vendredi 26 février 2010

Cela pourrait faire rire !

Pour ceux qui pouvaient regretter et penser que je n'étais qu'un béni-oui-oui, vis à vis des autorités, vous allez être rassuré par ce message !

J'ai reçu cela hier et cela m'a bien foutu en rogne, car si le fond part d'une bonne intention, la forme m'a profondément irritée.... et montre le boulot qui nous reste !



Circulaire transmise à de nombreux médecins (dont tout particulièrement les pédiatres hospitaliers) :

Objet: Prise en charge des enfants arrivant de Haïti et nécessitant des soins
Aprés le tremblement de terre qu'a connu Haïti le 12 janvier dernier, les autorités françaises ont mis en place un dispositif facilitant la venue sur le territoire d'enfants en cours d'adoption dont la procédure était achevée ou en passe de l'être. Ces enfants, dont l'âge varie entre quelques mois et une dizaine d'années, ont pu connaître des situations extrêmement difficiles et les spécialistes s'accordent à penser que leur "rapatriement" n'a pas permis une entrée normale dans l'adoption, Presque toutes les familles ont dû recourir à des consultations médicales de type "pathologies infectieuses" ou psychologiques (état de sidération, grande agitation...) dans les semaines qui ont suivi leur arrivée. Je vous demande de veiller à ce que vos établissements, et en particulier leurs services de pédiatrie et de pédo-psychiatrie, accueillent ces enfants déjà présents dans vos régions, ou gui arriveraient dans les prochaines semaines, avec toute l'attention voulue, les délais de consultation les plus courts, et qu'ils surveillent en particulier les signes indicateurs d'un symptôme post-traumatique. Au cas où ces enfants ne disposeraient pas de droits sociaux ouverts, je vous rappelle la décision de la Ministre de la Santé et des Sports d'autoriser à titre exceptionnel, l'ouverture de droits à la CMUC pour tous les rapatriés d'Haïti, quelque soit leur nationalité (lettre jointe). Je vous remercie de votre engagement.

C'est signé de la part d'une importante personnalité, très haute fonctionnaire, et sans doute après Madame Bachelot, la personne "la plus haut placée" dont je dépends en tant que médecin hospitalier : la directrice de la Direction Générale de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins.

Je ne connais pas cette dame, et je suis persuadé que son intention était tout à fait louable, humanitaire et je l'en remercie, mais je reste très irrité par le système...

Déjà ce courrier arrive un mois et demi après le tremblement de terre, un mois après l’arrivée des enfants, et quelques jours après l'arrêt des rapatriements !!!
Alors que dés le début nous avons été plusieurs à tirer la sonnette d’alarme et que les différentes consultations d’adoption se sont organisées et ont collaborées.

Si j'avais écrit la phrase : "les spécialistes s'accordent à penser que leur "rapatriement" n'a pas permis une entrée normale dans l'adoption", mon directeur de thése, trés rigoureux et sans concession (mais c'est grace à lui que je sais rédiger de manière scientifique !) me l'aurait rayée rageusement en écrivant : Paris Match (pour me repocher d'être vague et léger). Elle veut dire quoi cette phrase, c'est quoi les spécialistes? Les spécialistes de quoi de l'adoption ? Notre duo de l'aéroport ? En ce moment en France, il y en a 60 000 000 qui donnent tous leur avis.


Celle-ci m'a fait encore plus frémir : "Presque toutes les familles ont dû recourir à des consultations médicales de type "pathologies infectieuses" ou psychologiques"

Et les consultations d'adoption, elles sentent le pâté ?
Un enfant adopté c'est juste des problémes psychologies et infectieux ?

Le but des Consultations d'Adoption, c'est de voir un enfant adopté dans son ensemble : les bêbétes tropicales bien sûr, son état psychologique bien sûr, mais aussi sa nutrition, sa croissance, son développement, ses différents systèmes (hépatique, dermatologique, neurologique, etc, etc....) et plus encore son entourage, son bien-être général. Et ceci avec le même interlocuteur, sans passer devant chaque spécialiste comme cela se passe dans les hôpitaux russes.
Certains spécialistes de la pédiatrie tropicale ont débuté une consultation d'adoption uniquement sur ces connaissances propres. Ils se sont vite apperçus (où les familles qui venaient les consulter s'en sont apperçu pour eux) que cela ne suffisait pas, beaucoup ont changés leur fusil d'épaule et font maintenant de vraies consultation d'adoption, les autres ont vite arrétées cette prise en charge !

