun n'ont pas carrément instrumentalisé tout ça! Je pense que les 2 psys en question n'ont pas mesuré la portée de leur aricle, ou alors ilq baissent dans mon estime. Et leur article a été le bon pretexte pour nos autorités!
3) il ne manquerait plus que des parents aux abois profitent du retour des vols commerciaux pour Haïti et aillent à PAP, et que ça se passe mal : vous voyez le tableau? Un peu comme si on les avait poussé à le faire, pour servir de (mauvais) exemple...
@micalement
Véronique, maman solo grâce à une OAA mais dont toutes les cop's solo ont adopté HONNETEMENT en individuel.

z e n c h a dit…

Sas ou pas sas (de Morano)?

Je rejoints l'avis de Moushette :

Quant au sas de Morano j'avais cru comprendre qu'il aurait pu être un lieu de rencontre entre les parents et leurs enfants avant leur retour en France ensemble, je trouvais cette idée bonne, car pour moi il est essentiel que les parents puissent venir au pays de naissance de leur enfant et passer du temps avec lui là bas avant de rentrer en France ensemble.

Soit vous arrachez une plante avec toute la délicatesse requise, soit vous l'arrachez brusquement.

Il faut choisir.

Anonyme a dit…

Les parents adoptifs n'"arrachent" pas un enfant, ils lui donnent une base solide sur laquelle grandir : une famille dont ils étaient privé, un repere enfin solide et stable.

Aller chercher son enfant dans le pays ou il est né, decouvrir son cadre de vie, les personnes qui se sont occupées de lui, c'est bien sur ideal quand c'est possible, hors circonstances exceptionnelles comme aujourd'hui a Haiti. Je ne suis pas sure que trimbaler les enfants de centre provisoire en centre provisoire soit bon pour eux en attendant de rejoindre enfin leur foyer definitif.

Nenette

cerisette a dit…

Merci pour cet excellent article. Il y a plusieurs points qui sont effectivement plus clairs maintenant que Bernardo l'a écrit noir sur blanc. Il me semble évident que le séisme est une bonne occasion pour notre French Doctor d'arrêter l'adoption individuelle. Tous ces discours ignobles qu'il a pu prononcer à la tribune de l'Assemblée Nationale... c'est tout bonnement incroyable ! Oser dire que les individuels n'ont pas de jugement d'adoption, ça fait hurler ; d'autant plus que cela revient à déconsidérer le travail des services consulaires et du SAI alors que chaque dossier d'adoption est scrupuleusement examiné avant d'obtenir le feu vert.
Merci aussi d'avoir souligné la taille très critique de certaines OAA. Celle qui a accepté ma candidature (alors que je suis une vieille célibataire de plus de 40 ans) a été débordée très vite et était confrontée à sa première situation de crise... Résultat : une belle engueulade téléphonique.
Sabine, en attente de Salomé (Lidia, bientôt 6 ans, survivante NDN), inquiète pour le mental de sa timounette car elle a perdu sa meilleure amie dans l'écroulement de la crèche, inquiète de devoir aller chercher sa fille en Haïti alors que l'approvisionnement ne se fait que par des ONG et que j'ai la désagréable impression que je vais manger la ration des Haïtiens en détresse

Servanne, a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Servanne, a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Romi a dit…

Bonsoir,

Pourquoi avoir dit merci au doc ? parce que j'ai enfin eu l'impression de ne pas être une voleuse d'enfant, l'impression d'être comprise, l'impression que ma colère était justifiée ...
après tout ce que nous avons pu lire sur la toile, vue à la télé les reportages, les articles où l'adoption en Haiti rime avec vol d'enfant !!!

Je ne connais pas vos amis psy, mais je suis toujours aussi en colère contre eux. Car justement, ils sont psy ... ils savent très bien l'importance des mots ....
Alors, sur un rapport, ils ont condamnés ces enfants à vivre pour certains sous leurs tentes, et c'est à mes yeux impardonnables.

Pour des psys, penser que c'est mieux pour des enfants de vivre dans de telles conditions, là, je ne comprends, mais voilà je ne suis pas psy ... juste humaine !!

et concernant Rufo, je n'ai pas vu l'article, et c'est bien dommage !!!

je reprends votre proposition "sur Pourquoi ne pas avoir envisagé un accueil en France dans des lieux collectifs ...."
et donc cet accueil serait aussi valable pour tous les enfants adoptés qui viennent du Mali, de Chine ou d'Argentine ... avec du personnel qui parle leur langue ??
Etrange proposition !!
pourquoi ne pas proposer une aide psy aux parents ? mais de vrais psys, pas comme la personne que nous avons eu pour notre agrément …

Michèle, qui a la chance d'avoir ses enfants au chaud, au sec sous leur couette ...

