mercredi 13 mai 2009

Jean-Jacques

Il travaille dans les Pyrénées et il est un peu ours, le surnom pourrait vite être trouvé. J'aime bien aussi le comparer à Dorian Gray, il a environ 20 ans de plus que moi et parait plus jeune... ça vexe, même si je sais que depuis ma naissance on me donne 10 ans de plus que mon âge, mais il fait incroyablement jeune Jean-Jacques.

Certains pourraient croire que l'on ne s'aime pas, car pendant de nombreuses années, dans de nombreuses revues médicales ou de nombreux congrès du même nom, nous avons fait un numéro de duettistes restés célébres à propos de la puberté précoce des enfants adoptés. L'un d'entre nous disant combien il fallait s'en méfier, l'autre affirmant que cela n'existait pas et que ce n'était que des erreurs d'âges... Ni l'un, ni l'autre nous ne craignons la polémique, et l'un pour l'autre nous avons un respect et une amitié qui nous permet toutes ces querelles. Mon respect pour lui, n'en est pas moins grand. Et la plupart des polémiques, des querelles que nous avons affrontées c'est côte à côte que nous avons combattu ! Je suis l'aîné de ses "petits frères et soeurs dans le métier" et quand il y a une dizaine d'années, j'ai commencé à écrire et à travailler sur le sujet de l'adoption, son accueil m'a fait chaud au coeur : "Enfin je ne suis plus seul !" m'a-t-il écrit. Notre première rencontre quelques années après lors d'un congrés a été un grand moment. Pendant des heures, nous avons échangé... c'est chaque fois le cas dès que nous nous revoyons.

Il n'est peut-être pas très médiatique, préfère les vestes noires, aux chemises à fleur, mais les enfants adoptés, les familles adoptives, les consultations d'adoption n'imaginent pas tout ce qu'ils lui doivent. Jean-Jacques a hurlé dans le désert, seul pendant des années pour faire reconnaître le droit à la différence, les particularités et la non-stigmatisation des enfants adoptés.

J'ai encore une bonne vingtaine d'années avant ma retraite, j'espère d'ici là écrire au moins une bonne centaine d'articles sur ce sujet. Pour chacun d'entre eux il y aura une référence pour un article de Jean-Jacques, pas seulement par respect pour le personnage, mais parce que son travail est une référence.

Il m'en a appris, il m'en a raconté des choses. Parmi toutes ses histoires, je vous raconte celle qui m'a le plus touché. Il était externe (j'étais pour ma part nourrisson... c'était avant-hier) dans un service de maternité. Il y avait encore des salles communes, partagées par une vingtaine de femmes qui venaient d'accoucher. Arrive alors une mère, venant accoucher sous X, la fille de salle qui pousse son fauteuil lui fait faire le tour de la pièce en criant : "Regardez cette salope qui vient abandonner son bébé !"
France du milieu des années 1960... le jeune Jean-Jacques, choqué venait de découvrir sa vocation, qu'il appliquera toute sa carrière avec humanisme : celle du premier pédiatre des enfants adoptés.

Je suis fier d'être son ami.

9 commentaires:

Framboise a dit…

Ca fait froid dans le dos cette anecdote...certainement pas un cas isolé malheureusement et pas si vieux que ça finalement.
Quant à ce qu'ont dû entendre tous ces enfants, je n'ose même pas y penser.
Heureusement que certains ont pu faire bouger les choses.
Alors même si je ne le connais pas, merci Jean-Jacques.

l'expat de Biarritz a dit…

Moi j'ai la chance de le connaître ! C'est même grâce à lui que nous avons adopté notre fille. Discuter avec le Dr Ch., c'est la certitude d'entendre un discours clair, brut et sans détours, vrai.
Et puisque vous nous donnez l'occasion de le remercier, je vais y associer sa charmante épouse et sa collaboratrice Hélène C. qui nous avaient aiguillé avec tant de chaleur au début de nos démarches.

