samedi 14 décembre 2013

Quoi de neuf en 2013 ?




Salut c'est pour un sondage, et j'ai besoin de vous, de vos avis, j'espère donc de nombreux commentaires.

Je dois faire fin janvier une conférence à une très grosse assemblée de pédiatres fin janvier, dans une session dont le titre est : Actualités, et  bien sûr je dois parler de l'actualité de l'adoption en 2013.

J'ai quelques idées, mais j'aimerai aussi avoir les vôtres, savoir ce qui pour vous familles a le plus compté. Alors, vraiment par avance un grand merci de me dire quel a été pour vous l'actualité, les actualités de l'adoption en 2013.


35 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
j'aurais beaucoup , à dire , où peut -on vous écrire?
Difficile d'écrire notre vécu en commentaires( une lectrice du blog)

Jean-Vital de Monléon a dit…

Pour me faire part de votre ressenti sur l'actualité de l'adoption sur la dernière année en voulant profiter de la discrétion, vous pouvez m'écrire sur cao@chu-dijon.fr


Merci

Carole LG a dit…

Ayant adopté en Russie juste avant le gel des adoptions, je dirais pour voir autour de moi la détresse que cela a causé autour de nous que c'est cela pour nous l'actualité de l'adoption en 2013.
Il y aura hélas beaucoup moins de petits russes adoptés par des français l'année prochaine... sans compter ceux qui pensaient avoir trouvé des parents et qui du coup sont toujours en orphelinat...

Etienne a dit…

Je partage l'avis de Carole, ayant adopté en Russie juste avant le gel des procédures.
C'est la fin des adoptions en Russie pour qques années (80% des adoptions étaient individuelles)
Plus généralement, l'année 2013 représente la fin des adoptions individuelles (La Russie et Haïti basculent dans le régime OAA et AFA) et probablement une nouvelle forte baisse dans les adoptions internationales.
L'adoption nationale française restant sinistrée, peu d'espoir pour ceux qui sont en recherche de parentalité.

Anonyme a dit…

Bonjour, maman de deux enfants adoptés en Russie, je rejoins hélas les autres témoignages sur la situation très difficile des adoptions en Russie. Sinon, en vrac, l'année 2013 est marquée pour moi par la loi sur le mariage pour tous (avec les conséquences en matière d'adoption et de filiation qui vont avec), le durcissement voire la fermeture de nombreux pays. La question qui se pose fin 2013 est la suivante: l'adoption internationale ne va-t-elle pas s'arrêter (ou presque)? Il y a aussi la sortie de l'excellent livre de J. Lemieux (la normalité adoptive). Je ne compte pas parler du film de V. Lemercier, ça fait tâche et n'apporte rien à la question. Sur le plan de la post adoption, il y a beaucoup à faire... mais c'est un autre débat.

Anonyme a dit…

Pour des parents qui ont adopté il y a "longtemps" (5 ans...), je dirais que l'année n'a pas été marquée par un événement en particulier, sinon par l'absence totale de discussion sérieuse sur l'adoption dans le cadre de la loi sur le mariage pour tous - reporter à une "future" loi sur la famille n'était pas vraiment un service à rendre aux couples homosexuels qui souhaitent devenir parents car que n'a t on entendu comme aneries sur l'adoption homo...

Pour les parents en cours d'adoption, je dirais que c'est une année de fermetures de plus, de changement radical d'un paysage qui a déjà été bouleversé depuis le début des années 2000. Peut etre la fin de beaucoup de reves...

Bonne préparation
Mamaucy

Bernardo a dit…

Euh, patron, si je disais que les événements marquants de l'année 2013, c'est l'abandon par les autorités françaises de l'adoption internationale, la préparation par nos parlementaires de la suppression de l'adoption plénière et la poursuite du refus de proposer des projets d'adoption pour la plupart des pupilles de l'Etat, aurais-je l'air particulièrement pessimiste ???

Jean-Charles a dit…

Bonsoir, nous avons eu la chance d'adopter en 2012 un petit garçon en Ethiopie. Nous avons renouvelé notre agrément pour un frère ou soeur provenant du même pays et découvrons que tout semble bloqué ou presque. Certaines OAA se posent même des questions concernant leur survie financière de ce fait. A priori il y aurait des pressions d'Organisme International pour que les pays d'origine arrêtent l'adoption international(sans solution concrète de remplacement).

