jeudi 19 mars 2009

Les petites phrases pour provoquer

Deux petites histoires une qui me plait bien, l'autre pas du tout. Elles sont là pour rappeler et prévenir ceux qui en sont au tout début du chemin que parfois à différents moments de l'adoption, des gens plus ou moins bien intentionnés vont lancer des petites phrases qui tuent, parfois pour provoquer sainement et voir la réaction de leur interlocuteur, parfois pour le plaisir de la méchanceté simple.

La chouette histoire vient de Polynésie : face aux juges ils sont 5 dont un bébé. La maman de naissance, son papa à elle qui l'accompagne car elle l'a souhaité, étant jeune et sans conjoint, et le couple qui veut adopter le bébé. Le juge est un sacré personnage, un breton qui a appris le polynésien pour être sûr d'être compris, qui a un profond respect pour le peuple et les traditions polynésiennes et qui n'hésite pas à prendre son temps pour être sûr que tout soit bien compris et que tous se passe dans les formes. Il n'a rien contre les adoptions "à la polynésienne" mais tient à ce que tout se passe dans les règles sans malversations, ce qui peut parfois arriver en Polynésie ou ailleurs...
Avec la famille biologique, il est un peu dans la provoc, il les titille, il insiste lourdement : "...et vous êtes sûr qu'ils ne vous ont rien donné en échange du bébé, et ils ne vous ont pas fait de cadeaux, ils ne vous ont pas demandé ce bébé en échange d'autre chose...". Tout à coup le grand-père explose, il n'a pas beaucoup de moyens, mais il est fier, il ne peut garder ce nouveau petit-fils dans la famille mais il l'aime et il veut lui donner un nouvel avenir. Il se léve dresse ses 120kg au dessus de la table et crie au juge : "Eh t'arrête mon petit fils c'est pas une pièce de boucherie !".
Le grand-père est un peu en colère, il se calmera vite quand on lui expliquera qu'il y a malheureusement souvent des marchandages autour des couffins, le juge lui est ravi, il est tranquilisé sur ce dossier, les adoptants sont aussi ravis, fier que leur petit bout soit issu d'une telle famille avec un tel honneur....

L'histoire moins drôle elle vient de Gaule et m'a été raconté par une jeune future maman en attente d'adoption. Elle est célibataire, jeune, pas môche du tout, cela doit suffire à en énerver certains. C'est le jour où son dossier passe en commission d'agrément. Elle sait que dans son département cette commission est un peu méfiante par rapport aux célibataires et préfère donc s'y rendre. Un des membres du conseil général va faire preuve d'une grande délicatesse, désir de provoquer pour être sûr du désir d'adoption ? tentative de séduction d'un gros lourd ? militantisme anti-adoption ? Simple sadisme ou machisme ? de toutes façons c'était déplacé !
Ah oui je ne vous ai pas dit ce qu'il a dit : "Plutôt que d'adopter, pourquoi n'allez vous pas vous faire faire un enfant dans un bar ?".... amis poètes bonsoir.

21 commentaires:

Moushette a dit…

Phrase 1 : que c'est touchant.

Phrase 2 : Quelle horreur.....

les3lulus a dit…

La première histoire est très touchante, la 2ème est horrible !!!!

Anonyme a dit…

Je n'en suis qu'aux entretiens pour l'obtention de l'agrément et la psy ne fait pas dans la dentelle. Au premier entretien, nous entrons dans la salle et Madame nous donne son avis d'après notre dossier (nous n'avons pas eu le temps de dire plus que "Bonjour Madame") D'après son expérience elle affirme que faire le deuil (nous avons perdu 2 petites filles en 2004 puis 2008) prend du temps...beaucoup de temps. Alors elle nous suggère de suspendre notre démarche. Parce qu'on est jeune (nous avons 32 ans) alors on a le temps.Et quand Madame parle de suspendre, elle ne parle pas de mois mais d'années !!! Elle nous a interrogés pendant 1 heure. Puis elle a répété, sans JAMAIS faire référence à nos propos ou notre comportement, que d'après son expérience nous devrions suspendre.

Non, nous ne voulons pas adopter un enfant pour remplacer nos filles. Oui notre projet est mûrement réfléchi.Nous a-t-elle écoutés?

Angélique sur le chemin de l'adoption

Distribil a dit…

Ah, si vous saviez (mais vous devez savoir)... on pourrait en faire un bouquin, une véritable compilation, de toutes ces petites phrases (et des répliques possibles). C'est un sujet de discussion assez récurrent entre adoptants.
Audrey

Maya a dit…

Merci pour l'histoire de Polynésie.
La deuxième histoire, je suis sûre que quasiment 100% des solos l'entendent, plus ou moins explicitement, lors de la procédure d'agrément ou auprès de leur entourage, quand elles adoptent avant que "les carottes ne soient cuites" (quel est le seuil : 45 ans ?). Les "jeunes" mamans solo que vous recevez avec leurs enfants peuvent sans doute en témoigner auprès de vous...
Maya, Paris, solo, 34 ans, deux enfants et qui n'a jamais trop aimé les bars !

