jeudi 19 mars 2009

Jean-François

Cela me fait tout drôle d'appeler ce Monsieur (avec un grand M) par son prénom. Moi qui ai le tutoiement difficile, j'ai tendance à appeler assez facilement les gens par leur prénom et c'est pourquoi pour ces messages consacrés à des personnages de l'adoption, j'ai décidé de les appeler par leur prénom. Mais ce Monsieur là (avec un grand M), je ne m'imagine pas en train de l'appeler par son prénom.

Ma première rencontre avec lui, cela a été, quand débarquant de Lyon, avec la réussite du concours de l'internat toute fraiche en poche, je choisissais pour mon premier semestre de pédiatrie d'aller dans son service de pédiatrie générale. La réputation du Monsieur (avec un grand M) y était sans doute pour quelque chose. Je ne l'ai pas beaucoup vu dans ce semestre, il était surtout occupé par ses fonctions de chef de service de génétique, ses fonctions de député (la loi de 1996 sur l'adoption c'est lui), toutes les refléxions sur l'éthique qu'il menait.

J'étais allé me présenter le premier jour, et j'avais pu constater déjà sa bienveillance son attention pour le petit interne qui débarquait.

Pendant mon internat et mon clinicat je n'ai fait que le croiser, l'informant de mes projets d'adoption, échangeant 2-3 mots au cours d'un petit trajet d'ascenceur sur son dernier livre, ses positions sur la place de l'enfant sur l'IVG, et d'autres sujets où il était toujours sage et réfléchi.

Quand j'ai été nommé chef de clinique, le hasard a voulu que mon bureau soit juste en dessous du sien, j'entendais notre futur ministre marchait quelques métres au dessus de ma tête, mais je n'ai jamais tapé sur le plafond avec un balai.

C'est paradoxalement quand je suis arrivé à Dijon, et que la Consultation d'Adoption Outremer a été créée que j'ai eu le plus de contact avec lui. Peu de temps après il a été nommé ministre de la santé mais aussi de LA FAMILLE et ça cela a été une joie énorme pour moi. Un ministre qui connait déjà tout sur l'adoption, un rêve. Malheureusement le gros dossier de la santé lui prenait tout son tempset il n' a pas eu le temps de s'occuper comme il le souhaitait de la famille et en particulier de la santé des petits adoptés...
Une saloperie de canicule, une petite erreur de communication nous a enlevé un bon ministre.

Mon Papa qui est une personne que j'aime et que j'admire beaucoup cède de temps en temps au mal bien français du "tous pourris ces politiques", il rajoute cependant sauf De Gaulle et Michel. Michel c'était son beau-frère, le frère ainé de ma maman, qui fut député, député de terrain. De Gaulle vous devez connaître, je m'ajoutais de lui répeter "il y a aussi Jean-François" et il l'admettait (il est bien mon Papa ! je vous l'avais dit).

Dans homme politique, il y en a certains pour qui ce n'est pas le directeur de la com qui décide de tout, il y en a certains qui pensent avant tout à ceux qui les ont élus avant leur carrière, et encore plus de défendre ceux qui ne les ont pas élus car ils n'ont pas l'âge de voter. Dans homme politique pour certains c'est le premier mot qui est le plus important.

Jean-François est de ceux-là, je vous le garantis.

5 commentaires:

Moushette a dit…

Bel hommage. C'est triste qu'on n'entende plus trop parler de lui suite à cette canicule.

tigresses a dit…

Pourquoi un hommage à Monsieur M avec un grand M aujourd'hui...
D'aucuns lui chercherait-il des noises ??

Jean-Vital de Monléon a dit…

Il est actuelleemnt président de la Croix Rouge Française.
A ma connaissance il va bien, et personne ne l'embête mais j'ai décidé de créer une rubrique avec des personalités marquantes (que j'aime bien) de l'adoption, il y a déjà eu Bernardo...

Bernardo a dit…

JF Mattéi est un homme honnête. Il a effectivement été victime d'une erreur considérable de communication lors de la canicule. Pour une com' loupée, c'était une vraie catastrophe ! (on peut dire qu'on lui a fait rater au moins 10 placages sur cette action, obligeant l'entraîneur à le sortir du terrain).
En ces temps où le christianisme est mis à mal par les conneries de certains, et non des moindres, j'aimerais - moi le mécréant !- saluer l'humanisme chrétien dont il a fait preuve lors des 2 lois qu'il a fait passer sur l'adoption, acceptant certaines choses qui n'allaient pas forcément dans le sens de ses conceptions mais comprenant qu'elles étaient justes et dans l'intérêt des enfants.
Je me rappelle aussi sa tristesse en 1996 quand les sénateurs ont démoli l'article 350 par 3 mots, rendant inadoptables moult enfants qui auraient pu l'être.
Il mérite ton hommage, lui !
Bernardo

Jean-Vital de Monléon a dit…

Pour des discusions sur le catholicisme et les récentes polémiques, ceux que cela intéressent.

Foncez vers le blog du curé...