vendredi 18 septembre 2009

Enfants fragiles, enfants oubliés....

Les enfants ne votent pas, ils sont encore trop souvent considérés comme inintéressants, non fiables, etc, etc...

En même temps leurs particularités, leurs fragiltiés ne sont pas que trop rarement reconnues ? Et ils sont bien oubliés, notamment dans les hôpitaux où les services de pédiatrie sont souvent les plus mal chaussés en terme de subventions. La spécificité de la pédiatrie est même parfois contestée par certains confrères.

Aussi quand des institutions sont spécialement créées pour les enfants, on ne peut être que ravi, encore plus quand ces institutions ont pour but de défendre les enfants !
Mais quand ces institutions sont menacées, voir supprimées dans le cadre d'un "juste" retour à la normale (la normale étant une société d'adulte, faite, dirigée et pensée pour et par des adultes) on ne peut que voir rouge et lever très haut son bouclier !

Vous aurez compris que je parle des menaces très sérieuses qui pèsent sur le défenseur des enfants.

J'avais déjà fait un petit billet sur la défenseur des enfants à l'occasion de son dernier rapport où l'adoption était évoquée et où j'étais presque presque d'accord à 200% avec Madame Versini. Le point d'achoppement étant encore une fois la différence entre adoption simple et plénière, vaste sujet qui mériterait vraiment un message sur ce blog.

J'avais rencontré la précédente défenseur des enfants (Madame Claire Brisset), qui était venue me rencontrer à Dijon, et m'interroger sur certains aspects de l'adoption et de mon travail tout particulièrement. Je l'avais reçu à bras ouverts, d'autant plus que quelques semaines sauparavant son rapport parlait de l'adoption.
Notamment de la nécessité de créer des consultations de prise en charge spécifique (en citant en exemple celle de Dijon, je ne pouvais qu'être accueillant avec elle). Et dans ce même rapport, elle critiquait courageusement le fait que la décision de délivrer ou non un agrément soit du ressort du Président du Conseil Général. C'était tout à fait son rôle car parfois (et je l'espère rarement) certains PCG peuvent délivrer des agréments à des postulants qui ne devraient pas en avoir dans de seules fins électoralistes. Madame Brisset avait alors était menacée de ne plus recevoir de subventions de la part des sénateurs.... beaucoup de sénateurs étant PCG.

C'est cela, le rôle du ou de la défenseur des enfants, pensez à ceux qui ne votent pas....

Aussi je vous encourage tous à lever vos boucliers, à agir pour le maintien de cette fonction bien spécifique et non son immersion dans une grande structure où les plus petits n'auraient plus leur place.

J'avais presque penser à en appeler à des enfants célébres (Louis Sarkosy, enfants acteurs, enfants de célébrités, etc), mais cela serait (après courte réflexion) impardonnable, de les mettre en avant et de les empêcher de vivre leur vie d'enfant !
La preuve que nous avons bien besoin d'un défenseur des enfants pour nous rappeler ces vérités.

4 commentaires:

Jean-Vital de Monléon a dit…

Je viens d'avoir un échange avec l'équipe du défenseur des enfants : elle m'a communiquée le lien pour la pétition de soutien :

http://www.defenseuredesenfants.fr/pourundefenseurdesenfantsindependant.php?soutien=1

Véronique a dit…

C'est signé, et diffusé auprès de nos amis adoptants et famille , et sur notre blog aussi

veronique de bretagne

Anonyme a dit…

je signe et fait suivre bien sur!

Claire(anonyme malgré elle)
maman d'une petite fleur Polynésienne de presque 2 ans et demi

malounette a dit…

Comme Claire, je signe aussi et fais suivre mais que sont quelques petits malheureux adoptants et futurs adoptants face à un rouleau compresseur de la politique ?

Claire