NathZorro a dit…

C'est grave, mais la 2ème histoire ne me choque même plus... Pourquoi ? Parce qu'une grande majorité de solos ont droit à cette remarque avant, pendant et après l'agrément. Mais c'est vrai ça, pourquoi on ne se fait pas faire un gosse ??? On est un peu limités quand même, en plus d'être solos (c'est peut-être pour ça d'ailleurs...). Je l'ai entendu plusieurs fois y compris de la part de soi-disant professionnels de l'adoption. Tout le monde n'a pas eu le privilège de choisir l'option "poésie" à l'école...

Jean-Vital de Monléon a dit…

Merci pour toute vos réactions Mesdames et Mesdemoiselles. j'avoue qu'elles me surprennent un peu, même si comme le dit Audrey je sais qu'il aurait des livres (plusieurs tomes) à écrire sur les petites phrases qui tuent.

Je sais aussi que comme le dit Angélique la généralisation est un des pires ennemis de l'adoption. Oui faire un deuil c'est long, un deuil d'enfant encore plus (je le sais malheureusement) je coris même qu'on ne le fait jamais !
Mais ce n'est pas parce qu'on le deuil n'est pas toujours fait ou complétement fini qu'il faut s'arrêter d'avancer...
Certaines personnes auront besoind e plusieurs années pour repartir sur un nouveau chemin, pour d'autres c'est ce nouveau chemin qui peut être leur seule voie et qu'ils méneront bien.
La généralisation grand ennemi de l'adoption avec toutes les petites phrase qui tuent.

Ce qui me surprend c'est que vous me dites que toutes les mamans célibatires se sont entednus dire cela ???
Si on a cherché à les titiller pendant la démarche sur un projet futur de nouveau couple, et sur le comment elle l'envisagerait avec l'enfanta dopté, c'et normal.
Si c'est bien le " faites vous faire mettre un polichinelle dans le buffet en douce " sous cette forme vulgaire ou plus policée qui est dit c'est CATASTROPHIQUE. Si c'est de la provoc pour être rassuré par la réaction (comme mon brave juge) cela peut encore passer mais très très juste.
Si c'est réellement pensé c'est grave, cela veut dire que notre société m'inquiète sur ce qu'elle pesne des projets d'enfants... Cela veut dire aussi que ceux qui ont pu penser cela ont une sacré idée sur l'adoption.
Ce qui me vexe un peu c'est que je vois beaucoup de mamans solo, et comme tous les parents que je voies je les interroge sur le déroulé de l'agrément. Très souvent, cela se passe bien, on les titille un peu sur le célibat, mais à part l'histoire que j'ai raconté hier, je n'ai jamais eu de tels témoignages. Est ce parce que j'ai l'air si méchant que ça ? Est-ce que j'apparait comme un vendu au CG ? ou est ce que c'est comme on me l'a dit hier sur un autre blog (pour un sujet bien plus important) "pouvez pas comprendre zêtes un homme !"

Pour info sur les dérives de notre société, la pensée unique, allez voir ledernier message du blog de mon ami curé. Devrait apparaitre dans la journée un commentaire de ma main qui raconte dans d'autres circonstances que moi aussi je sais provoquer. J'espère que ce commentaire va sortir malgré la belle bourde involontaire que j'ai glissé dedans.

tigresses a dit…

Evaluation rime parfois avec jugement de valeur et petites phrases bien assassines... qui figurent parfois même dans les rapports du style petit règlement de comptes entre amis...
Sinon, LE fameux Deuil... et LE fameux enfant de remplacement... là aussi, les généralités, les élucubrations à deux euros... de quoi faire un sacré collier de perles !!! Faire son deuil... tout un programme... allez m'dame : étape 1 puis 2 puis 3... si c'était si facile...

Sourisbleue a dit…

Ce n'est malheureusement pas la première fois et ça ne date pas d'hier. Il y a une douzaine d'années, on était en période d'agrément et je lisais des témoignages de célibataires. Une assistante sociale "de bon conseil" avait suggéré à l'une d'entre elles de sortir et de se faire faire un enfant, un soir.....
Provoc?

