samedi 26 janvier 2013

Les conséquences que pourraient avoir la loi sur l'adoption !


C'est un billet de synthèse dans l'état actuel des choses, susceptibles de changer avec l'évolution de la future loi.




Première conséquence : Quels sont les risques pour les enfants ?


Je ne suis pas celui qui en parle le mieux. Mais en dehors du risque de stigmatisation que personne ne nie, il y a aussi le risque de la construction de l'enfant, du manque de repère avec l'absence d'un père ou d'une mère, chose que peuvent connaître aussi les enfants dans les familles monoparentales.

Il y a plus grave de créer une complète généalogie de fiction. On peut dire que l'adoption est aussi une généalogie de fiction. Mais celle-ci se crée en remplacement d’une généalogie disparue par une nouvelle généalogie « possible ». Cette généalogie possible, c'est soit un couple hétérosexuel, soit un seul parent et on sait depuis des siècles (veuvage, séparation, etc....) que cela peut arriver. Créer une généalogie de parents de même sexe est une véritable fiction, et on peut d’ores et déjà s’inquiéter des conséquences... même si elles seront plus évidentes dans une génération.




Deuxième conséquence : Quels seront les enfants qui pourront être adoptés ?

Je classe à part les enfants qui « existent déjà » et qui sont élevés dans des familles homosexuelles, étant l’enfant biologique de l’un des deux. Ces enfants existent il ne faut pas les ignorer, il faut leur donner une sécurité et je vous ai déjà parlé de « mon » adulte-qui-compte. C’est un autre débat.

Comme vous le savez, il y a actuellement entre 20 et 30000 personnes sont titulaires d’un agrément et peu d’adoptions nationales, et de moins en moins d’adoptions internationales.


Les homosexuels risquent de ne pas être favorisés car ils n’apparaitront sans doute pas comme les meilleurs candidats… donc je m’inquiète sans doute pour rien aujourd’hui...... mais demain ?

Et si la priorité leur était donnée ? Voir plus bas…



Troisième conséquence : Quelle conséquence sur l'adoption internationale ?
L'adoption par des homosexuels n’est autorisée que par quelques rares pays d'origine. L’Afrique du Sud, or le nombre d'enfants français adoptés en Afrique du Sud sur les vingt dernières années doit se compter sur les doigts d'une main ! Le Brésil, et si ce pays fut un géant de l'adoption il y a actuellement fort peu d'enfants brésiliens adoptés à l'étranger il ne s'agit maintenant que d'enfants avec des particularités et notamment des âges avancés.

Il y a aussi, à mon avis une différence notable entre autoriser l’adoption par des homosexuels et la réaliser de fait.

Il sera donc très dur pour les homosexuels d’adopter à l'étranger, dans l'état actuel des choses. Peut-être même plus dur si cette loi est votée que ce qui se passe actuellement.
Certains pays, en effet, notamment parmi les plus fiables en matière d'adoption (Colombie, Thaïlande), s'interrogent sur l'opportunité de poursuivre l'adoption de certains de leurs jeunes ressortissants dans un pays où l'adoption homosexuelle est autorisée. L'adoption par les Français (au moins les célibataires) sera peut-être compromise dans ces pays après la validation de cette loi.


Quatrième conséquence : Quelle conséquence sur l'adoption nationale ?


J'ai vu des chiffres assez surprenant sur ce qui se passe en Belgique, où l'adoption homosexuelle est autorisée depuis quelques années. Si l'adoption internationale par des homosexuels est quasi nulle, dans certaines régions (Flandres) près de 40 % des adoptions nationales seraient réalisés par des homosexuels. Il faudrait analyser le détail de ces chiffres. S'il ne s'agit que d'adoption intra-familiale (mais le chiffre me semble trop élevé pour cela) c'est moins problématique.

