mardi 16 mars 2010

Histoires de sous !

Si vous n'avez pas compris que j'étais fâché ce jour contre pleins d'évenements, de calculs autour de l'adoption qui n'ont pas pour but le fameux "ISE" et que je me défoule sur mon blog....

Je suis allé voir sur quelques autres blogs, et j'ai trouvé chez une amie (car même si je ne la connais que virtuellement, même si elle fréquente des ersatzs du Club Med et qu'elle lit France Soir, je la considère comme une amie), un très bon billet comme je les aime : de la provoc', des bonnes vérités, de la logique, des questionnements qui appelent des discussions, et un zeste de mauvaise foi (ingrédient dont je suis bien plus gourmand qu'elle). Je vous laisse aller mettre vos commentaires chez elle sur ce sujet.

Et j'en profite pour rebondir sur une autre histoire de sous....

Coût d'un enfant adopté placé secondairement en institution : 400 euros par jour en moyenne, soit 146000 euros/an. Ensuite vous multipliez par le nombre d'années où il reste à la charge de la société !

Coût d'une consultation d'adoption standard qui servirait de référence pour une grosse ou deux petites régions françaises (de 2 à 5 millions d'habitants), un mi-temps pédiatrique (50000 euros par an, charges comprises, not'salaire n'est pas si haut ma brave dame !), on rajoute quelques vacations de psychologues, d'infirmières puéricultrices, de secrétaires, on arrive à quelque chose 100000 euros/an.

Coût d'une consultation à visée "ressource nationale" (2 ou 3 en France).... j'imagine, je rêve, 2 pédiatres et un pédopsychiatre temps plein, un temps de psychologue, un temps de secrétaires, un temps de puéricultrice, ça tourne au max à 500000 euros l'année, soit 3,42 enfants placés.

J'ai volontairement oublié (on est dans un endroit sérieux ici, on parle que du fric)de parler que souvent on était mieux dans une famille que dans une institution, certains en doute, je sais. Et que sans doute son potentiel d'insertion sociale était meilleur donc moins de risque de chômage, de dépression, d'arrêt de travail si on passe sa vie dans une famille que dans une institution, certains en doute, je sais. Je ne parle pas non plus des épidémies (transmises par les petits adoptés) que de bons dépistages peuvent éviter.

Mais dans chaque consultation nous avons permis à des familles en grande détresse de bien repartir, nous avons aussi des échecs, malheureusement, mais un certain nombre seraient évitables avec plus de temps ! PLus encore, sans le savoir par des aides dès les premiers jours, des petits tuteurs, des petits conseils de tolérance ou de "cadrage", des explications nous avons permis à l'amalgame de se faire, et de gros soucis de germer.

Je sais : "c'est pas le même budget", mais les mêmes enfants, non, je me trompe ?

6 commentaires:

Moushette a dit…

MAIS JE NE LIS PAS FRANCE SOIR NONMAISHOOOOO !!!!! Attention, pour moins que ça je fais des procèes pour diffamation !!!!!

Moushette (d'humeur plus massacrante que celle de jvm qui doit aller chercher ses gosses et qui se dit aaahdomaj pas de miniclub dans mon bledpaumé....)

et ah oui merci pour le lien !

;-)

Greg a dit…

J'ajoute qu'en individuel, en Haïti, la prise en charge d'un enfant dans l'attente de l'adoption, çà nous fait 5 euros par jour. çà c'est pour ceux qui disent qu'on les achète. Bande de nazes.

Brigitte & lilou a dit…

j'allais commenter comme Greg, l'adoption individuelle ne coûte pas grand chose à l'Etat....
Même si mon rêve avec mon assoc serait de monter une OAA sur Haïti en lien direct avec GLA notamment.... mais cela n'est pas simple...
Merci en tout cas pour ces chiffres
Brigitte

Romi a dit…

Je rêve qu'une partie des frais d'adoption soit pris en compte par l'état ???

car c'est une histoire de gros qui empêche une grande partie de français à ne pas se lancer dans l'adoption. Non seulement ils ne peuvent pas concevoir d'enfants, mais en plus, ils n'ont pas les revenus suffisants pour adopter ...

je vais faire ma Caliméro : c'est pô juste !!!

Muriel a dit…

Vous avez oublié les familles d accueilles ont un salaire et pas des moindre!!!!!! En individuel je n ai rien payé donc j ai pas acheté mes enfants na!!!!
Muriel

jeanmimi a dit…

De tout façon on aura beau dire et faire ça ne changera rien !
Il y a ce qui est sensé et raisonnable de faire et il y a ce que nos politiques et décideurs auront eux, envie de faire.
On aura beau leur prouver par A + B que ça coute plus cher, que c'est moins bien pour l'enfant, que c'est du gaspillage et du temps perdu, à partir du moment où l'argument vient de nous "La France d'en bas" ça ne sera pas pris en compte.
Même si nos décideurs on tort il en sera fait comme eux l'on décidé au détriment toujours et encore de nos enfants abandonnés là-bas.
C'est comme ça depuis le 12 janvier.
Rassurez-moi, nous sommes bien en démocratie ?

Le gouvernement n'en est plus à un gaspillage près après celui des vaccins de la grippe A.
Mais ceci est une autre histoire...

C'est marrant comme tout ramène à la politique et aux mêmes personnes.