Bernardo a dit…

Pour l'histoire 1, que j'aime ces pères dont la truculence masque la tendresse pudique !(cf Brassens : "les 4 bacheliers" - je te raconterai un jour comment mon père a loué une Rolls pour venir chercher son fils étudiant au commissariat qui m'avait invité à passer la nuit en cage pour avoir osé jouer de la musique dans la rue).

Pour l'histoire 2, je pense que ces phrases destinées à "déstabiliser" ne valent pas que pour les célibataires . Il y a là probablement un problème de formation des travailleurs sociaux. Il me semble que certains (pas tous, Dieu merci !) comprennent mal leur rôle et confondent enquête sociale/psychologique et jugement psychiatrique (j'emploie volontairement ces 2 termes antinomiques, comme beefsteack de cheval).
On a parfois l'impression que l'entretien cherche à voir quelles seront les réactions des postulants devant une destabilisation, sachant que l'enfant sera un expert ès-déstabilisation (pas besoin qu'il soit adopté pour ça).Donc on balance une ou deux vieilles gifles dans la mêlée pour voir comment les ceusses d'en face les prennent.
Quand au "deuil de l'enfant biologique" (ou de l'enfant décédé, j'ai connu cela moi aussi), ça correspond à la peur mythique de l'enfant adoptif venant "remplacer" (au sens de merle à la place de grive) l'enfant biologique qu'on n'a pas eu ou perdu. Dans le même registre, on a également droit à la demande de faire la description de l'"enfant idéal". Cela devrait être une forme de provoc, tu as raison, débouchant sur des points de réflexion à livrer aux postulants pour les faire réfléchir, mais ça ne l'est malheureusement pas toujours.
Quand à faire un recueil des conneries entendues lors du parcours de l'adoption (et après !), ça fait longtemps que beaucoup y pensent. Ca ne ferait rire (jaune) que les adoptants, et encore !

Bon c'est pas tout ça, faut que je m'occupe de Tornado.

Abrazo

Bernardo

Séverine a dit…

Je confirme les dires de Nath et Maya: la deuxième histoire ne m'étonne même pas. J'ai eu droit à la même réflexion (un paquet de fois...) et aussi, souvent, à une autre: "et Meetic, vous connaissez pas?"
Séverine, 32 ans (de cette semaine...), qui attend le feu vert pour aller chercher son fils à Hanoi.

GG a dit…

bonsoir...
pour ajouter une énième anecdote dans le sens de votre deuxième histoire:
je suis célibataire et lors d'un entretien avec la psy pour l'agrément j'ai eu droit à "mais...ça ne serait pas plus simple de se faire faire un gamin par un copain?" bon, c'est un peu plus soft que de me conseiller d'aller trainer dans les bars mais????
et avec les éducs je ne me souviens plus trop la phrase mais dans le même style aussi sauf par "quelqu'un de passage" (sic!).

(à ma décharge, j'avais 28 ans et c'est louche de vouloir adopter alors qu'il est plus simple de se faire faire un gamin et...hop!).


Bénédicte

Les Dzettes a dit…

Pas besoin d'être célibataire pour recevoir des reflexions aussi bêtes que méchantes! Comme le dit Audrey, on pourrait écrire un livre (et même plusieurs). Nous en avons eu aussi. Cela devient maintenant très genant car certains individus ne s'embarassent pas de la présence de nos enfants pour sortir des reflexions idiotes! Ma petite louloute a maintenant 4 ans et comprend - enfin je devrais dire ne comprend pas - ces phrases méchantes!
Allez, je vous livre la petite dernière qui nous a mis en colère: Nous rencontrons un vieux monsieur chez des amis. Il regarde Lili et nous demande d'où elle vient. Je lui réponds qu'elle est originaire de Chine. Il me retorque: Quelle idée d'adopter en Chine! D'abord les vietnamiennes sont plus jolies et puis, vous auriez pu adopter en France! Bon, maintenant que ça c'est là! Il faut bien la garder!
Betise quand tu nous tiens!
Sandrine

Jean-Vital de Monléon a dit…

Pour tous la meilleure arme est l'humour, je donne des recettes dans le N°150 d'Accueil est il sorti ?
N'hésitez pas à envoyer les vieux c... qui dise vous auriez dû prendre le petit d'à côté c'est plus beau ou ça rend plus service à leur miroir...

Pour mon Bernardo, chacune de tes interventions me comblent, tu es le muet le plus bavard du web...
J'adore moi aussi ces pères bbourrus mais pleins de tendresse, je ne me suis toujours aps remis de films comme Billy Eliott ou La Vie est Belle.

tigresses a dit…

Merci pour ces petites phrases dans le N° d'Accueil (reçu fin de semaine) et surtout pour l'article de fond... y'en a un paquet qui en prennent pour leur grade, et c'est tant mieux... j'en ai décidément ras le bol des consensus !!!
Sinon, Conférence de Mattéi impressionnante, comme d'hab !

