mercredi 5 octobre 2011

Hervé

Une psychologue rencontrée cet été pour la rédaction d'un mémoire, m'a fait remarquer à juste titre que parfois mon discours sur les psys était un peu critique, elle n'a pas tort... ou plutôt elle n'a pas toujours tort, j'ai parfois un discours sans concessions, mais qui est trop exclusif, ou semblant comme trop exclusif.
Je suis assez irrité par le manque de "concret" de certains psys (surtout ceux de tendance psychanalytique peut être)... qui se lancent dans des démarches longues, qui refusent de communiquer avec les parents, arguant que tout cela est en relation de confiance, un travail de longue haleine.... sans doute.... mais pendant ce temps, des enfants souffrent, des parents dégustent et des familles sont en grand danger.
Et puis comme bien d'autres (mais peut être plus que d'autres) certains psys se jettent avec avidité sur les grands "standards" de l'adoption : l'abandon, la quête des origines... en oubliant que chaque enfant, chaque histoire sont particuliers.

M'arrêter là serait bien injuste, il y a aussi des psys de grande qualité, qui tiennent dans l'adoption un discours bien plus riche, bien plus expérimenté (la richesse en ce cas étant le fruit de l'expérience).
Il y a bien sûr Aubeline, avec laquelle je suis fier et heureux de collaborer, Dominique à Paris, plus spécialisée dans l'adoption nationale, toujours à Paris, la jeune équipe (dans le domaine de l'adoption) de Sainte-Anne, dirigée par mon amie Marie-Odile Pèrouse de Montclos, un autre grand ami Daniel Gorans à Nantes,  j'en oublie, et j'en passe.....je dois vous avouer aussi que jusqu'à leur sortie (que je n'ai toujours pas comprise) sur les rapatriements d'Haïti, j'avais beaucoup de respect pour les travaux, les actions et l'expérience de Sophie Marinopoulos et de Pierre Lévy-Soussan. Il y a aussi quelqu'un de discret, voir timide, mais dont l'expérience est énorme..... la psychologue des consultations pédiatriques du CHU de Dijon, dont l'adoption occupe une grande partie de son activité.
Dans d'autres domaines que l'adoption, j'ai aussi beaucoup de considération, d'amitié avec les pédopsy de mon CHU, mais aussi mes amis lyonnais, qui furent mes co-externes à Lyon et qui dirigent le service de Pédopsychiatrie de L'HFME de Lyon (Pierre Fourneret et Hugues Desombres).

Et puis il y a Hervé, un modèle pour moi pour montrer que la Psychologie sans être une science exacte, peut aussi être considérée comme une science sérieuse sur de solides bases scientifiques.
Hervé Bénony (je crois que c'est la première fois que je donne le nom d'une de mes grands prénoms de l'adoption), nous a quitté dimanche soir. Mes pensées, mon affection vont à sa femme, ses enfants. Le trou, le vide pour eux sera immense, celui laissé dans le paysage de la psychologie de l'enfance et de l'enfance adopté, est aussi considérable.

Ma première rencontre avec Hervé eut lieu lors d'une consultation. J'ai vu arrivé un couple (Hervé et Christelle) avec deux enfants, déjà un peu grands, qui venaient d'arriver, heureux enfants, auprès de parents désireux de les accueillir et à l'écoute de toutes leurs souffrances.... nous nous sommes vite revus, ce monsieur calme, d'une gentillesse rare, au sourire désarmant, mais au bouillonnement intellectuel incessant est vite devenu mon ami.... de nombreux projets communs entre le service de pédiatrie et le laboratoire de psychologie de la fac de Dijon qu'il dirigeait ont vus le jour. Il m'a envoyé des étudiants, je l'ai désiré et obtenu dans le jury de la thèse de Julien. Il a recruté Aubeline, et nous nous sommes lancés dans de projets communs d'étude sur l'adoption, malheureusement, nos emplois du temps difficiles puis sa maladie ont limités ces efforts.... l'espoir était maintenu, nous avions encore le temps, au moins vingt ans avant notre retraite, que de temps pour des projets communs pour des études dont le but était de mieux faire connaître donc accepter l'adoption en France. La vie ne l'a pas voulu.

Tu me manques déjà Hervé, ton sourire, ta gentille, ton opiniâtreté me manquent. Ton dynamisme, ta rigueur, ton intelligence manquent déjà à tous les enfants qui ont pu profiter de tes études.

Je suis en train d'écrire les dernières lignes d'un article commun sur le syndrôme de l'aéroport de Bogota, je suis heureux de cette dernière collaboration.

4 commentaires:

les titounnes de colombie a dit…

bonjour je me présente sandrine en attente depuis 5 ans d'une fratrie en colombie et en admiration devant votre blog..et j’espère surtout bientôt une visite dans votre cabinet avec nos loulous..
par contre je suis intéressé par votre article sur Bogota ...

sandrine et greg
http://lestitounnesdecolombie.blogspot.com/

Julien ChAbAdA a dit…

Je suis entièrement d'accord avec cet hommage rendu à Hervé.
Je garde le souvenir d'un professeur brillant et concret, abordable (ce qui pour un profane de la psychologie comme moi est un véritable compliment)et humain.
Ce qu'il m'a transmis est toujours présent en moi.
Je reste proche dans la prière de son épouse et ses enfants.

Christelle a dit…

Je n'avais pas la chance de connaître de ce monsieur; toutes mes condoléances.

Je souhaite revenir sur le sujet des psys. Je pense aussi qu'il y en a des bons et des mauvais, comme dans tout métier. Sauf que lorsqu'on tombe sur un "mauvais", les dégâts peuvent être considérables pour nos enfants. De plus, cette notion de bon/mauvais est très subjective. Je trouverais toutefois extrêment utile d'avoir une liste de psys sensibilisés aux particularités de l'adoption et dont les retours du plus grand nombre de patients sont bons, ceci par région. Je sais que c'est difficilement réalisable, mais piocher dans le botin me fait peur. Et on n'a pas toujours à proximité (géographique) des enfants adoptés suivis par un pédopsy jugé génial.

Des idées ?

Christelle

Anonyme a dit…

Cher Jean,Je ne connaissais pas votre ami, toutes mes condoléances !
tout comme vous, je suis plus que sceptique face aux psys d'obédience psychanalytiques, enfin sceptique, non! scandalisée est plus juste.Bon courage pour leur attente aux titounes de Colombie! Claire, chanceuse maman de 2 petites Polynésiennes, presque 5 ans et 15 mois!