samedi 25 août 2012

Jean-Luc à l'oreillette





Il est mort, on le savait malade, mais c'est quand même bien jeune pour mourrir, on peut dire plein de choses sur lui, et si j'étais loin de tout approuver, je tenais à lui rendre un petit hommage et à faire un petit témoignage, puisque j'ai eu deux fois les "honneurs" de son émision.


Chose que j'ai acceptée, car pour avoir vu ce qu'il faisait quand il parlait d'adoption, je lui reconnaissais deux choses : laisser parler tout le monde (dans un monde de l'audiovisuel où la cacophonie est de règle, et où ne laisse souvent parler que ceux qui ont un discours bien "pensée unique"), et de donner un aspect plutôt positif de l'adoption.

Il est vrai comme le dit la presse, que c'était un des grands chantres du voyeurisme. Je ne l'ai pas trop vu, car je n'ai vu que ses émissions sur l'adoption.
Je m'en rappelle d'une, où l'ami Marcel était rentré assez méchamment dans le chou d'une maman très BCBG (Prout Prout comme disent mes internes), pour lui reprocher, alors qu'elle avait déjà 5 ou 6 enfants bio, d'avoir adopté un petit trisomique. Le-dit Marcel s'était fait moucher avec beaucoup d'humour par cette maman, et Delarue en avait rajouté avec de la délicatesse vers cette maman et de la taquinerie vers le-psy-de-la-télé qui ronchonnait dans son coin, un peu véxé de ne pas être la seule vérité.


Aussi quand quelques années après, quand on m'avait proposé d'être le " grand témoin" aussi dénommé le "témoin d'en haut" d'une nouvelle émission sur l'adoption, j'avais accepté.

Je vous en raconte les coulisses.

Un professionalisme impecable.
Je n'ai eu aucun contact avec lui, mais j'ai dû avoir au moins 20 coups de fils de ses "assistantes" qui m'ont posé une bonne centaine de questions : ".... et si Jean-Luc vous dit celà, que lui répondez vous", " et si Jean-Luc, vous demande son avis sur ça, vous lui direz quoi ?", manifestement, aucun suprise n'était souhaitée.
Arrivé sur le lieu d'enregistrement, service VIP, une loge à mon nom m'attendait (ça marque), j'étais accompagné de la personne de mon choix, pour me soutenir moralement (mon grand frère, car ma femme n'avait pu se libérer). On installe les témoins du show-biz, les adoptants et adoptés, sur lesquels les reportages avaient été tournés, sur l'avant scène, et "le témoin d'en haut" se cache tout en haut de la tribune... puisqu'il ne doit apparaitre qu'à la fin de l'émission pour faire une conclusion pendant 1/4 h avec JLD.

Malheureusement pour jean-Luc, malgré toute la préparation, j'ai vite dévié... car les reportages étaient très jolis, montrant de belles histoires. Mais dans le taxi qui m'amenait de la gare de Lyon à la Maison de la Radio, mon portable sonne pour m'annoncer une catastrophe dans l'adoption. Dans l'affaire dite du "petit Benjamin de Nancy", pour la première fois en France, un tribunal venait de casser une adoption plénière !
C'était un très sympa journaliste de Nancy qui m'appelait, il avait suivi l'affaire de bout en bout, en connaissait des détails, m'avait interviewé pour avoir mon témoignage, et il voulait me prévenir rapidement de cette décision qui venait de tomber.
Je ne vous dis dans quel état j'étais... et quand JLD m'interroge, je lui dis que oui, ses reportages montrent de très belles histoires, oui les adoptions sont de belles aventures, mais j'insiste très vite sur un sujet qui me plait beaucoup : la malveillance de notre société vis à vis des adoptés, qui gêne leur accueil.
Et j'en profite pour rajouter "et vous savez que la France a, par le biais d'un tribunal, pour la première fois cassée une adoption plénière, il y a quelques semaines (je savais que l'émission serait diffusée à cette distance)"... et je raconte l'histoire.
C'est là que j'ai vu que Delarue restait un pro de journalisme, et que ce n'était pas seulement sa belle gueule qui le faisait présentateur... alors que ce sujet était inconnu pour lui (ça venait de tomber une heure plus tôt), qu'il ne s'y attendait pas, il a super bien réagi, et m'a laissé dire tout ce que je souhaitais. L'émission aurait été en direct, cela aurait été un très beau scoop.