Anonyme a dit…

Bonsoir Maman de deux enfants arrivés de Russie en 2007 et 2011, je suis, comme beaucoup, triste de la situation actuelle de l'adoption en Russie:
- fin de l'adoption individuelle;
- inertie à ratifier et à promulguer un accord;
- fin de l'adoption par les célibataires;
- erreurs diplomatiques dans les relations franco-russe.

Béatrice, maman d'Alessya 11 ans et Iégor 6 ans, très en colère

Anonyme a dit…

Bonjour,
Un paradoxe : on n'a jamais autant parlé d'adoption avec si peu d'adoptions...
La tendance de fond, c'est la quasi-disparition à terme de l'adoption internationale pour des raisons économiques (hausse du niveau de vie, développement de l'adoption nationale) mais aussi, et surtout pour l'instant, pour des raisons politiques (volonté des pays de montrer qu'ils sont capables de s'occuper de leurs enfants) et idéologiques (pression des organismes internationaux type UNICEF).
La deuxième grande tendance c'est le mélange des genres : les parents adoptifs sont confondus avec les beaux-parents, l'adoption est confondue avec la GPA, l'accès (légitime) à leurs origines des enfants adoptifs est confondue avec le système de l'adoption plénière...
La dernière grande tendance, c'est le développement, inéluctable à terme, de la GPA qui est certes toujours illégal en droit mais qui, en fait, devient reconnue par l'Etat (cf décret Taubira et l'exemple de personnalités médiatiques manifestement passés par la GPA sans que cela ne provoque la moindre question des médias ou de la classe politique...)
C'est donc la fin d'une ère : celle de l'adoption "classique" où un enfant sans famille se voyait offrir une nouvelle famille.
Bienvenue dans la nouvelle ère : celle des gamètes 100% garantis, du contrat de location d'un corps, du choix de la mère sur catalogue, de la multiparentalité, ...
Cordialement
Jérôme

Unknown a dit…

Je rejoins Jérôme.

L'année 2013 restera marquée pour moi par la loi autorisant des couples de même sexe à adopter un enfant, enfant déjà privé une première fois d'un père et d'une mère. Je regrette infiniment que les accusations d'homophobie aient complètement occulté le vrai débat de fond sur l'adoption, les droits et les besoins des enfants.

L'"intérêt supérieur de l'enfant" n'était certes pas la panacée, bienvenue dans l'ère du "droit à l'enfant" pour tous.

Magali

Romi a dit…

Bonjour,

Une constatation concernant les enfants venant d'Haiti qui ont de grosses difficultés à l'école ... dys en tout genre, TDAH ... pourquoi ??? je me pose toujours cette question ? longueur de la procédure ? 18 - 24 mois - 36 mois pour certains - avant d'arriver dans les familles ... je ne parlerai même pas des enfants d'après le séïsme !!!

Ensuite le mariage pour tous et l'adoption qui va avec !! y'en aura t'il vraiment et si oui, combien ???

et pour finir, l'effet marquant de cette fin d'année, le film de Valérie Lemercier, nous traitant de fausse mère !!! Après avoir vu les extraits, je pense que c'est un très mauvais film ... dommage, j'aime bien la Valoche et son acolyte Le Louche mais franchement elle a raté son film et surtout elle aurait dû préparer son film plus de professionnalisme plutôt que de foncer tête baissée sur un sujet qu'elle ne connait pas.

voilà, sinon ma fille est en 6ème, a enfin de bonnes notes, voir de très bonnes grâce à l'équipe pédagogique spéciale dys ... des classes de dys ça existent mais très peu apparemment !!!

bonne journée doc

Michèle de Brest

Anonyme a dit…

2013, c'est aussi la fin de l'adoption en Colombie (pour les enfants de moins de 7 ans).

Pour nous qui avons adopté nos deux enfants dans ce pays, c'est une page qui se tourne.

Et je ne peux m'empêcher de penser à tous ces couples qui attendent, qui espèrent... et à qui on ne peut plus dire "vous y arriverez" car même nous, on n'en est plus du tout sûrs...