Sinon, cela voudrait dire que la préférence est donnée aux homosexuels, et cette situation pourrait se produire en France par idéologie.
Je m'associe complètement aux inquiétudes des associations d'adoptés qui savent mieux que personne combien les enfants adoptés sont fragiles, plus encore peut-être ceux qui sont nés sous X, qui n'acceptent pas que cette loi les transforme en cobayes et nie le principe fondamental de l’adoption : UNE FAMILLE POUR UN ENFANT ET NON LE CONTRAIRE.


Cinquième conséquence : Quels sont les effets collatéraux ?

Certains sont déjà là, et divers intervenants du débat en « profitent » pour se questionner, s'offusquer, voir songer à interdire, d'autres particularités (pour lesquelles adoption est possible mais considérée à plus ou moins juste titre comme un risque) : célibat, âge avancé etc.

Et voilà que patatras, politiques et juristes se remettent à parler de l'adoption plénière comme un obstacle majeur de la connaissance des origines et un handicap dans la construction de l'enfant… si des adoptions plénières sont accordés aux  homosexuels… mais pour les autres aussi sans doute...



57 commentaires:

............ a dit…

Bonjour,

Pourquoi tout le monde s'emballe sur l'adoption par des couples homo alors que dans la loi telle quelle va être étudiée, l'adoption et la procréation assistée ne sont pas concernées?

la loi qui va être étudiée est pour le mariage de deux personnes de même sexe ! point

et puis quelle hypocrisie que de laisser le systéme actuel, combien de couples homos doivent mentir, se cacher lors des des demandes d'agréments au cg?

vous parlez de pays qui vont refléchir a l'éventualité de ne plus confier d'enfant à des pays ayant voté la loi sur l'adoption par des couples homos, je trouve que vous faites du sensationel ...... l'espagne continue de travailler avec la colombie et pourtant ......

je ne minimise pas les difficultés que les enfants adoptés vont rencontrés mais dans ce cas là, nous en tant que couple blanc avons nous raison d'adopter en Afrique noire? on pourrait retourner votre argument sur la difficulté des enfants ayant une couleur de peau foncée ayant des parents adoptants blancs!

je me pose une question à la lecture de votre post, comment les couples homo ayant deja adopté et futurs adoptants vont pouvoir trouver des ressources et des aides apres vous avoir lu? ils n'oseront sans doute plus pousser votre porte de consultation coca?

je sais que vous êtes enormement lu et respecté (je vous lis aussi et je vous ai souvent cité sur mes blogs d'adoption comme une reference) mais aujourd"hui je prend le temps de vous laisser ce long message parce que je ne veux pas, qu'il n'y qu'un seul son de cloche sur votre blog! et je m'apperçoit que d'habitude bcp plus de lecteurs emettent un avis et là je trouve ce silence inquiétant.

Vous êtes un professionnel de l'adoption, moi pas!
Si je réagit aujourd"hui sur votre blog ce n'est pas pour faire de la provoc mais parce que j'estime que comme vous avez le "statut de la blouse blanche" (je ne dis pas ça pejorativement) et j'avais envie de désacraliser un peu !

il y'a un an j'ai assisté à une conférence d'un de vos collégue québecois et un couple d'hommes à interrogé ce pédiatre sur l'adoption homoparentale, pour résumer sans doute trés maladroitement et trop rapidement, pour lui si les couples homos font en sorte que dans la vie de l'enfant il y'est un homme ou une femme (representant l'autre sexe), donc une personne trés impliquée et qui sera un soutien fort et présent pour l'enfant, pour ce pédiatre il n'y a pas plus d'échec et de difficultés dans l'adoption que par des couples hétéros.

mes propos sont sans doute un peu maladroits mais ils sont dit avec le coeur.

patricia

Jean-Vital de Monléon a dit…

Bonjour Patricia, merci de votre message, ne vous inquiétez pas, il y en aura d'autres (on est le week end) pour dire qu'ils ne sont pas d'accord avec moi... dans ce débat, c'est plutôt ceux qui pensent comme moi, qui n'osent pas trop s'exprimer.