Pour la petite histoire, le lendemain sur les forum, je me faisais allumer par de nombreux postulants, me reprochant d'avoir terni une si belle émission Bisounours. J'avais beaucoup apprécié des commentaires du style : "il a un livre à sortir, c'est un bon coup de pub", non, non je ne fonctionne pas comme Larry-Soulant, "sa consultation périclite il veut attirer du monde", non, non sa croissance était exponentielle. Alors que ceux qui avaient déjà adoptés me remerciaient chaleureusement d'avoir rappelé certaines réalités... et surtout le lendemain de la diffusion de l'émission, j'avais reçu un appel de la maman de Benjamin, sa maman, pas la vraie, ni la fausse, celle qui depuis trois ans s'occupait de lui, et cette dame que je connaissais pas, que je n'avais jamais rencontrée, me remerciait d'avoir poussé ma gueulante sur cette affaire.


Mon autre rendez-vous avec Delarue fut un rendez-vous raté, son équipe était venu faire un reportage à la CAO, et je devais intervenir sur le plateau (de son émission de l'après-midi) pour parler des adoptions difficiles.... c'était fin septembre 2007, jour de Coupe du Monde de rugby, d'une match au Stade de France, entre le France et l'Irlande, match dont nous avions, avec quelques amis reservé les places depuis de nombreux mois.
Tout était arrangé, pour que dés la fin de l'enregistrement, une moto m'amène au SDF.... mais l'émission fut retardée de 2-3h, et j'ai préféré plutôt que de "faire le beau à la télé", aller voir Julien Bonnaire prendre 14 ballons en touche au nez et à la barbe de O'Connel et O'Callaghan et Michalak réussir son fameux banana kick pour le deuxième essai de Clerc.

Aucun regret donc, surtout que le reportage a été diffusé et qu'à la fin de celui-ci, JLD annonce "formidable ce médecin"... ça n'a pas fait du bien à mes chevilles, mais je l'en remercie quand même !


Bon des points noirs quand même, je pense, d'après ce qu'on m'a dit, que beaucoup de ces émissions faisaient trop dans le "on fait pleurer Mémère"... mais que celui qui n'a jamais regardé de la télé-réalité lui jette la première pierre !

Il parait aussi que c'était un dictateur, assez terrible, avec son équipe.

Il faisait vraiment LA star. Pour l'émission, à laquelle j'ai assisté, il apparaissait dans la seconde où il était à l'écran et disparaissait dans la seconde où il n'était plus à l'écran. Pour le cocktail après l'émission, il a fait une apparition de deux secondes (5 maxi) pour remettre un bouquet aux deux stars qui étaient là : une des deux Vamps qui a raconté son adoption au Guatemala et Caroline Tresca, dont l'apport à l'émission a été tellement fort, qu'elle a été entièrement coupée !

Une anecdote amusante, les Guignols se moquaient de son oreillette, et pendant le 1/4h où il m'interrogeait je le regardais dans les yeux, alors que lui semblait ne pas me voir, ne pas m'entendre, il parlait avec quelqu'un d'autre qu'il engueulait manifestement pour reprendre son beau sourire dès qu'il s'adressait à moi et qu'il était à nouveau filmé.

Et une dernière pour la route : lors d'une autre émission télé, lors du maquillage (le moment que je préfère), la "vieille" maquilleuse bavarde comme une pie, me parlait de tous ceux qu'elle avait maquillé dans sa longue carrière, comme l'homme politique Emmannuelli (le cauchemar des maquilleuses à cause sa pilosité), la petite Carole (Gessler, dont j'étais l'invité, "elle est trop gentille et vous savez avec ses beaux yeux on lui fait faire la présentatrice, mais c'est une vrai journaliste, blablabla")... et Jean-Luc ("aaaah Jean-Luc, je l'ai connu tout jeune, y avait pas plus gentil, ce que ça peut faire comme mal de devenir star !").

Salut l'artiste !

2 commentaires:

Sabine a dit…

Très bel hommage!!

Véronique, a dit…

Le retour du Dr avec ce très bel article ... j'étais fan, aussi ... et il avait mon age ( à 2 mois près)

Véronique de Bretagne

petitourparcheznous.blogspot.fr