Et puis, alors que depuis des mois, à la demande des cabinets des affaires étrangères et de la famille, et la présence du cabinet de Madame Bachelot, les réunions se multiplient pour parler de l’avenir des Consultations d’Adoption, et du moyen de les financer, la directrice de la DHOS n'en parle pas, alors qu'elles semblent les plus aptes pour accueillir ces enfants ! Non ???

Je vois deux explications possibles :
soit elle ne sait pas qu'elles existent
soit elle ne veut pas en parler car cela justifierait leur rôle, et impliquerait une reconnaissance et un financement que nous demandons depuis longtemps !

Dans les deux cas cela m'attriste.

12 commentaires:

Brigitte & lilou a dit…

ils parlent de vous sur le dernier communiqué du MAE "Il existe actuellement 14 Cocas en France. Le Secrétariat d’Etat à la Famille et à la Solidarité a prévu d’en créer une 15ème à la Guadeloupe, qui pourrait, pour les familles qui le souhaitent, servir de sas afin de favoriser les premiers contacts entre enfants adoptés et parents adoptants."
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/adoption-internationale_2605/actualites_3230/2010_19952/haiti-situation-au-25-fevrier-2010_80381.html
Brigitte

jerome a dit…

L'educatrice de notre fils jerry en cours d'adoption à haiti(qui avait été transféré en martinique pour
raison sanitaire) a essayé de nous joindre toute la nuit mais avec le décalage
horaire, nous dormions, jerry est transféré dans un foyer aujourd'hui a
14heures...( un garage selon les termes de psychologue de jerry),
NOUS n'avons pas été prévenu, et on nous avait assuré : LES SERVICES DE L'ETAT
MAE, SAI etc que jerry s'il ne venait pas chez nous irait dans une famille
d'acceuil ou l'on prendrait soin de lui.......
nous nous agitons dans tout les sens, nous rappelons en ce moment tout les gens qui nous avaient fait des promesses...
Nous voudrions bien avoir l'avis des psychologues et psychiatres qui parlent sans connaître l'adoption sur cette décision???
nous préférerions que jerry rejoigne sa soeur en Haiti (et oui il y a aussi séparation de la fratrie), il serait au moins entourés de tous les gens qu'il aime

stephanie et jérome à bout

Images a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
happyfamily a dit…

Tout ceci est tellement atterrant que je ne sais même plus quoi en dire... Bon courage à Jerry et à ses parents, Docteur, n'avez vous pas l'impression parfois de vous battre contre des moulins à vents, j'admire votre capacité à ne jamais vous décourager !

bernadette a dit…

bonjour,
nous pouvons être d'autant plus en colère que, de toute façon, à chaque adoption, il devrait y avoir un suivi rigoureux de l'enfant dans sa famille, une aide réelle apportée aux familles qui rencontrent des difficultés auxquelles elles ne s'attendaient pas, plutôt que le suivi inquisiteur auquel elles ont droit actuellement. Je pense que la place des enfants d'Haïti et dont le jugement est validé devraient être tous présents dans leurs familles adoptives plutôt que de les faire passer par des "sas" qui sont autant d'interlocuteurs en trop pour eux. Ce n'est pas à Haïti qu'il faut mettre quelque chose en place, dans l'urgence, mais en France... des familles qui rencontrent des difficultés lors de l'accueil de leur enfant, il y en a depuis toujours !! qu'on arrête de nous faire croire que les symptômes post-traumatique au séisme ne peuvent pas se traiter directement ici !!! ou alors, c'est toutes les procédures d'adoption qu'il faudra revoir dans le futur !!! il y a des professionnels sérieux dans tous les départements (publics ou privés) qui peuvent aider ces familles et les enfants... pour ma part, j'organise un café des parents spécial le 2 mars pour répondre aux questions des parents et futurs parents d'enfant d'Haïti, justement pour permettre à chacun d'exprimer son vécu, mais aussi de poser des questions et à tous de trouver des pistes, ensemble !!! et de façon pragmatique...