Votre avis est libre, mais je dois vous dire que votre première phrase est totalement fausse, l'adoption est concernée par cette loi (le gouvernement le dit bien d'ailleurs) parce que qui dit mariage dit adoption par couple possible de manière automatique.

Je fais tout pour recevoir toutes les familles et je tiens à garder ma porte ouverte aux couples homos, j'en reçois encore à l'heure actuelle, je ne cache rien de mes inquiétudes, et la plupart d'entre eux me disent qu'ils ont bien conscience de leur risques supplémentaires.

Parler de ce risque n'est pas être homophobe, ne tombons pas dans la caricature qui pollue le débat.

Mon collégue québécois dit et pense ce qu'il veut, ce n'est pas la première fois que je serai en désaccord avec lui... notamment lors de ses interventions publiques.

N'ayez pas peur de revenir vous exprimez.

Anonyme a dit…

Snif, comme quoi on ne peut pas toujours être d'accord. J'ai toujours lu votre blog avec beaucoup d'intérêt, la plupart du temps je suis complètement en accord (sur la plénière, sur l'adz, sur tout un tas de chose). J'en retire presque toujours des petits repères et conseils qui permettent de vivre sereinement dans le quotidien avec mes enfants. Et là, patatra... je lis ce que j'ai lu et entendu ailleurs, les mêmes arguments rigides, les mêmes craintes, les mêmes positions politiques et idéologiques. (ce qui ne veut évidemment pas dire que ce blog perd son intérêt, heureusement qu'il existe :-)
Complètement en accord avec le commentaire précédent de Patricia. Je rajouterais que ces enfants qui sont déjà élevés par un couple de même sexe, ceux dont vous dites qu'il ne "faut pas les ignorer", doivent aujourd'hui être mal, bien choqués par tout ces arguments martelés partout haut et fort : leurs parents en feraient un objet d'expérience, seraient égoïstes en ne pensant qu'au droit à l'enfant, ne seraient pas des parents "pour de vrai" mais des fictions. Imaginez la violence de ces propos pour eux. Un "adulte qui compte", je ne pense pas que c'est ce qu'ils veulent : pourquoi leur refuser cette sécurité affective autant que juridique que représente la reconnaissance d'un parent (papa ou maman) ? Pourquoi faire le lit des insultes de cours de récré ("fil de pédé" : sachant que pédé est encore malheureusement dans le top five des insultes à l'école !). Peut-être que cette loi, contrairement à ce que vous pensez, normalisera des situations trop souvent considérées comme anormales et précisément pour cela lèvera la stigmatisation.
Quant au sondage que vous citez dans le billet précédent, j'ose espérer que les sondés n'ont pas compris la question. J'ose espérer qu'il confieraient de préférence leurs enfants à un couple (ou un solo) en qui ils ont entière confiance, qui est motivé pour les accueillir et qui en a la capacité, quelque soit son orientation sexuelle, sa religion ou sa couleur.
A bientôt, Anne

Brigitte a dit…

Merci pour votre point de vue intéressant (et pourtant je vais à la manif cet après midi...)
Brigitte (de Lilou ;-)

Claire a dit…

Bonjour,

C'est la première fois que je publie un commentaire. Je vis en Belgique et nous sommes en attente d'une attribution. Les chiffres concernant la Flandre sont me semblent exagérés, il faudrait voir ce qu'il en est sur les statistiques du ministère de la justice, je me réfère aux propos de la responsable d'Arc en ciel. Aucun couple en Belgique n'a adopté en international à ce jour.