Lalie37 a dit…

pour nous l'année 2013 a été l'année ou il a fallut dire NON à notre second projet d'adoption après 9 ans d'attente en Lettonie,4 propositions d'apparentements qui ne correspondaient pas à notre notice d’agrément en terme de santé des enfants... Et l'AFA quasi inexistante, pas d'écoute, de soutien...

Lalie37

Anonyme a dit…

fin de l'adoption en Colombie..quelle tristesse !

Anonyme a dit…

Ceci est pour moi la nouvelle la plus triste de 2013:

Colombie : une application stricte du « principe de subsidiarité » par les autorités

L’ICBF ainsi que les IAPAS appliquent strictement le principe de subsidiarité donnant l’unique priorité aux familles colombiennes candidates à l’adoption. Les enfants confiés à l’adoption internationale sont ceux pour lesquels AUCUNE solution n’aura été trouvée par les services de protection de l’enfance colombiens auprès de leur famille ou auprès d’une famille colombienne candidate à l’adoption. L’allongement de l’attente annoncé par les autorités colombiennes lors du déplacement de Béatrice BIONDI, Directrice Générale de l’AFA du 21 février au 1er mars 2013, persiste. L’avancée de l’ensemble des listes d’attente reste fortement ralentie. Certaines ont même cessé d’avancer depuis de nombreux mois. L’attente des candidats à l’adoption peut atteindre et même dépasser les 5 années pour de nombreuses tranches d’âge. Les familles ayant un dossier en attente auprès d’une régionale de l’ICBF sont également impactées par l’augmentation de la période d’attente car ces dernières voient leurs dossiers rester 1 an ou plus au sein d’une régionale. Par ailleurs, en fonction du nombre d’enfants adoptables à l’international dans les régionales, ces dernières peuvent décider de renvoyer certains dossiers à l’ICBF central afin d’être transférés auprès d’une nouvelle régionale. L’AFA rappelle que : - Le 6 juin 2013, l’ICBF a pris la décision de suspendre la réception des candidatures étrangères concernant l’accueil d’enfants de moins de 7 ans. - Actuellement, les projets d’accueil concernant des enfants de 9 ans et plus et/ou des enfants à besoins spécifiques peuvent aboutir dans un délai raisonnable.

Quelle décision terrible! Et pendant ce temps, ces enfants plus vieux ne seront pour la plupart jamais adoptés. Choquant!!!

Anonyme a dit…

2013 : L'année ou les protagonistes de L'Arche de Zoé auront été jugés en première instance et en appel - avec une grande clémence de la part de la cour pour le procès en appel.
Pour un peu, ils seraient des héros !
Alors qu'ils ont confondu l'intérêt des enfants (qui n'étaient pas sans famille) avec leur vision de l'humanitaire (se donner le beau rôle ?)

Anonyme a dit…

en plus de tout ce qui a été dit, l'évolution de la société actuelle avec le refus de la différence et le racisme exacerbé, et les conséquences qui en découlent pour nos enfants...
La comédienne et réalisatrice déjà citée et qui se veut drôle exprime tout haut ce que de plus en plus de gens pensent tout bas.
Mais si ces mots (ou maux) nous affectent, nous les parents (tout simplement, sans adjectif), qu'en est il pour nos enfants qui ont beaucoup d'autres choses à faire (telles que grandir, s'épanouir, digérer leur histoire, avancer avec leurs valises...) que de se polluer les oreilles avec ces discours qui se banalisent. Personnellement il me semble que la parole se libère et que ce qui ne se disait pas, peut se dire sans honte aujourd'hui... ou même s'écrire.
Merci de porter nos voix anonymes

Anonyme a dit…

Ce qui nous semble caractériser l'adoption en 2013 c'est la question des enfants dits ' à particularité'. Adoption rime désormais avec 'particularité' , l'un ne peut aller guère sans l'autre .

