lundi 9 novembre 2009

Akany Sambatra




Après Akamasoa, le village du Père Pedro, le mercredi à midi, j'ai eu l'impression de pénétrer à nouveau dans un havre de paix, loin de l'agitation, de la frénésie, de la pollution et de la misère criante de Tana.
Akany Sambatra cela veut dire la maison du bonheur, cette structure a été créée par l'association suisse Familles sans Frontières une association créée par une famille adoptante, tombée amoureuse (comme il se doit) de Madagascar et décidée à faire quelque chose pour les enfants de ce pays. FSF soutient des projets éducatifs, des projets médicaux et s'occupe de cette petite structure en banlieue d'Antananarivo, et qui a deux buts principaux, s'occuper de l'adoption d'enfants et fournir un lieu d'accueil à des enfants sans parents ou dont les familles sont en grande détresse sociale.
Ce n'est pas une famille, c'est bien plus grand qu'une famille, il n'y a pas de foyer nucléaire comme dans un famille telle que nous la connaissons en Occident, c'est plus une sympathique tribu, un "foyer" aussi tant on sent une harmonie, un esprit de corps dan ce petit groupe humain.
Pour donner quelques chiffres, c'est actuellement 26 enfants, divisé en deux catégories. Les grands, qui sont parrainés, chacun a sa famille suisse (ou française) qui verse environ 50 francs suisses chaque mois pour assurer l'hébergement, la nourriture et l'éducation de cet enfant. Parrainage qui se poursuivra, même quand l'enfant deviendra plus grand et qu'il quittera cette structure. Il la quittera mais y reviendra chaque mois pour faire le point avec les responsables et pour recevoir son parrainage qui lui permettra de poursuivre ses études et de s'installer dans la vie. Et puis, les petits : le plus jeune a deux mois et bénéficiera bientôt d'un article rien que pour lui... Je ne vais pas vous montrer des photos des plus jeunes, pour respecter leur intimité, celle de leur futures familles et parce que même si j'espère être à cent lieues de cela, je ne veux pas que mon blog puisse à être assimilé au moindre catalogue... Ma crainte concrète serait qu'après avoir vu tous ces petits qui sont magnifiques, de nombreux postulants se battent pour que FSF leur permette d'en adopter un. Un prochain post vous expliquera les nouvelles modalités d'adoption à Madagascar, et qu'il est impossible maintenant de passer directement par un OAA pour se voir proposer un enfant donné, la Haute Autorité Malgache centralisant tous les apparentements. Tout cela pour vous dire que ces petits sont bien traités qu'ils ont leur dose de biberons, de riz, de viande et de légumes et plus encore de câlins.
Akany Sambatra c'est aussi si je ne me trompe 17 employés, des nourrices, une cuisinière, une intendante, une secrétaire, une lingère, des gardiens, une institutrice, un chauffeur, et j'en oublie. Les enfants vont à l'école du village, mais l'institutrice leur permet de faire leur devoir, d'aider ceux qui ont de mal à rattraper un bon niveau.
Et les rôles sont parfois, si ce n'est interchangeables, tout au moins adaptables. Je vous ai déjà parlé de Monsieur Tina, le chauffeur, choisissant le riz sur le marché, lors du repas pris en commun j'ai pu aussi admirer sa patience et sa gentillesse de père de famille pour faire manger une petite "terrible".
Il y a même en ce moment une jeune femme japonaise, volontaire humanitaire qui, entre autres soins, dispense quelques cours de japonais aux jeunes pensionnaires !
Et puis il y a Irena et Jack, ce jeune couple de retraités, elle de l'enseignement, lui de l'armée, qui, se sentant encore en forme et utiles, plutôt que de pêcher à la ligne, se lancer dans la collection de capsules de bière ou faire une autre activité tout aussi intéressante, on fait ce choix. Je vais vous dire un truc : si je les admire, je les envie encore plus, la gestion de ce lieu qu'ils assurent bénévolement, est une merveilleuse aventure. J'espère que ma retraite ne sera pas trop aux alentours de 70 ans,et que je serai en forme, car cette aventure me tenterai bien.
Irena et Jack sont particulièrement actifs, depuis leur arrivée, ils ont mis en place des nouveautés, un terrain de volley pour des parties endiablées, un jardin pédagogique que vous voyez en photo, où chaque enfant a sa petite parcelle où il fait pousser ce qu'il veut (les filles ont choisi légumes et fleurs, les garçons que des légumes, tiens donc !). Ils ont une attention de chaque instant pour tous ces enfants, qu'ils connaissent si bien. Ils sont la Tati et le Tonton, c'est ainsi que les enfants les appellent et ont une bienveillance toute maternelle et paternelle vis à vis de toutes leur petite tribu. C'est à dire de l'affection mais aussi des règles, des barrières qui sont parfois nécessaires pour des "grands" qui débarquent de la rue, c'est à dire de la jungle.
Et tout cela combien ça coûte, et bien Jack m'a dit arriver à boucler son budget avec à peu près 5000 euros chaque mois, ce que toucherait en France un directeur d'orphelinat... 5000 euros pour assurer la location des lieux, la nourriture pour tous, les frais d'habillement, et et le salaire des 17 employés ( qui sont d'après ce que j'ai compris, bien payé pour Madagascar)... 5000 euros pour environ 45 personnes, ça fait pas très cher pour tant de bonheur !

