dimanche 7 février 2010

Bravo !!!


Je ne pense pas être particulièrement fayot, je l'ouvre plus qu'à mon tour quand les choses ne vont pas bien, mais quand il y a des actions qui m'épatent, et bien je ne vais pas les taire !

Ne vous inquiétez pas, à propos des belles actions que je veux vous décrire, c'est sur mon autre blog que je parle du match de cet après-midi. Rien sur Bastareaud et Nallet ici, c'est plutôt à CR2L que j'ai envie de tirer mon chapeau !

J'avais eu quelques bruits, eu vent d'un article dans Aujourd'hui en France, quelques échos officiels, mais les témoignages des familles reçus cette semaine confirment mes impressions : Bravo aux autorités françaises !
C'est peut-être dur de s'en rendre compte, cela vous semble peut-être naturel mais le rapatriement des petits franco-haïtiens est une grande réussite.
J'étais habitué à une grande frilosité, à de beaux dégagements en touche (décidément le tournoi des 6 nations a commencé) au nom de la sécurité, et je m'attendais à ce que rien ne bouge pour ses petits bonhommes et bonnefemmes déjà apparentés et en danger là-bas. Et bien nos autorités ont bougé et bien bougé, pas de la gesticulation ridicule.
Tout n'est pas parfait, tous les enfants ne sont pas encore rentrés, tous ne pourront pas arriver aussi vite que leurs parents le souhaitent, mais pour ce qui a déjà été fait pour toutes ces actions, tout ce dévouement ; CHAPEAU BAS et merci pour les enfants.

Des dizaines d'enfants ont pu être rapatriés, et dans de bonnes conditions, ou tout au moins les meilleures possibles avec des préparations expresses des familles dans des salons d'Orly.

Les parents m'ont tout raconté. La prise en charge par des infirmières antillaises, parlant créole en Guadeloupe et Martinique, qui leur ont fait faire la traversée de l'Atlantique, et ont données des infos aux parents avant la rencontre, du personnel de la Croix Rouge des SAMU mobilisés, un Secrétariat à l'Adoption Internationale très présent (sans doute le maître d'oeuvre avec le secrétariat à la famille), une cellule psychologique d'urgence pour les parents ou les petits qui craquent... et des petits guichets pour permettre facilement l'adaptation en France sans s'emm... avec de longues démarches administratives : Préfecture pour les visas, CAF, Sécu ils étaient tous là !

Il y avait même Madame Carla, cela peut sembler un gadget, mais c'est aussi la caution de l'état, du sommet de la hiérarchie, n'en déplaise à tous les vieux hiboux qui ont parlé de déportation. Merci aussi à Madame Carla, d'autant plus que les parents qui l'ont croisées ont vantés sa discrétion.

Bon pour vous prouver que je ne suis pas aux pays des Bisounours, ni chez William Saurin (pourquoi William Saurin, ben les fayots, tiens !), je vais dire que tout n'est quand même pas tout rose :
- un coup de gueule de beaucoup de parents que je relaie, les journalistes ont été odieux, filmant sans autorisation, s'immisçant dans ces rencontres si émouvantes, si privées...
- un petit bémol, les volontaires de la Croix Rouge étaient tous très gentils, mais ils se sont occupés des enfants environ une heure, prenant le relais des infirmières antillaises, encore de nouveaux bras et un nouveau ballotage. Dans l'absolu (je sais je complique sans doute et je joue à mission impossible), que les parents fassent le voyage en Martinique aurait évité une étape aux enfants celles des infirmières créoles...
- et un dernier pour la route parce qu'il me démange. Depuis des années, on m'explique (les autorités de là-haut) que ma consultation ne sert à rien, là on nous a demandé de faire le maximum pour recevoir rapidement ces petits, je peux vous dire que le maximum on l'a fait... mais je suis injuste les autorités actuelles de là-haut (Secrétariat d'état à la famille et SAI actuels) elles n'ont jamais été aussi favorable aux consultations d'adoption... et on ne l'a pas fait pour leurs beaux yeux, comme eux on a pensé aux enfants !


PS : la photo rajoutée secondairement, m'a été gentiment fournie par une famille, il s'agit de la plaque que les petits haïtiens avaient autour du cou au cours de leur voyage, avec des infos sur leur identité, leur bilan médical, etc etc...

11 commentaires:

Virgule a dit…

Bonjour Docteur,
heureuse de lire que les enfants venus d'Haïti sont reçus pas votre consultation. Que vous avez pu voir ces familles réunies. On lit de tout dans la presse, on attends vos retours pour se faire une idée un peu meilleure de l'état et des réactions de ces petits bonhommes et bonnes femmes. On est heureux qu'ils sont enfin entre de bonnes mains et de grands coeurs!