Pour tout postulant à l'adoption qui ne veut pas se contenter de rêver son enfant , mais bien partir de la réalité des enfants à adopter , je crois qu'il est difficile d'échapper à cela. Adopter en 2013, c'est aussi faire ce chemin vers un enfant qui peut avoir un peu plus de besoins que les autres . L'appréhension et la préparation de la parentalité adoptive doivent totalement intégrer ce fait.
La construction du projet d'adoption doit donc être tout particulièrement mûrit et informé en amont, pour dire oui par désir et parfois savoir dire non , si on se sent dépassé .
La question est de savoir si les CG et autres acteurs de l'adoption ont suivi cette évolution ? L'agrément est -il adapté?



2013 c'est aussi , le sentiment pour moi ( je ne sais pas ce que diront les stats) d'une contraction de l'adoption internationale , en terme de pays ouverts et du nombre d'enfants proposés. On sent presque la future fin d'un l'adoption internationale s'amorcer déjà .Cela se traduit aussi par un changement incessant des infos disponibles , par aussi une certaine "navigation à vue" , si je puis m'exprimer ainsi , des différents acteurs.
Tout cela implique une complexification du chemin d'adoption me semble -t-il.
2013 C'est aussi plus personnellement pour notre famille une proposition d'enfant ! quel bonheur!

Anonyme a dit…

Bonjour,
je rejoins tout le monde sur 2013, l'accélération des fermetures, le rallongement des délais, le désintéressement de l'état, perso je me dis qu'on a encore de la chance, notre fils est arrivé en 2009 et nous avons fait dans la foulée le 2ème agrément (j'avais bien pressentie l'urgence d'accélérer). Aujourd'hui nous dossier pour N°2 est dans le pays en cours et au dernier nouvelle on aurait un apparentement. Mais comme rien n'est sur, 2014 sera la dernière année de l'attente, notre agrément se termine en mars 2015, et hors de question de recommencer la connerie de la réunion au CG, les rendez-vous avec l'AS ou la PSY qui si elles sont pros se passent bien, mais où au hasard de la loterie vous pouvez tomber sur de sacrées buches. NOn décidément, j'épargnerai cela à ma famille. Alors OUI je suis triste, en regardant la chambre préparée, OUI je suis triste en passant à toutes ces rencontres qui n'auront pas lieu. OU est l'intérêt supérieur de l'enfant. EVE
PS : si j'ai une bonne nouvelle en 2014, je vous ferai un petit signe Docteur

Moushette a dit…

Quelle bonne idée de faire une récap' pour 2013, car cette année me semble bien floue et dénuée d'événements positifs.

L'année 2013 est une année bien morose et calme en ce qui concerne l'adoption internationale en France. Aucune action majeure, le système semble gelé, ralenti, s'endort-il, meurt-il ? Côté OAA, soit elles ferment, soit elles survivent ou s'épuisent. Elles sont bien loin ces promesses de professionnalisation, tous les chants de sirène leur promettant plus de moyens s'éloignent dans la brume.

Ah si, il y a bien eu une action majeure de notre ministère cette année. Et je m'étonne que personne ne l'ait pas encore citée ici :

le SAI a changé de nom et est redevenu la MAI ! Mince quelle événement, j'en reste encore toute estomaquée...


J'espère que 2014 sera une année bien différente. Notre nouvelle ministre semble être bien à l'écoute des différents acteurs de l'adoption, maintenant j'attends l'action !

Anonyme a dit…

Les commentaires précedents sont riches des mêmes points qui me tiennent à coeur:
- fermeture de l'adoption en Russie (où sont nés mes 3 enfants) mais aussi dans bien d'autres pays
- mort inéluctable de l'adoption individuelle (sans que rien ne semble se mettre en place pour aider les adoptants)
- discussions enflammées autour du maraiage pour tous et de l'adoption, sans que l'adoption n'avance d'un pas, mais en ancrant toujours plus la filiation dans le biologique
- méconaissance de l'adoption en général, le seul qui en parle de manière récurrente est le cinéma, et on a bien vu avec le dernier film de Valérie Lemercier
- adoption simple mise en avant pour remplacer la plénière (nouveau discour politiquement correct?) nous avons dû nous battre deux ans pour reconnaître ce droit à notre fille qui risquait un status différent de ses frères
- la mise en exergue dans les médias des seuls problèmes (enfants malades, enfants rendus par les parents, adoptions illégales) sans toutefois la mise en place d'un accompagnenemt pour les familles ou les adoptants

