mardi 22 septembre 2009

Pour que l'espoir soit plus fort...

On me demande de faire suivre un message pas très joyeux, mais la vie n'est pas toujours très joyeuse.
La perte d'un enfant est ce qui peut arriver de pire à un être humain. Je le suppose depuis longtemps. Je le crois depuis qu'en tant que pédiatre j'ai accompagné beaucoup de familles autour de leur deuil. J'en suis malheureusement sûr quand en tant que Papa, j'ai été victime de cette tragédie.
Que cet enfant ait quelques heures ou 70 ans, pour son père et sa mère la détresse est toujours énorme. Elle existe même si on n'a pas connu cet enfant. Je suis reconnaissant à Marie-Christine Le Boursicot (la "magistrate de l'adoption" que tout le monde connait) d'avoir tout fait pour que l'adoption d'un enfant mort avant son adoption soit toutefois possible.

J'en serai encore plus reconnaissant envers nos décideurs quand avec un peu de jugeotte, ils permettront que des drames comme celui d'Eléa puissent être éviter.

Il y a deux ans environ, j'avais pêté les plombs en public au premier forum de l'AFA, quand une représentante de la Convention de La Haye avait dit qu'aucun enfant ne devrait être adopté avant 1 an. Je lui avais rappelé que pour certains enfants, on sait dès leurs premiers jours de vie qu'ils n'ont aucun avenir avec leurs parents bio, ni même aucun avenir dans leur pays de naissance..... alors on va attendre un an ... la première épidémie de gastro-entérite venue en tuera la moitié... l'épidémie de rougeole qui suivra décimera la moitié des survivants.
Ces deux infections sont les premières causes mondiales de mortalité infantile et elles tuent 50% des enfants dénutris en collectivité. Je passe sur la méningite, la grippe, le palu, et tous les autres charmants copains ! Je ne parle même pas des sévices sexuels en orphelinat, pourtant j'ai eu récemment quelques témoignages édifiants ! En voulant bien faire les choses, on lave plus blanc que blanc. J'étais resté poli et calme mais ma vox qui chevrotait m'avait trahie.

C'est pour toutes ces raisons que, bien volontiers, je me fais le porte-parole de ce message, parce que l'espoir est toujours là, même aux moments les plus sombres :


Une petite fille de 13 mois s'est éteinte le 8 juin dernier à Bogota, terrassée par une méningite qu'elle n'aurait sans doute pas contractée si ses défenses immunitaires n'avaient pas été aussi basses, si la malnutrition ne l'avait pas affaiblie. Ce drame se produit bien trop souvent, en Colombie ou ailleurs. La différence pour nous, c'est que cette petite fille, nous devions l'adopter. Nous voulions l'appeler Eléa. Elle n'a pas eu le temps de le savoir...

En mémoire de cette petite fille que nous n'avons pas eu la joie de connaître, nous souhaitons, avec le soutien et l'aide de l'APAEC, lancer un appel à don, afin d'aider le programme alimentaire 2010 de l'école Santa Maria de Bogota. Pour que cette mort injuste ne soit pas complètement vaine....

Anne-Sophie, Cyril et Diego

Plus d'infos sur ce projet sur le site de l'APAEC.

5 commentaires:

Lise a dit…

Il y a peu de mots pour partager ce qui ne peut pas l'être. Mais toute ma sympathie accompagne cette famille dans ce drame.

Lise a dit…

2ème message : je viens d'aller sur ce site : budget 9000 euros pour l'année 2009 pour éviter que de tels drames ne se (re)produisent.
combien notre Sarko bien aimé a-t-il budgété pour une grippe A et ses millions de vaccins dont on ne sait pas encore si....

cléclé a dit…

toutes mes amicales pensées à cette famille en grande souffrance
Claire

Bernardo a dit…

Pour compléter le 2ème message de Lise : ce budget global de 9000 euros permettra d'offrir 3 repas quotidiens (chauds !) à 40 enfants pendant 1 an.
Contrairement à la vaccination hachin-hénin, on est sûr que ce programme sera mis en place et efficace, Lisa
La plupart de ces enfants ne faisaient en fait qu'un seul repas par jour : le déjeuner à la cantine de l'école, avec tous les problèmes de dé-/malnutrition conséquents.
Les parents d'Elea (décédée quelques jours avant leur départ pour aller la rencontrer) ont voulu que sa disparition ne reste pas une issue vaine et leur adhésion à ce programme est une façon de permettre à Eléa de continuer à vivre à travers d'autres enfants.
On n'éradiquera jamais totalement ce genre de drame, Jean Vital, mais on peut essayer d'en minimiser l'incidence.

Jean-Vital de Monléon a dit…

Raoul Follereau aux deux grands (Kennedy et Kroutchev) : "Donnez moi chacun un bombardier et la lépre n'existera plus !"

En fait le prix d'un bombardier, précision pour les lecteurs mal comprenants ou à l'humour caustique.