dimanche 22 juin 2014

Les enfants à besoin spécifiques à Chalon (sur Saône) cette semaine

Les enfants à besoins spécifiques, ce terme est sur toutes les lèvres.
J'en ai horreur, comme j'ai horreur de beaucoup de ces termes qui sont issus de couloirs ministériels... comme l'acronyme COCA par exemple !

Cela m'énerve de voir des gens n'avoir que cette expression à la bouche, "les enfants à besoin spécifique", "les enfants à besoin spécifique", "les enfants à besoin spécifique", "les enfants à besoin spécifique".....

Vous en connaissez beaucoup vous des enfants, des adolescents, qui n'ont pas de besoins spécifiques, qui vont vous dire : "non je n'ai pas de besoins spécifiques, un peu d'eau, de foin, une bonne litière, et cela me suffit !".

Plus encore, je suis effrayé par le mouvement actuel qui veut véritablement pousser les parents, ou plutôt les futurs parents adoptifs vers des enfants à besoins spécifiques, comme s'il fallait continuer à réaliser un objectif minimum, quelques chiffres, afin de ne pas avoir de statistiques trop ridicules.

Il faut que les postulants sachent que l'adoption a diminué en quantité, le nombre d'adoptions internationales s'est effondré tout le monde le sait. Et ce ne sont plus les mêmes enfants qui sont adoptés, pour moi, ils ne sont pas "à besoins spécifiques" mais "à risques augmentés", par leur âge, leur histoire, leurs pathologies.

Et, il est essentiels que les gens le sachent, pour comprendre, pour réfléchir, souvent j'espère pour accueillir le mieux possible et parfois pour refuser, car je fais mienne la phrase de Mr Monchau : "je préfère qu'une adoption ne se fasse pas , plutôt qu'elle se fasse mal";

Le point essentiel est toujours de penser avant tout à l'enfant, non pas de faire du chiffre, non pas de satisfaire une famille en attente, mais voir quelle peut être la meilleure solution pour un enfant, chaque enfant avec ses particularités et ses besoins spécifiques !

Donc, si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, mais aussi sur ces particularités, risques (et besoins spécifiques !)  EFA 71 vous invite  à ma conférence :

VENDREDI 27 JUIN à 20h,  Maison des syndicats 71100 CHALON SUR SAONE.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Tout a fait d'accord pour la question des statistiques! Beaucoup moins sur l'analyse des risques accrus pour l'adoption d'un enfant dit a besoins specifiques, je crois même tout le contraire surtout lorsqu'il s'agit d'un enfant malade ou avec handicap..cela renforce et aide a creer le lien !

christelle02 a dit…

Oh, que je suis d'accord !!! Ma fille, arrivée de Chine il y a 22 mois, est "multiSN"... parce qu'elle avait 7,5 ans, parce qu'elle a une grosse cicatrice sur le visage, parce que.... Mais pour moi, c'est avant tout une enfant "multi-bonheurs" qui a su combler les besoins spécifiques de la maman que je suis devenue grâce à elle !! Et oui, elle a des besoins particuliers, mais pas si différemment de sa cousine du même âge, home-made, chez ma soeur !!

Alors, dommage que Chalon soit trop loin, parce que j'aurais adoré venir vous écouter !! En tant que membre du bureau EFA02, je me demande : On s'adresse directement à vous pour vous demander de venir intervenir ??
Merci.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Voilà 5 et demi que j'ai adopté mes deux enfants, et à l époque en tant que maman célibataire ,on nous poussait déjà à adopter un enfant grand avec un handicap et à particularité spécifique !
Aujourd'hui c'est à tout le monde que l'on oriente vers ces enfants!
moi je me dit qu'il faut bien être au courant des besoins de ces enfants et avoir la force de s'en occuper pour qu ils soient heureux !

Moi j avais clairement défini mes limites, mais le destin fut autrement,j'ai eu une petite fille avec des cicatrices ds le visage.Je ne m'attendais pas à ça ,ce fut un choc mais je n'ais aucun regret et tellement heureuse de l avoir à mes côtés et d'avoir pu assurer.

Bravo pour cette conférence qui en aidera plus d'un!

Nathalie


christelle02 a dit…

Pour Nathalie ...
nous partageons la spécificité de nos filles ! Ma puce subira une première opération cet été (à sa demande, car nous, nous ne voyons même plus cette grosse cicatrice). Si jamais les coordonnées vous intéresse, vous pouvez me contacter, par mon blog : http://filnotrehistoire.canalblog.com

Anonyme a dit…

Les vents changent, en adoption comme partout. Il y a 15 ans, on ne voulait faire adopter que des bébés et on poussait des cris d'orfraie quand les postulants parlaient d'adopter ces enfants qu'on n'appelait pas encore 'à besoins spécifiques'.
Moi cette appellation ne m'effraie pas. Elle veut dire que les parents doivent savoir pourvoir aux besoins en question et elle a le mérite d'être claire et de les mettre clairement devant le fait que "leur amour ne suffira peut-être pas" - phrase que certains vivent encore comme une horreur proférée à leur encontre, voire une insulte...
Quant à l'idée de risque augmenté, risque pour qui? Pour l'enfant de ne pas être adopté? C'est sûr que pour ces enfants-là, il existe, ça oui... Pour les adultes de voir leur existence exploser parce qu'ils ne vont pas s'en sortir? Oui, ce risque-là existe aussi. Mais je ne suis pas certaine qu'on les aide en leur faisant voir l'enfant comme une bombe à retardement. Comme un tonneau des Danaïdes potentiel, peut-être. Parce qu'il a des besoins spécifiques et que - peut-être - ils vont avoir du mal à les satisfaire. Mieux vaut qu'ils le sachent.
Non, décidément, l'expression ne me choque pas.
Elle n'a rien d'incompatible avec les bonheurs qui résulteront du fait d'avoir su combler ces besoins, justement.

Philippe et Roselyne a dit…

Bonjour,
Mon mari et moi avons eu la chance de participer à cette conférence, et nous voulions vous remercier pour la clarté de votre propos. Cela nous a éclairé sur beaucoup de questions qui restaient en suspend. Cela nous a permis aussi de relativiser les discours alarmistes que l'on entends lorsque nous parlons de notre projet d'adoption d'une fratrie. Merci pour votre engagement.

Anne - nissa - a dit…

Bonjour Doc'
Oui, tous les enfants ont des besoins spécifiques, chaque enfant ayant ses propres besoins... J'suis d'accord...
En même temps, notre consult pré adoption COCA (pardon... ) nous a été très utile, pour définir les mots ou maux, pour connaître les réseaux de soins et du coup valider ou non nos diverses ouvertures (en amont de l'apparentement) ; avoir un enfant est toujours une prise de risques, soit.. mais l'accueillir dans les meilleures conditions, c'est une prise de respect et d'amour...