Marion a dit…

Moi qui vous lit régulièrement avec attention et plaisir ne peut m'empêcher de réagir ...
Certes le gouvernement français évacue des enfants de façon organisée et correcte...
Encore heureux dirais-je puisque le jugement d'adoption avait été prononcé et que ces enfants portent désormais le nom de leurs parents adoptifs... et des enfants dont les dossiers complets ont été déposés il y a plus de 10 jours à l'ambassade n'ont toujours pas été évacués , attendant pour certains dans de très difficiles conditions (écouter les témoinages des directrices de crèches ici http://www.soshaitienfantsadoptes.org/ ) alors que les autorités françaises affirment qu'elles s'en sont occupées !!!
Quand je vois que dans ma crèche comme beaucoup d'autres ne restent que les enfants en cours d'adoption par les français, excusez moi mais moi je trouve les autorités françaises bien frileuses, même si je reconnais que le SAI s'es beaucoup impliqué.

Une maman qui a la chance d'avoir sa fille avec elle depuis 18 mois

Brigitte & lilou a dit…

non docteur pas Bravo ! le rapatriement des enfants est une réussite dans sa logistique et je vous l'accorde c'est très bien MAIS le silence auquel est confronté les 650 autres familles est insupportable... presque 4 semaines après le séisme nous ne savons toujours pas ce qui va se passer pour les enfants dont les dossiers sont sous les décombres (c'est le cas de ma nièce dont le jugement avait été prononcé)ou ceux à un stade moins avancé de la procédure. Les familles ne trouvent pas ça trop lent pour leur confort personnel, mais parce que ils sont inquiets : les enfants dorment le plus souvent dehors à côté des bâtiments écroulés et tout ce qu'il y dedans. Vous pouvez voir un état des lieux des différentes crèches ici http://www.soshaitienfantsadoptes.org/.
Nous avons la chance que ma nièce soit à l'abri, nourri et calinée, mais ce n'est pas le cas de tous les autres enfants.
En revanche bravo pour votre consultation ! une reconnaissance méritée.

Brigitte

Jean-Vital de Monléon a dit…

Je m'attendais et je m'attends à beaucoup d'autres réactions de familles comme Marion et Brigitte et ces réactions sont justifiées, justifiées de la part de familles dans l'attente.

Je sais, et je pense très fort aux autres enfants et aux autres familles qui attendent, mais je voulais dire bravo car il n'y a qqs années rien n'aurait encore été fait et pour l'instant rien n'est encore fini, d'autres enfants vont arriver.... jamais assez vite, jamais assez tôt pour leurs familles et pour eux, et ça je ne l'oublie pas, comme je n'oublie ceux qui critiquent ces rappatriements en parlant de traite, déportation, rapts, etc etc....

Il faut être courageux pour être entre le marteau et l'enclume je ne parle pas de moi, qui suis surtout spectateur mais du SAI et des autres autorités !

Jean-Vital de Monléon a dit…

Communiqué du SAI que je viens d'apprendre :

Haïti : adoption (5 février 2010)
Le ministère des Affaires étrangères et européennes est, depuis le séisme, pleinement mobilisé et engagé sur le terrain au bénéfice des enfants, afin d’apporter à la fois une aide humanitaire d’urgence et des réponses rapides et adaptées aux procédures d’adoption en cours à Haïti avant le drame.

La France a depuis le début adopté une position fondée sur le respect de nos engagements internationaux et de la législation haïtienne ainsi que sur la prise en considération de l’intérêt supérieur des enfants.

Concrètement, le ministère des Affaires étrangères et européennes a mis en place, au sein de son centre de crise, une équipe spécialisée affectée à la gestion de ces dossiers d’adoption et aux contacts avec les familles. Sur le terrain, notre ambassade a procédé, dès le premier jour et dans un contexte difficile, à des visites systématiques des crèches afin de venir en aide aux enfants et d’identifier et de protéger les enfants en procédure d’adoption.

La France a également décidé, en accord avec les autorités haïtiennes, d’accélérer les procédures pour les enfants dont le dossier en était arrivé au stade du jugement. C’est ainsi que, dix jours après le séisme, un premier accueil de 33 enfants a pu être organisé. A ce jour, 277 enfants ont déjà rejoint la France et leur famille adoptante, tandis que d’autres arrivées sont prévues dans les prochains jours. Chacun de ces départs a été approuvé par les autorités haïtiennes.

Nous n’oublions pas bien entendu les autres enfants haïtiens engagés dans les procédures d’adoption et les familles dont nous comprenons parfaitement l’angoisse et l’attente. Les efforts se sont donc poursuivis avec le souci d’assurer une pleine sécurité affective et juridique aux enfants, de respecter les autorités haïtiennes et de lutter contre les risques d’enlèvement.

C’est pourquoi le ministère des Affaires étrangères et européennes, aux côtés des autres administrations concernées, a travaillé depuis le début des événements à la création d’une commission mixte ad hoc franco-haïtienne destinée à faciliter le traitement des procédures pour lesquelles des éléments probants permettent d’établir l’existence d’un jugement mais qui ne peut être produit suite au séisme. Cette commission aura également pour vocation d’émettre des recommandations pour les procédures dans lesquelles aucun jugement haïtien n’avait été rendu avant le séisme.

La France a décidé de proposer aux autorités de la République d’Haïti la mise en place immédiate de cette commission bilatérale chargée d’examiner ces procédures d’adoption. L’ambassadeur chargé de l’adoption internationale, Jean-Paul Monchau, se trouve actuellement à Port au Prince pour présenter ce projet aux autorités haïtiennes.

