jeudi 27 janvier 2011

Bébé né sous X confié aux grands-parents

Cela faisait partie des grands titres dans les journaux de ce matin, vous devez donc être au courant, à la surprise générale, un tribunal d'Angers, a donc décidé de confier un enfant né sous le secret à ses grands parents biologiques.

Je ne connais pas les détails de cette histoire, je ne suis ni l'intime de ses grands-parents, ni celui de sa mère biologique. Et, j'espère que cette décision, pour le moins surprenante, a vraiment été prise dans l'intérêt de l'enfant. Ce qui voudrait dire que sa mère est vraiment irresponsable, et que ses grands-parents sont vraiment des gens de toutes confiance, et de grande qualité.

Je l'espère sincèrement, tout particulièrement pour cet enfant, qui n'a déjà, que trop passé de temps dans des structures d'accueil, pour des histoires légales, d'idéologie, qui le dépassent largement.

Je me demande toutefois, si une telle décision ne va pas être cassée en Cour de Cassation, tant elle s'éloigne de la loi.

Je m'inquiète surtout, sur la motivation des magistrats, ont-ils vraiment sacrifié au fameux « intérêt supérieur de l'enfant », ou bien n'ont-ils pas fait un petit coup médiatique, comme certains aiment parfois bien le faire, pour se faire mousser, ou révolutionner un phénomène (l'adoption et l'accouchement sous X) qu'ils connaissent finalement bien peu !

Une fois encore, j'en viens encore à regretter que l'on parle de modification de loi, sans connaître celles qui existent. Tout comme il y a une semaine, je déplorais que la loi Leonetti, assez admirable quant à la fin de vie, est aussi peu connue des médecins, des politiques et des médias (lesquels se régalent à parler d'euthanasie à tort et à travers). Il serait bon de rappeler à tous, que le consentement à l'adoption existe, et qu'il est une bonne alternative à l'accouchement sous X. Quand il sera vraiment plus de tous, on pourra être sûr que le choix des mères qui accouchent sous le secret sera entier respectable, et plus personne ne pourra choisir pour elle.

16 commentaires:

Julien Pierron a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Julien Pierron a dit…

Un petit mot de jeune padawan (oui, tjrs padawan, par rapport à mon Maître jvm) sur cet article.

Nous sommes tous d'accord sur un fait : nous souhaitons à l'enfant tout le bonheur du monde.

Fallait-il privilégier le désir des grands parents à... celui de leur fille génitrice ?
N'y a-t-il pas là un cercle familial à risque pour l'enfant ?

Par cette décision, les grands parents deviennent à la fois parents et grand parents de l'enfant (donc sur deux générations à la fois) : ils rejettent la volonté de leur propre fille et par là-même le dispositif de l'accouchement sous X.
Ils substituent leur petite fille à leur fille génitrice (car par le dispositif d'accouchement sous X, elle n'a pas reconnu l'enfant, ce qui peut être respectable et doit être respecté - je ne suis pas pour le retour des tours par exemple...-).

La fille génitrice est "exclue" deux fois du cercle familial : la première fois par sa décision (respectable, j'insiste) d'accouchement sous X, et la deuxième fois par ses propres parents qui vont contre sa volonté en annulant le dispositif d'accouchement sous X, et en donnant à son enfant le statut de soeur non reconnue...Sans parler du poids de la culpabilité avec sa sortie de fait de l'anonymat...

Comment l'enfant va s'y retrouver et faire sa place dans ce cercle de famille complexe ? Je souhaite de tout cœur qu'il y arrive.

Comme tu l'as souligné en fin de ton article, il est vraiment dommage que l'on ne parle pas (jamais) de la possibilité de consentement à l'adoption...

z e n c h a dit…

Toujours intéressant à lire les billets de Jean-Pierre Rosenczveig :

Mère contre son gré … dans l’intérêt de l’enfant.

Pour combattre depuis des décennies cette fiction qui veut qu’un enfant ne soit pas inscrit juridiquement dans ses deux lignées biologiques – conf. les nombreux post consacrés au sujet sur ce blog -, on devrait donc se réjouir sans réserve de l’arrêt de la cour d’appel d’Angers qui, désavouant les juges de première instance, confie une enfant d’un an et demi à ses deux grands-parents maternels. Pour autant, cette décision rendue au nom de l’intérêt de l’enfant interroge aussi bien pour ce qui est désormais promis à l’enfant qu’à la mère.

Lire la suite.