GG a dit…

Ce bon docteur est entré par deux fois dans la vie de notre famille...
Tout récemment, quand je suis revenue avec mon fiston d'Ayiti, afin d'éclaircir au plus vite les symptômes assez impressionnants de ses jambes (suspicion de dysplasie ou luxation de hanche et finalement "belles" séquelles de rachitisme)...mais quelques 25 ans avant, il s'était occupé de ma nièce juste née dans la ville où il exerce aujourd'hui encore...
Il en a vu pourtant des enfants, de belles et de moins belles histoires...
Quand ma sœur ainée nous a accompagnés mon fils et moi et qu'en fin de consultation, elle lui a glissé être la maman de "AD"...il s'est souvenu et était tout heureux de voir que malgré de lourds handicaps à la naissance, elle est devenue quelqu'un...entre autre grâce à des docteurs comme lui, qui devant la complexité de son état de santé, n'ont pas hésité à conseiller et à guider ma sœur puis à l'aiguiller très vite vers Necker à Paris...
Merci Monsieur Jean-Jacques...

Nathalie a dit…

Merci pour ce tableau très touchant de votre mai et confrère qui est aussi une figure reconnue du petit monde de l'adoption.
Question: Comment qu'on fait pour avoir des personnes de valeur comme vous deux dans notre région ? Parce que Dijon ou Pau c'est pas la porte à côté !!!
Connaissez-vous des pédiatres dans le secteur du Languedoc Roussillon au fait de ces problèmes ?
Cordialement, Nathalie34

Sarah a dit…

j'adore vos petits mots. Ils sont souvent drôles et touchants.
merci à ce Jean Jacques alors pour avoir oeuvrer au droit à la différence.

Mamaucy a dit…

Bel hommage... Pour tout vous dire, j'ai vos deux bouquins (et celui d'outre-Atlantique) sur ma table de chevet depuis une bonne année.
A bientôt
Maya, maman parisienne donc gâtée au plan médical (chance d'avoir une pédiatre de ville "lambda" très sensible aux questions d'adoption) même si c'est loin de Dijon et de Pau !

Maryse a dit…

Bonjour,

Habitant dans les Landes mes enfants sont suivis par le Docteur Choulot et je dois dire que c'est très agréable d'avoir une telle confiance. Je le vois une fois par an pour mes 2 enfants et à chaque fois les petits soucis sont résolus. Pour ma fille de 6 ans avec moi depuis 4 ans, ses mots sont de vrais pansements de l'âme. Magique.
Pourtant, les supers docteurs que vous êtes, ne sont pas toujours "tendres" avec les papas et mamans solos. Alors je profite de ce post pour vous demander quand est ce que l'on en débat ?
Bon moi perso je m'en fiche, le docteur Jean-Jacques m'a toujours dit que j'étais une maman sécure, que mes enfants étaient supers bien etc etc mais quand même...

A bientot,

Maryse maman d'Audrey 20 ans bio et d'Anya 6 ans Haiti 2005 et d'Adryan 3.5 ans Haiti 2007

Anonyme a dit…

Je suis blessée en tant que professionnelle responsable d'évaluation sociale en agrément adoption. On s'indigne de voir que beaucoup de département donnent encore 100% d'avis favorables ! ce n'est pas étonnant, car il faut "faire plaisir" à tout le monde. Je ne sais plus ce que veut dire protection de l'enfance.

Maite VIGNEAU a dit…

Nous avons rencontré 2 fois le docteur Choulot à Pau suite aux difficultés que nous avons rencontré à. L'adolescence avec notre fils Paul adopté à 4 ans au Cambodge. Beaucoup de révélations justes.. Et on comprend maintenant les erreurs que nous avons faites. Aujourd'hui, les relations se sont normalisées mais notre enfant reste immature à 24 ans et loin de nous physiquement.