8 commentaires:

Gwënola a dit…

Merci pour les nouvelles D'Akany Sambatra. C'est l'orphelinat de notre fils Olivier qui a 6 ans maintenant. Nous y etions en 2004, avec le directeur précédent, et je confirme votre bonne impression. J'attends le prochain chapitre!
Gwënola

Jean-Vital de Monléon a dit…

Bonjour Gwënola, j'avais entendu parler de ta consultation par mes amis pédiatres de Bourbon, je ne savais pas que tu étais maman adoptive, qui plus est sur la Grande Terre, qui plus est dans ce super orphelinat...

Amitiés

Gwënola a dit…

Je crois que c'est effectivement un orphelinat "de luxe", si je compare avec l'expérience des familles réunionnaises, nombreuses à adopter à Mada avant 2005. Et c'est un pays tres tres attachant. Pendant nos 3 années à la Réunion nous avons réussi à y aller 3 fois, mais l'idéal serait d'aller y vivre. Pour moi enfant c'était une île fantastique et mystérieuse à l'autre bout du monde. Et maintenant nous y sommes liés pour la vie grâce à Olivier...les miracles de l'adoption!
Dans 25 jours nous partons chercher une petite soeur au Burkina. On a prévu 6 mois de câlins intensifs et ensuite je reprendrai la pédiatrie. J'espère un jour retrouver une consultation adoption, c'était passionnant.
Gwënola

Anonyme a dit…

Bonjour,

Merci pour vos impressions sur les centres d'acceuil à Madagascar.
N'avez-vous pu rencontrer des centres tenus par des malgaches ?

Il en existe sur la capitale tout aussi merveilleux que ce que vous décrivez (je ne connais pas ce centre).
Je profite de ce message pour remercier tous les malgaches qui oeuvrent pour les enfants de leur pays.
Christine
zanatany (née à mada) et Maman d'un adorable garçon de maintenant 8 ans 1/2 adopté à Tana en fin 2001.

Blackjack Player a dit…

It not a joke!

Josua Hotz a dit…

Bonjour Jean-Vital,
J'ai apprécié de lire votre blog (je ne vous cache pas, je n'ai pas tout lu!). Je faisais des recherches sur Akany sur internet et je suis tombé (par hasard) sur votre blog. J'y étais mais dans l'ancienne maison qui a malheureusement brûlé. Vous savez comment joindre Gwënola? Je cherche à joindre ceux qui sont "partis".
je vous en remercie et bonne route!
Josua

Prud'homme Gaelle a dit…

BONJOUR,

Je vous remercie pour le compte rendue sur le centre Akany Sambatra, cela semble bien mené. Je recherche un site internet pour en savoir davantage sur le centre. Pouvez vous m'envoyer un lien?
Merci
Gaëlle

Josua Hotz a dit…

De retour de Mada (j'y étais pour tourner un film). Akany Sambatra n'existe plus vu que l'association suisse Familles sans frontières a cessé d'exister. Les enfants ont été "dispatchés" dans les autres orphelinats et les plus grands sont soit en formation ou en apprentissage. J'ai retrouvé quelques anciens amis d'orphelinats...émotions! (j'y étais de 1993 à 1995)!
Merci encore pour le blog!
++ Josua