Romi a dit…

j'ai oublié de dire une chose :
pour l'instant, l'important c'est de réunir toutes les familles, et après on pourra s'attaquer au combat pour maintenir l'adoption en individuelle !!!

Michèle, qui a adopté avec son mari en individuel ...

Marie-pierre colombé a dit…

moi aussi les propos de rufo m'ont fait peur et aussi que certains CG, surement pour bien faire, commence à envoyer des courriers aux parents ayant pu accueillir leur enfant récemment qui ne semble plus faire la différence entre proposition d'aide et ingérence dans l'intimité des familles, et dès vendredi dernier j'ai transmis ces renseignement à EFA 76. car je suis de la seine maritime et il me semblait que ça les concernait,ils m'ont répondu que le cg 76 ne pratiquait pas dans ce sens, je vais essayer de toucher directement la fédération nationale car non je ne souhaite pas que nous soyons mise sous tutelle ma fille et moi, comme je ne sais pas ce que nous prépare les éminents experts là bas sur les conditions de la rencontre mais si il y a une chose dont je sois sûr c'est que je ne souhaite pas qu'elle se fasse sous le regard de nos brillants experts qui sont allés trop loin dans la suspicion et l'infamie qu'ils ont jetés sur les parents adoptants, je suis psy moi aussi,je peux comprendre intellectuellement qu'ils aient été dépassés par l'instrumentation politique du conflit morano kouchner, qu'ils aient aussi surenchéri sur les propos de certains autres collègues etc je peux comprendre leur fourvoiement mais une chose est sûr je ne peux envisager émotionnellement sereinement de rencontrer de visu ma fille pour la première fois sous leur oeil que je ne pourrai faire passer du côté de l'aide et non du juge...et ça c'est de leur responsabilité; quelque soit les constats qu'ils aient pu faire à orly et dont moi non plus je ne conteste pas la réalité possible ils n'avaient pas à le médiatiser de cette sorte et faire un rapport publique aussi infamant...que ma rencontre avec ma fille soit encadré par des professionnels anonymes n'ayant pas participer au massacre qui vient d'avoir lieu pourquoi pas...je ne veux pas dire que je ne ressens pas parfois un peu d'inquiétude sur cette rencontre et que ça me parait normal, et qu'un peu d'aide me paraisse inutile mais pas par eux... et j'espère qu'ils auront le bon goût au moins de pouvoir l'envisager!

Marie-pierre colombé a dit…

suite, le premier commentaire ayant trop de caractères: Si ces cassandres de tous les malheurs à venir peuvent encore réfléchir un peu...nous ne sommes pas rentré dans cette polémique tous traumatisés-tous très bien car elle m'a paru tout à coup complètement obscène, certains enfants sont en grande difficulté, leur famille avec et ce n'est pas si étonnant étant donné ce qu'ils viennent de vivre, le pire étant que grâce à ces experts tout cela passe à la trappe...
votre réaction m'a donné l'envie de vous répondre,
non vous n'êtes pas le seul à prévoir des conséquences désastreuses à tout cela, vous avez pu avoir le droit de répondre et ce n'est pas si facile,
j'ai essayé moi aussi d'échanger avec ces collègues, en pure perte...mais je peux imaginer que leur boite mail a été débordé par les messages d'insultes qu'ils se sont attirés...
par rapport aux démarches individuelles je pense aussi que le traitement du dossier par Mr kouchner s'est déroulé orienté dès le début par le désir de faire signer au gouvernement d'Haïti la convention de la Haye ce qui me paraît comme une parfaite ingérence dans le droit de ce gouvernement de ne pas signer: cette convention quelque soit ses beaux objectifs me paraît aussi démuni de possibilités d'actions réelles que la création de l'onu entre les deux guerres de 14-18 et de 39 45, c'est à dire aussi inefficace et ne servant qu'à donner bonne conscience aux pays civilisés qui la proposent voir l'impose...comme la déclaration des droits de l'homme n'empêche en aucune façon que ces droits soient spoliés dans tous les coins de la planète...en Haïti le plus sûr moyen de lutter contre tous les trafics seraient d'assurer un contrôle réel des différentes crèches: je ne crois pas que l'ambassade française de pap s'en soit encore donné les moyens, je sais par contre que l'ambassade allemande l'a fait avant le séisme, à noël dernier,dans la crèche où est actuellement accueilli ma fille, en utilisant en outre l'appui d'une association humanitaire ce qui a permis l'organisation d'une petite fête...Voilà ce que votre message m'inspire,
je m'appelle Marie pierre Colombé, je suis adoptante à la fondation don d'amour, ma fille fait partie des 120 dossiers avec jugement encore bloquée là bas, où elle survie dans la coure de sa crèche, sous tente avec les pluies qui commencent à tomber...