Bref un délitement de l'adoption qui était lent et semble s'accélerer, sans que rien ne bouge vraiment. Le constat est donc bien pessimiste.
Espérons que 2014 apportera une volonté de tous de faire bouger les choses, c'est desomais urgent!
Virgule

Anonyme a dit…


Bonjour,

Pour notre famille ,nous retiendrons : le mariage pour tous,qui va permettre à nos deux enfants d'avoir le même noms et d'être enfin sécurisé comme toutes enfants !
Je déplore également la disparition des adoptions individuelles qui va favoriser la gpa ,car quel choix aura maintenant un personne hors norme pour les Oaa! Impossible d'adopter un enfant en France et à l'étranger... tout le monde n'a pas la capacité d'éléver un enfnat de + de 7 ans ou avec des pathologise graves.

Nous avons eu bp de chance il y a 5 ans de créer notre famille malgrès les nombreux pb liés aux familles homoparentales ,d'accéder aux statuts de parents! Sachant le chemin parcouru et les difficultés,je souhaite et j'encourage vivement tous les futurs parents à continuer à poursuivre leurs rêves ,malgrès la morosité adoptive ambiante!
Bonne fêtes de fin d'années à tous.
Nathalie

Anonyme a dit…

Tout ce que j'avais à dire l'a été ci-dessus, notamment pour la Colombie et la Russie.
Ah si, quoi de neuf en 2013 ? Toujours pas de conférence du Dr Monleon à Pau ;-)

les lucioles a dit…

Du côté de l' "a"doption (= les petites histoires de l'adoption), 2013 a vu, comme tant d'autres années avant elle, des milliers de familles adoptantes réussies, avec ses hauts et ses bas, comme toutes les familles.

Du côté de l' "A"doption (la grande histoire de l'adoption), 2013 a en effet été, pour beaucoup d'entre nous, marquée par l'impuissance d'assister à la mort annoncée et programmée de l'adoption internationale.
En 2013 comme jamais, l'adoption internationale est considérée comme "pas bien", "pas propre". Comme il est dit plus haut, une certaine politique et idéologie n'aiment pas l'adoption. Cela ne me semble pas venir d'un problème de "déracinement" ou autre "colonisation" ou "droit à l'enfant". Car quand on regarde l'adoption nationale, elle-même si moribonde, on voit bien que ces raisons ne collent pas.
Cela semble bien plus lié à un certain regard "sacré" sur la filiation et la famille. Il n'y a qu'à voir les divers débats sur le mariage pour tous.
Pourtant l'amour n'a rien de biologique.

Nenette a dit…

L importance du biologique ne doit pas etre nie. Si nous avons pu adopter et devenir parent cest que, malheureusement, nos enfants n ont pas pu grandir aupres de leurs parents biologiques. Les racines c est aussi le biologique. Chaque enfant devrait pouvoir grandir avec ses parents biologiques, dans un monde ideal, le mien en tout cas.
J ai ete tres etonnee du tolle suscite par les propos de V. Lemercier, disant en substance qu etre mere adoptive est sans doute plus difficile qu etre mere biologique. Etre parent adoptif est pourtant plus complexe, etre enfant adopte aussi. La filiation c est d abord la biologie, l amour ensuite. Comme disent certains adoptes : nous avons le meme nom, pas les memes ancetres. Je garde aussi dans mon coeur le mot d une petite fille en reponse a sa mere adoptive lui expliquant qu on ne connaissait pas la "dame" qui l avait mise au monde " mais moi je la connais". Magnifique et imparable.
Oui je suis la fausse mere biologique de ma fille, rien de choquant la-dedans. Ca n empeche pas le vrai amour, et la seulement je rejoins Lucioles. Les enfants adoptes ont deux vraies meres.
Je trouve que les parents adoptifs devraient travailler davantage sur ces notions de vrai/faux, N. Newton Verrier temoigne que selon le sujet evoque un meme adopte peut utiliser le terme vraie mere un coup pour la mere biologique, un coup pour la mere adoptive.
Magali

Anonyme a dit…

Bonjour,

Si cela peut vous etre utile...