Anonyme a dit…

Je (mais je ne suis pas spécialiste) trouve cette décision particulièrement glauque... Une fille qui devient la "soeur dans les faits" de sa mère, un "intérêt supérieur de l'enfant" qui semble se résumer à la possibilité de connaître ses origines biologiques et aux conditions de l'abandon, une femme niée dans ses volontés les plus respectables, des grands-parents-parents super heureux car "C’est génial comme décision. Notre petite-fille va pouvoir découvrir ses origines" (propos de la mamie-maman rapportés par Paris-Match), un avocat qui lance affirmatif "«Tous les enfants adoptés cherchent leur mère» (même source)... Etrange, étrange...
Sans compter que le nom de la petite est diffusé dans tous les médias, que dira-t-elle plus tard lorsqu'elle saura que son histoire a été ainsi portée sur la place public, son histoire intime et l'histoire intime de la femme qui l'a amenée à la naissance ?
Le consentement à l'adoption, on vous dira, oui mais alors... ce ne sont pas des orphelins ???!!! (je plaisante évidemment, en pensant aux extrêmismes lus sur les enfants adoptés en Haïti)

Anonyme a dit…

The question taboue que personne ne se gène de poser aux adoptants en bonne et due forme : quel est l'âge de ces grands-parents qui vont s'occuper d'un très jeune enfant ?
Il y a là deux poids, deux mesures : adoptants lambda montrés du doigts lorsqu'ils approchent la quarantaine (voire même mamans bio qui "osent" faire leur premier enfant à 40 ans) et d'un autre côté, grands-parents de plus de 50 ans - à vue de nez, car cela les médias ne donnent pas l'âge du capitaine - qui sont eux, "comme par magie", tout à fait aptes à s'occuper d'un tout petit qui va grandir.
Double discours donc...
Soit on accepte que les adoptants - et les mères en général - puissent être de bons parents quadragénaires (et ils le sont la plupart du temps) et que leurs enfants ne porteront pas forcément cet âge comme un fardeau ; soit on insiste sur le décalage entre l'âge des grands-parents pouponneurs et le bébé.

Anonyme a dit…

si je me souviens bien (sauf erreur de ma part et a verifier )
cet enfant avait été confié a une famille adoptive ?
et personne n'en parle ?
pourquoi?

Anonyme a dit…

Bonjour,

pour répondre à certaines questions :

- l'enfant était dans une famille d'accueil depuis sa naissance, elle n'a jamais été proposée à l'adoption
- il n'y aura probablement pas d'appel car la décision n'est pas suspensive : en effet, les grands parents vont récupérer l'enfant dans les prochains jours, s'il y a appel et que la décision que le juge a rendu hier est annulée, l'enfant devra être alors retirée aux grands parents. Le représentant de l'enfant semble vouloir désormais préserver au mieux le bien être de l'enfant (et semble donc ne pas souhaiter faire appel)
- les grands parents ont moins de 50 ans.
- concernant le statut de l'enfant, elle reste leur petite fille (elle ne devient pas leur fille)

Nina

Stéphane a dit…

En dehors de toute polémique, ce qui me met mal à l'aise, c'est une toute petit phrase de la mère bio :"mes parents sont loin d’être des modèles".

Au point qu'elle à préférer accoucher sous X plutôt de voir son enfant intégrer sa famille bio ...

Etre mère célibataire, même très jeune est "facile" en France, les services sociaux fonctionne bien de ce coté là, même quand la famille bio n'est pas au top niveau.

C'est une décision lourde à porter aussi pour la mère bio, et au vu de ses réactions, je me demande ce qu'il y à "vraiment" derrière cet accouchement sous X.

L’intérêt de l'enfant implique aussi sa sécurité morale (psychologique) et physique.

Mais surtout ne pas privilégié le liens bio au détriment de sa sécurité tout court.

Faute pas faute, content pas content, seul une enquête de police peut mettre un terme à cette histoire.

J'ai des exemple très concret en tête, mais motus ...

Romi a dit…

je rejoins totalement vos propos Doc !

et comme souligne Stéphane, cette petite phrase en dit long !

Michèle

Anonyme a dit…

Pour la petite phrase "mes parents ne sont pas des parents modeles", elle ne veut rien dire. Celle qui la prononce est-elle une mere modele, les parents adoptifs qui auraient ete choisi pour l'enfant auraient-ils ete des parents modeles?...
J'imagine qu'une enquete a ete faite sur les grands-parents. Des grands-parents qui elevent leur petite-fille, la belle affaire...