Moushette a dit…

Zench, nous sommmes d'acc' pour une fois ??? Ca mérite un sabrages de champ' virtuel tiens ;-) !

Par contre pour transplater une plante dans mon jardin , j'utilise par ex un couteau desherbeur pour faire les choses en douceur ;-) ... Et contrairement au jardinage, je constate souvent que mes petites plantes indiennes, souvent grandes, actrices et motivées pour leur adoption se déracinent d'elles-meme en douceur tant elles sont motivées de profiter de toutes leurs feuilles de leur nouvelle vie en France...

Pr Bernardo, je rejoins les autres commentateurs : les parents d'enfants dans la détresse parlent naturellement QUE de leur enfant, absolument logique, le contraire serait inquiétant. Quant à nous, les acteurs extérieurs avec un certain recul et connaissances sur le French adoptionworld, c'est plutot à nous de rappeler les enjeux stratégiques et politiques qui se trament autour des tragédies individuelles de ces familles en détresse. Alors Bernardo, si tu veux que ton point de vue se fasse entendre, deviens toi aussi blogueur !!!! Pour sûr que tu auras bien des sujets passionants à aborder et un grand grand fanclub de tes écrits ! Lorsqu'on aime l'écriture, le blogging est un exercice formidable !

SOSHAITI a dit…

Bonjour,
Pouvez-vous mettre un widget SOS Haïti Enfants Adoptés sur votre blog ? Et le faire savoir ?
http://granguignols.free.fr/Widgets/
Merci. Cordialement.
Grégoire Villedey

cléclé a dit…

j'ai l'impression d'en "apprendre trop" en lisant cet article et vos commentaires;je suis abasourdie par ces nouvelles, mais reconnaissante à JVM et Moushette.
moi, je dis merci oui!merci de prendre la cause de l'adoption Internationale et là spécialement individuelle tellement à coeur, et avec tant de d'intelligence et de recul...
courage aux parents d'enfants Haitiens , pour l'attente, pour l'inquiétude que certains vivent, et pour qu'ils recoivent de l'aide afin de fermer grand leurs oreilles
!
Claire, maman adoptante d'une petite fille et en cours pour une 2 ème adoption en individuelle, pas solo cependant(!!)

Valé a dit…

Moi aussi j'ai adopté mon enfant en individuel en haïti ! et J'ai pu aller le chercher dans son pays... contrairement à des OAA qui ne se sont jamais demandés s'il faut un sas en Guadeloupe, une préparation à Orly ou tout autre chose !!! et qui débarquent les enfants dans les bras de leurs parents dans un aéroport parisien et pas sous le regards aiguisés de psychologues bien ou mal intentionnés... Parce qu'il ne s'agit pas de savoir aujourd'hui quelles étaient les intentions de vos deux amis monsieur, mais des conditions dans lesquelles vivent ces enfants. Ces enfants qui attendent que leurs parents, qu'ils ont pour certains déjà rencontrés, viennent les chercher ! Et pourquoi ne pas autoriser les parents adoptifs à séjourner avec eux en Guadeloupe par exemple ???

Anonyme a dit…

Bonjour,je veux faire juste un temoignage très honnête de cette dame qui a changé ma vie.Elle ma octroyé un prêt en intervalle de 48h et celà ma coûté pratquement rien.J'ai pu contracté un prêt de 20 000€ qui pourra m'aider à mieux débuter la nouvelle année et pouvoir financer mes projets.Le remboursement se fait selon le desir du prêteur.Avant de chercher ce prêt sur internet mes amis me l'avait deconseillé car eux autres se sont fait arnaquer à plusieurs réprises sur des sites qu'ils ne sont pas prèts de revisiter afin d'éviterles mêmes erreurs.Mais aujourd'hui je peux vous confirmer qu'il existe encore des personnes très honnêtes capables de vous aider.N'hésitez pas à la contacter si vous êtes intêressés.Et s'il vous plaît soyez honnêtes si vous voulez vraiment avoir le prêt quelque soit la somme que vous voulez.....Voici son mail: padejessica@outlook.fr

Dagrenat Michelle a dit…

Bonjour,
Témoignage d´un véritable prêt sérieux et acquis
Suite à de nombreux rejets de dossier par les banques j´ai eu mon prêt de 35.000€ par l´intermédiaire de Mme Martine NADAL qui m´a mis en contact avec un Monsieur intègre du nom Georges MICHEL. Au départ je n´y croyais pas mais ma curiosité m´a poussé à essayer mais finalement j´ai pu obtenir ce prêt. Je viens de ce part vous informé pour que désormais vous sachez à qui vous adressez quand vous serez dans le besoin.
Son email: michelfinance@gmx.fr
Contacté-le si vous êtes dans le besoin.
Bonne et heureuse année