Une petite association qui
a vu le jour en 2011 et qui n'est ni une OAA, ni une APPO a relayé régulièrement toute l'actualité de l'adoption internationale en 2013. Le site est consultable par tous.
http://www.arbredelavie-adoption.fr/

Gina a dit…

Mes pensées de 2013 :
Pourquoi l'adoption internationale (ou pas) est elle aussi gênante alors que la PMA l'est, semble t il, nettement moins ? Y a t'il un souhait de blancheur et d'innocence, ne serait-ce que pour masquer les particularités de l'adoption internationale = la misère dans certains pays pillés par le capitalisme ?
Ah pardon, ce sont peut-être des questions qui n'intéressent pas les pédiatres ? Ce qui les intéresse ce sont les problèmes de santé des enfants adoptés, des parents adoptants, et chercher le pourquoi du comment ? Même si, parfois, on finit par dire dans les médias qu'un enfant adopté aura plein de problèmes, des maladies rares, et qu'il va coûter cher à l'Etat. J'espère que les pédiatres ne vont pas oublier de parler aussi des enfants qui vont bien et qu'on n'ont pas besoin d'eux.

Anonyme a dit…

2013; la grande confusion entre de sujets qui n'ont rien à voir: le mariage pour tous, adoption, GPA, un gouvernement qui se moque de ce sujet, un SAI qui redevient MAI (joli pas de deux, c'était son nom antérieur!). Notre découverte du discours de l'Unesco qui clôt l'adoption internationale au piloris sans proposer d'alternative viable pour les enfants dans les pays concernés. Quid de l'intérêt supérieur de l'enfant?
Peut être le glas de nos espoirs de seconde adoption au Vietnam, malgré notre apparentement il y a plus d'un an, et un dossier qui n'en finit pas d'aboutir... Je n'ose penser à ceux qui n'ont pas encore d'enfants et se lancent maintenant dans ce parcours, j'en connais , je ne sais que leur dire.
2013 pour nous ne se termine pas vraiment bien; hélas je ne suis pas sûre qu'en dépit des voeux de bonne année, 2014 se déroule mieux. Carpe diem.
Cora

christelle02 a dit…

je partage bien sûr l'avis de tous sur les adoptions en Russie (ou ailleurs) qui se trouvent ou vont se trouver gelées, mais pour moi, peut-être est-ce parce que c'est récent, ou parce que ça peut paraître un sujet plus léger (alors que non), les paroles et la façon de traiter l'adoption dans le dernier film de V. Lemercier m'a fait bondir, ... je sais qu'il faut savoir garder le sens de l'humour, mais quand ma puce de 8 ans a vu le teasing du film un jour (un des rares où elle était devant la télé), elle m'a demandé "dis maman, toi, t'as pas choisi moi, hein ? Sinon, t'aurais pris un zenfant plus mieux"... OK, j'ai pu alors lui redire encore et encore que NON, pour rien au monde, je n'aurais voulu une autre petite fille, déjà grande mais si jolie et si vive, et qui nous rend si heureux, son papa et moi ... oui, nous avons pu partager un moment rare ensemble, mais ce n'était qu'un de plus, et ces images, elle les a vues, quoi qu'il en soit !!! Et ça, ça me met encore hors de moi !!

Anonyme a dit…

2013 aura été pour nous 17 mois d'attente de notre agrément (donc 2012 et 2014 en partie aussi: septembre 2012 à février 2014 si tout va bien), agrément qui pourtant s'est bien passé. Que peut-on faire: rien, attendre! Pendant ce temps des pays se sont fermés (Colombie notamment). Un point positif cependant: il semblerait que dans notre département, les délais pour l'adoption des pupilles se soient raccourcis...
Je ne parle même pas de la catastrophe du Mariage sois-disant pour tous complètement à l'encontre de l’intérêt supérieur de l'enfant ("une famille pour un enfant"???)
Bonne année quand même à tous.
P & A