Bernardo a dit…

Mon pôvre Docteur, t'as rien compris !
Le Ministère de la Santé est le dernier endroit en France où se pratique un vieux mythe typiquement français : l'humour carabin à toute heure.

C'était juste pour rire, JayVee, qu'elle t'a écrit ça, à toi et à tous les autres qui ne comprennent rien. Si j'étais l'Os à Moelle, je dirais que c'est de l'humour noir pour faire rire jaune....

Mamaucy a dit…

Cher Docteur, j'espère que vous répondrez àl'auteure de la circulaire et qu'elle s'intéressera ainsi à ce sujet des COCAs et de leur absence de moyens...
Bon courage
Maya

odile a dit…

L'argent même le monde , docteur, et on peut dire que le médical et le social sont bien touchés!! pas de pétroles sous nos établissements!!que des trous sans fond!!
Oui, on se demande dans quel trouble sont nos dirigeants à ne pas se renseigner là où il faut avant de parler!!
Odile, Educatrice auprés d'enfants handicapés et outrée par ce qui arrive à Jerry sa soeur et ses parents!!

cléclé a dit…

De tt coeur avec Jerry et ses parents
restez courageux,
claire

eledut38 a dit…

Bonjour Docteur

finalement est ce que vous êtes parti ?

Anne-Marie en attente de Francine toulaba

Olivier a dit…

C'est dingue, avec le séisme en Haïti,j'ai l'impression que l'on vient de découvrir l'adoption et ses "problématiques". Avant, rien pas de suivis, pas de problèmes, le séisme puis du coup plein de pathologies apparaissent. Il suffit d'informer un peu plus les adoptants (comme si ils ne l'étaient pas) et laisser nous faire notre travail de parents. Ce n'est pas un hasard si le pourcentage d'enfants suivis est supérieur parmi les enfants adoptés... On consulte plus car dans notre attente, on se renseigne, on lit, on parcourt des blogs (certains très bon d'ailleurs..) On s'angoisse car on sait que ce ne sera pas facile tout les jours, cela ne l'est pas d'ailleurs. Et On n'a même tendance à tout coller sur le dos de l'adoption, Puis on réfléchit, on parle à de vrais parents(humour noir) qui nous disent que finalement nos enfants sont comme les leurs... Des spécialistes (lors de réunion EFA) nous confirment la chose...
Il faut juste savoir écouter nos enfants, être prêts à les aider (avec ou sans intervenants extérieurs) n'est ce pas là le rôle de tout parents?

Martine Bodin a dit…

Je viens d'avoir un appel téléphonique des services d'adoption du département où je réside. La psy qui m'avait accueillie et accompagnée dans mes démarches pour l'agrément demande à passer me voir, dans le cadre du suivi habituel... mais elle me précise aussi que c'est aussi (elle a reçu des consignes) dasn le cadre d'un suivi post-traumatique éventuel. Là moi, j'en ai marre. Certes mon fils a subi ce tremblement de terre, certes il faut prendre grand soin de nos enfants... mais je crois que moi, SA MERE, je suis a même de jauger le besoin d'accompagnement dont il a besoin. Le quotidient, c'est moi qui le vit, et je compte aussi sur tout mon entourage car j'ai confiance en leur honnèteté pour partager avec moi les inquiétudes éventuelles que le comportement de mon fils pourrait indiquer. A ce jour, IL VA BIEN !
J'ai gentiment mais fermement préciser à cette psy qu'elle venait voir un enfant adopté et non spécifiquement un enfant ayant subi un traumatisme du au séïsme ! Il y en a marre ! Mon petit garçon n'est pas une bête curieuse, un élément de statistique.
Il a aussi supporté les difficultés liés à un ouragan, à un abandon, à la vie particulière en collectivité à la crèche...mais ça, on en parle pas !