Anonyme a dit…

Oui, la belle affaire... sauf que, dans les cas "classiques", la mère n'a pas accouché sous X, n'a pas demandé que ses parents ne s'occupent pas de l'enfant, et les grands-parents n'ont pas fait des pieds et des mains pour avoir la garde.
Et surtout, tout n'est pas étalé à la Une des journaux. Si tout était aussi simple que des "la belle affaire", le monde tournerait plus rond !
Et, pour cette fois, S. Marinopoulos me semble avoir une analyse intéressante, qui rejoint d'ailleurs celle du doc : http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/accouchement-sous-x-la-cour-d-appel-d-a\ngers-ouvre-une-breche-2056560/#read-2062574
Niouk, élevée en partie par sa grand-mère mais décidément mal à l'aise par rapport à cette décision qui fait primer le sang sur les liens affectifs.

Anonyme a dit…

Oui, la belle affaire... sauf que, dans les cas "classiques", la mère n'a pas accouché sous X, n'a pas demandé que ses parents ne s'occupent pas de l'enfant, et les grands-parents n'ont pas fait des pieds et des mains pour avoir la garde.
Et surtout, tout n'est pas étalé à la Une des journaux. Si tout était aussi simple que des "la belle affaire", le monde tournerait plus rond !
Et, pour cette fois, S. Marinopoulos me semble avoir une analyse intéressante, qui rejoint d'ailleurs celle du doc : http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/accouchement-sous-x-la-cour-d-appel-d-a\ngers-ouvre-une-breche-2056560/#read-2062574
Niouk, élevée en partie par sa grand-mère mais décidément mal à l'aise par rapport à cette décision qui fait primer le sang sur les liens affectifs.

Anonyme a dit…

A nina : "concernant le statut de l'enfant, elle reste leur petite fille (elle ne devient pas leur fille)"
> Mais alors de qui est-elle la fille ?
N.

ganesh46 a dit…

une décision humaine quand on sait que les grands parents savaient que leur fille allait avoir un enfant et avaient même vu leur petite fille à la naissance.

Anonyme a dit…

Je ne vois pas pourquoi un enfant abandonné par ses parents ne pourrait pas être confié à ses grand-parents, alors qu'un enfant qui devient orphelin (perte de ses parents par accident ou maladie) est confié au membre de sa famille qui le souhaite (ascendants les plus proches, donc grand-parents, en premier lieu) par le juge des tutelles en accord avec le conseil de famille.
Un enfant abandonné n'aurait donc pas les mêmes droits de connaître sa famille et de vivre avec elle qu'un enfant qui deviendrait orphelin ?
L'accouchement sous x intéresse les parents en recherche d'enfants à adopter. les enfants adoptables ne sont pas si nombreux, ni en France, ni à l'étranger. C'est pourquoi les mères prêtes d'accoucher en situation momentanée de détresse ne sont pas véritablement accompagnées et n'ont que deux mois pour revenir sur leur décision (certaines se suicident ou sont malheureuses ensuite toute leur vie - voir les témoignages des Mères de l'Ombre). Les institutions sont promptes à encourager ces mères à accoucher sous x pour disposer d'enfants disponibles pour les adoptants.
S'est-on demandé la raison de cette demande exponentielle d'enfants à adopter ? L'une des raisons pourrait être les cas croissants de stérilité due aux pollutions chimiques (pesticides ...)

Anonyme a dit…

bonsoir,
encore une fois dans le monde de l'adoption tout nest pas si simple
quand j'ai entendu cette hsitoire, j'ai bien pense a la volonte d ela mere et puis apres je me suis demande:
si ma fille (adoptive) m'anoncait etre enceinte et vouloir confier cet enfant a l'adoption (pour raisons x ou y) est ce que en tant que grand mere je ne me sentirai pas concernee par cet enfant?
on ne peut pas me dire que ce serait mes liens de sang qui me parlent (vu qu'il ny aurait pas de gene encommun)
en revanche ce serait probablement mon histoire familiale, affective qui me parlerait
l'enfant de ma fille m'est relie que je le veuille ou non...parce que j'aime sa mere et l'ai eleve
et pour autant j'avoue que je n'aimerai pas actuellement voir reapparaitre la grand mere biologique de ma fille...
contradictoire non?
d'autre part en tant que parent adoptant on nous demande de penser au bien etre superieur de l'enfant (quitte a nous malmener), pour quoi ne pas l'exiger egalement des parents biologiques meme si cela exige d'eux de devoir renoncer a leur anonymat...? je ne dis pas que c'est ce qui faut faire mais c'est une question
bonne soiree