Brigitte & lilou a dit…

Je comprends votre point de vue docteur ;-) Une chose m'étonne c'est le fait de dire qu'il y a quelques années rien encore n'aurait été fait ? Qu'est ce qui vous fait dire cela ? Merci de votre "éclairage"

Brigitte

Jean-Vital de Monléon a dit…

Brigitte, quitte à passer pour un fan de William Saurin. j'ai trop vu en manière d'adoption, des atermoiements, des "c'est bien ce que vous faites" (sous entendu nous on fait rien comme ça on prend pas de risques), des "on ne bouge pas tant qu'on est pas sûr" que les choses soient propres, regardez ce que pense des millions de crétins sur l'adoption, mon dernier article va en réveiller des cons.

Aussi si cela peut sembler indécent que je dise bravo alors qu'encore pleins d'enfants sont là-bas que pleins de familles sont dans l'attente, je ne peux m'empêcher de trouver courageux ceux qui ont fait ce choix qui ont pris des risques, car ce sont des risques... Beaucoup auraient dit que ne rien faire, alors qu'on était pas sûr gnangnangnan, cela aurait la "voie de la sagesse"....

Je n'oublie les milliers de petits haitiens qui vont mourir dans les semaines à venir, mais je sius heureux pour les quelques centaines qui sont en sécurité ici et je remercie ceux qui le sont fait venir !

Brigitte & lilou a dit…

Merci de cet éclairage.. je manque de recul du fait de cette attente terrible.. et c'est normal...mais je mets tout ça dans un coin de ma tête pour y réfléchir pus tard....
en attendant je viens d'aller sur Agoravox article super et déjà un commentaire gratiné..;

Anonyme a dit…

Oui, c'est vrai en tant que parents on trouve que les choses vont lentement...Léandre avec qui nous avons passé 3 semaines en HAITI du 16 déc au 7 janvier dernier, est dans un état de santé très fragile:il a 19 mois,ne pèse que 7 kilos avec sa couche...les cheveux roux...manque de tonus musculaire...
La crèche s'est effondrée, ils vivent tous dehors, sans aucun secours depuis. Et nous leur envoyons régulièrement de l'argent via la W.U. pour leur survie à tous.
Le dossier de Léandre n'en est pas au stade du jugement donc pas rapatriable...et pendant ce temps-là, on est terrorisés nous ses parents, peur de la perdre malgré tous nos cris d'alerte qui résonnent dans le vide...

Béatrice et François, parents de Léandre 19 mois

Olivier a dit…

Bravo certes mais peut franchement mieux faire....
Il y a peu de temps avant le séisme certains personnes du gouvernement demandaient que les adoptions individuelles soient interdites et que seules les OAA garantes de sérieux soient autorisées à suivre des procédures d'adoptions en Haïti.
Le séisme a bouleversé cela ...
Les OAA sont mis sur la touche dans la procédure de rapatriement des enfants dont ils ont la charge du suivi des dossiers...Ils ne sont pas mis au courant de l'arrivée des enfants.A savoir, que Les OAA doivent en assurer aussi le suivi après leur arrivée...

Pour ce qui est de l'arrivée des enfants, on ne peut que s'en réjouir mais qu'elle perte de temps comparer à d'autres pays
(la notion d'urgence n'est pas la même). Le principe de précaution est là dans toute sa splendeur...
Quant à la commission bilatérale pour les enfants sans jugement, on verra dans le temps ce que cela va donné...

L'organisation et le suivi du rapatriement, une grande foire aussi, faut il vraiment tout ce débordement de personnel?
Les enfants ont besoin de trouver vite un foyer aimant... Et d'être seul avec leurs parents pour construire leur famille.

Bravo pour le revirement d'opinion pour la consultation d'adoption.

Marion a dit…

Voici juste un message que j'avais envie que vous lisiez, pour ces enfants qui attendent parce que la France ne fait pas grand chose pour les acceuillir, contrairement à Haiti qui veut les aider à partir, pays pourtant ravagé mais qui a réouvert l'IBESR et nommé un nouveau juge pour que les dossiers d'adoption soient traités au plus vite...

"Bonjour,

Juste une petite note pour dire a tout un chacun que les enfants dont les parents sont venus les visiter en Haiti, réclament leurs parents adoptifs. Le fait de voir tous ces enfants partir et qu'ils sont encore la, les traumatisent. Je ne suis pas psychologue mais je peux le voir et le constater sur leurs visages qu'a chaque fois que quelqu'un franchisse la porte d'entree. D'ailleurs apres le seisme, le moindre bruit qu'ils entendent les font croire que c'est la terre qui tremble a nouveau et cela les terrifie beaucoup. C'est tres tres inquietant particulierement pour la petite T. D., laquelle ses parents ont passe plus d'une semaine avec elle en Haiti. Nous en tant que mere nous les regardons avec beaucoup de peine "a declare une nounou". Je voulais juste vous faire part de la triste situation que nous vivons au quotidien avec les enfants.

Margarette Saint Fleur, directrice de la crèche des brebis "