Anonyme a dit…

moi j'avais opté pour la provoc directe lors de l'entretien d'agrément : (sic"
"j'ai bien pensé demander à un copain de se dévouer mais cela ne me semble pas le rôle d'un copain
+ se faire faire un môme par un mec de passage : autant de chances d'attraper le sida qu'un môme donc pas idéal
+ le don de sperme en Belgique ? pas envie de dire à mon gamin que son père est le tube à essai 2012...
bref, pas d'autre solution que l'adoption"
le travailleur social en est resté bouche bée....
ET LE SUJET FUT CLOS !

Aline a dit…

Je sais que la discussion est ancienne mais, je ne resiste pas à mettre ma petite histoire.
Moi, c'est carrément un des médecins que j'ai vu pour faire mon dossier Kazakh qui m'a proposé avec insistance de me faire un enfant...

Aline, maman d'Aroujan

Anonyme a dit…

Je découvre ce blog avec grand plaisir. Cette discussion est ancienne mais je ne résiste pas à la petite anecdote, le mari d'une amie lors d'un dinner ou j'annonçais l'attribution de mon fils (arrivé depuis en 2009) m'a lui aussi démandé pourquoi je ne faisais pas moi meme un enfant. Il a 60 ans et m'a donc proposé ses services sa femme étant occupée plus loin! ma réponse accompagnée d'un grand sourire "ha bon tu peux encore??" a clos la discussion...

Taina a dit…

Iaorana, je m'appelle Taina, j'ai lu attentivement et passionnément votre livre, je ne suis pas une maman voulant adopter mais une future assistante sociale (je passe mon diplôme cette année) et je fais un mémoire sur la double culture des enfants adoptés, sujet qui me passionne. Je suis tombée sur votre blog au hasard de mes recherches sur le don d'enfant. Même si je connais cette tradition, du fait de mes origines polynésiennes, je cherchais comment l'expliquer simplement aux personnes qui liront mon mémoire. Sans qu'ils jugent cette preuve d'amour... En tout cas merci de défendre mes origines avec tant de convictions!!!!!!!!! Nana!!!!
Taina

Sophie LE MARREC a dit…

Un livre, un recueil, ou une heure d'information seraient utile aux futurs parents. Quelques années plus tard, je lis et réagis à cet article : j'ai adopté ma fille en 2003 en Russie, les commentaires des intervenants, proches et copains tournaient souvent aussi sur la mise en question de mon choix et des propositions plus ou moins voilées de faire un enfant "toute seule". J'ai fait des démarches dans plusieurs pays et ai rencontré ma fille 4 ans après l'obtention de mon agrément ! des petites phrases assassines, j'en ai entendu ! Ce qui m'a le plus marqué, ce sont les petites phrases post-adoption, dont la rencontre avec une habitante de ma résidence, qui voyant ma poupette de 2 ans, me lance :
"je ne vous avais pas vu enceinte." Je lui répond naturellement : " j'ai adoptée ma fille "(dans les immeubles, de toute façon, tout se sait !). Elle me dit alors : " je croyais que vous étiez sa mère " ... au jeu des réparties, j'ai répondu : " en fait, vous voulez dire que vous pensiez que c'est moi qui l'ai pondu ? et bien non ! par contre, je suis réellement sa mère, je l'ai adoptée "... Elle s'est confondue en excuses.
Je pense que cela m'a fait plus rire que le commentaire de ma belle-soeur disant que sa nièce faisait déjà beaucoup plus de choses à 2 ans ! Je lui ai répondu qu'au vu des progrès réalisés en à peine 2 mois, ma fille irait peut-être plus loin...
Face au jugement et points de vue que les bien pensants s'autorisent à donner (sans qu'on leur ai rien demandé) les groupes de parole et soutiens aux adoptants sont une aide précieuse. L'adoption ne s'arrête pas à l'arrivée de l'enfant. Pour avoir eu la charge d'une association de parents adoptants, la solidarité et les échanges permettent d'échanger et de prendre du recul face à la bêtise. Sophie

Anonyme a dit…

Demande d'agrément pour solo avec enfants biologiques au foyer.

Ma mère n'a pas eu le temps d'entrer dans le bureau de la psychologue que celle-ci lui a dit "je vous le dit de suite, je mettrai défavorable : vous êtes célibataire et en plus vous avez des enfants" ... ma mère a insisté pour argumenter ... La psy n'a rien écouté, au contraire elle a démonté l'adoption, disant que "de totue manière l'adoption est vouée à l'échec" ( citation ).... charmant ... on se demande pourquoi ce genre de personne font ce métier ...