tchoune a dit…

2013, c'est d'abord et surtout l'année de notre apparentement apres une longue grossesse de coeur,
2013 c'est aussi le plaisir de découvrir mme Lemieux en conférence, une femme épatante qui parle drolement bien de l'adoption et de ses défis sans manquer d'humour
2013 c'est la poursuite de la fermeture de pays à l'adoption internationale
2013 c'est encore et toujours la guerre civile avec nombre d'orphelins, en centrafrique mais pas seulement
2013 c'est un typhon aux philippines,
2013 c'est la ratification de la conférence de la Haye par haiti
2013 c'et encore trop de parents qui cherchent leurs chemin et pourtant aussi trop d'enfants qui n'ont pas de famille
2013 c'est des réunions d'info pre adoption au CG (vécue pour mon renouvellement d'agrément) qui ne correspondent pas à la réalité et qui donnent aux parents adoptants des lunettes roses, ces lunettes ne tiendront pas longtemps!!!
2013 c'est l'année ou tous les 2 mois on nous dit que la COCA de notre région va fermer manque de moyen

j'espère que 2014 sera meilleure ;)

catherine a dit…

Pour nous 2013, fut l'aboutissement de notre quête, l'arrivée de notre grande fille Rachel (et si petite aussi quand elle pleurniche par terre).
2013, un flot de sentiments mitigés, de bons moments et de moins bons, de remises en questions, de déceptions aussi. Tout cela confondu, l'arrivée d'un enfant, et la fin d'une longue expérience professionnelle. Le choix difficile entre son enfant et son gagne-pain, face à l'incompréhension, j'ai choisi d'élever mon enfant. Le manque d'ouverture de certains, la solidarité d'autres. Une enfant qui grandit vite, qui apprend vite et qui se bouleverse d'un rien comme moi. Un nouveau lien, parfois plein de douceurs, parfois si confus. 2013 m'a réservé beaucoup de surprises. Mais je pense aux enfants de RDC qui sont restés là-bas, des prénoms qu'elles n'oublient pas, ses petits camarades d'institution, ces enfants qui doivent continuer de vivre dans l'attente et l'incertitude. Ces nouvelles peu encourageantes qui nous viennent d'Afrique, ce chaos général. La disparition de Mandela, je m'égare, sans rapport avec l'adoption, mais pourtant, pour moi...
Ces OAA qui font un travail incroyable, qui se donnent sans compter pour le bien des enfants, mais qui parfois sont si mal récompensées par les autorités françaises..
2013, m'a laissé un grand trouble, pourvu que 2014....

Anne - nissa - a dit…

Bonjour Doc,

Tout abord, bonne année, bonne santé (ça se souhaite aussi à un Doc, non ?... vous avez une santé comme nous... ;-) )

Je ne vais pas me démarquer...
- Gros débat sur l'adoption suite au mariage gay... qui en fait, n'est pas un sujet sur l'adoption qui concerne les 30 000 couples ou personnes agrémentées...
- Le rallongement des délais...

Et peut être parce que plus concernée, le problème politique de l'adoption...
Nous sommes en procédure pour les Philippines, ...
Que ce soit avant ou encore plus après le typhon, les USA ont des programmes d'aides incroyables et du coup... 50% des enfants adoptables Philippins vont vers les USA. En France, les Agences n'ont pas de lignes budgétaires pour cela... "On n'achète pas des enfants..." Il y a une réelle inadéquation...

A bientôt

kty a dit…

Bonne Année à tous, quelle soit plus sereine et qu'on puisse parfois vivre simplement sans avoir à se justifier....
Les années se suivent et comme beaucoup je ne peux que constater les difficultés croissantes de l'adoption.
2008... 2013 et maintenant 2014 qui semble la suivre et c'est le même combat...
Comment les enfants adoptés peuvent-ils se construire :
quand l'adoption reste présentée comme "un vol" (à 6 ans ma fille est revenue complêtement chamboulée car une petite fille lui a dit qu'elle avait été acheté!!!),
que seul est vrai le lien biologique,
Qu'obligatoirement on les a privé de l'amour de leur "vrai" maman et
donc obligatoirement ils doivent en souffrir (c'est évident me dit une dame bien pensante!!)
Quel amalgame entre l'adoption responsable et les dérives qui semblent seules exister aux yeux du plublic...Et même, si Dr Choulot dans son article récent commence par dire que ce n'est pas la majorité des adoptions, qui s'attarde sur cette observation!!
J'ai du respect pour la mère biologique de ma fille mais j'aimerai qu'on nous lache les "baskets". J'aime ma fille et je revendique le droit en 2014 d'être aussi sa vrai mère.
MERCI