Je suis choquée quand je lis "combien de couples doivent mentir lors des agréements".
Adopter un enfant en individuel , en se délarant comme tel auprès du pays, alors que la réalité est autre est malhonnête vis-à vis du pays qui nous confie un de ses enfants sur NOS déclarations.. L'adoption repose sur la confiance et là...il y a rupture de confiance car un des acteurs ment!
Il y a très peu d'enfants en adoption internationale, et les pays ont le droit de choisir, en connaissance de cause, les familles où ils souhaitent confier les enfants. Que dira cette maman ou ce papa à son enfant quand celui-ci découvrira qu'en fait, le pays d'où il vient interdisait l'adoption par un couple homosexuel? Qu'il a menti? Dans l' intérêt de qui? Espérons que cet enfant ne verra pas son, ses parents comme des usurpateurs.

Maman en attente depuis 4 ans pour son troisième loulou.

............ a dit…

Je n'hésiterais pas à revenir, comme je vous l'ai dit votre blog fait parti de mes références, je vous lis, je refléchis grâce à vos posts et ce n'est pas parce que nous avons un avis différent que je ne vous respecte pas ! je n'ai pas "UN grand gourou de l'adoption"
qui détiendrai toutes les vérités, je pense qu'avec differents points de vu on s'enrichit !

au départ sur mon propre blog j'ai hésité a m'exprimer sur ce sujet car je le trouve trop politisé mais ce qui m'a fait me positionner ici ou sur mon blog c'est que contrairement à ce que vous dites je trouve que dans les médias on entend beaucoup de gens contre le mariage homo !
comme quoi on doit avoir des oreilles sélectives et on entend que ce qu'on veut ou peut ! mdrrrrr

je suis contente que vous écriviez noir sur blanc que vous recevez sans probléme les couples homo car je pense que ça les rassurera sur le fait de ne pas être "jugé" et il me semble important de consulter les coca et de soutenir le maintient des coca dans toutes les régions (mais là c'est un autre débat).

bon dimanche
patricia

Miss Terre a dit…

Comparer la généalogie de parents de même sexe avec la généalogie de parents qui n’ont pas la meme couleur que l’enfant, hum... Il y a pourtant une large différence entre ces deux types de fictions.

On sait qu’on ne peut proprement parler de "race" blanche ou noire. En revanche, il ya bien un sexe masculin ou un sexe féminin. Il arrive qu’un blanc se trouve un ancêtre noir. On n’a jamais trouvé que son arrière-grand-mère était un homme (en tout cas, pas à ma connaissance !).

J’ai l’impression que, dans le discours actuel,l’adoption est souvent considérée comme synonyme d’éducation, amour, protection, mais que la face relative à la filiation est minimisée…

Nenette a dit…

Je suis d'accord avec vos derniers billets. Docteur votre prise de position est très courageuse dans le climat actuel. Les "contre" n'ont pas la faveur des médias et sont classées d'office par les "pour"dans les cases "réactionnaire","catho", "égoïste","méchant" et "homophobe"(et je reste polie). Vos lecteurs fidèles, ceux qui vous connaissent depuis longtemps ne se permettront pas j'espère un raccourci si rapide et pourront argumenter sur le fond : droit des enfants versus le droit à l'enfant.
Je suis pour l'égalité des droits entre tous les enfants : droit de connaître ses origines et de grandir avec un modèle masculin et féminin. Les référents, c'est bien beau, mais il ne sont pas là au quotidien, c'est pareil pour les solos qui le savent bien. C'est pour ces raisons que j'ai manifesté le 13 janvier et que je serai encore là, pour les droits des enfants, le 2 février.
Sur les conséquences, je pense que la première serait la trahison de la volonté des parents de naissance. L'adoption ne sera qu'un premier pas (considère-t-on les enfants adoptés comme des enfants moins importants?) vers la PMA sans justification médicales puis la GPA, dans un souci d'égalité entre tous les couples.
J'ai entendu dire par un couple de femmes que leur enfant connaissait son histoire et qu'il était "le fruit de leur amour"(?). J'ai entendu un couple d'hommes et un couple de femmes réclamer quatre parents légaux pour leur enfant en garde alternée. Si la PMA et la GPA sont autorisées sans raisons médicale, au nom de l'égalité un couple hétéro pourrait y avoir accès, pour aller plus vite, avoir des jumeaux, pour ne pas déformer son corps etc.
Il faut prendre notre temps avant de plonger tête baissée dans quelque chose qui pourrait vite nous dépasser. Mais surtout il faut se mettre à la place des enfants avant tout. On l'a assez dit, l'amour et les bons sentiments ne suffisent pas. Grandir en orphelinat, en famille d'accueil, être adopté ou rester dans sa famille biologique, être élevé par un parent solo, un couple H/F, H/H, F/F, des parents mariés ou divorcés tout n'est pas égal pour l'enfant, arrêtons l'hypocrisie et la bien- pensance, parlons vrai.
La différence H/F existera toujours. Même en adoption où on pourrait se dire que l'homme et la femme sont à égalité dans l'attente, combien d'encre coule pour dire que les hommes réagissent différemment? Où sont les hommes sur les forums d'adoption? Et ici dans les commentaires, quel pourcentage d'homme? Qui pourra dire que son père ou sa mère c'est pareil, que fils/père, fils/mère, fille/père, fille/mère c'est pareil?
L'inégalité dans tout ce débat, c'est la stérilité naturelle d'un couple de même sexe. Qui sommes-nous pour vouloir créer de toute pièce des enfants avec trois, quatre parents ou plus? Deux femmes auront toujours besoin d'un donneur pour devenir parents, deux hommes d'une donneuse et d'un utérus etc
Reparlons du besoin de connaître ses racines et ses origines...

Anonyme a dit…

Miss Terre on pourrait vous rappeler qu'il fut un temps où les noirs n'avaient pas les mêmes droits que les blancs (et même pas de droits du tout)... et où être métisse était vécu et perçu comme une honte. Heureusement, les choses ont changé, tout du moins en grande partie. Donner les mêmes droits à toutes les personnes permet de se défendre et de mettre fin aux hiérarchies indignes.
Nenette, si je ne m'abuse la GPA n'est à l'ordre du jour pour personne ni pour les hétéro ni pour les homo. Pourquoi faire peur avec cette "possibilité" encore très lointaine et qui, pour le coup, implique tout le monde : pas seulement les homos, mais aussi les couples d'hétéro inféconds et les femmes qui prêteront leur ventre avec toutes les dérives que cela pourrait impliquer, et les enfants issus de la GPA ? Agiter la GPA comme un chiffon rouge fausse le débat.
De même pour la PMA qui ne servirait que des intérêts de srapidité ou d'esthétique. Demandez aux parents qui sont passés par la PMA si leur désir se limitait à ne pas déformer leur corps ou "pour aller plus vite" (surtout lorsqu'on sait que plusieurs tentatives sont souvent nécessaires en FIV)... De plus, les lois de bioéthique sont formelles sur ce point.
Et merci pour l'étiquette de "bien-pensance hypocrite" que vous collez aux personnes qui défendent le mariage pour tous... elle vaut bien celle "d'homophobe" ou de "réacs" que vous imaginez (car pour moi ce n'est qu'imagination) que l'autre camps vous colle. Ce débat mérite plus que des noms d'oiseaux...
Dernier point : étant donné la médiatisation intense de la manif pour tous, la tribune accordée à ses défenseurs, je ne pense pas que les "les "contre" n'ont pas la faveur des médias" : j'ai plutôt l'impression que chacun y a une place à peu près équilibrée (peut-être que les journalistes n'ont pas envie - à part certains d'un côté ou de l'autre -, ou ne savent pas pour qui prendre partie, et c'est aussi bien comme ça). Mais les médias sont toujours "méchants" quand ils ne vont pas dans le sens qu'on voudrait.
Anne qui n'est pas "bien-pensante" ni "hypocrite" et qui n'a jamais pensé que le doc était homophobe ni réac (non mais ! ce serait du n'importe quoi).

Romi a dit…

D'accord ou pas avec votre avis, je viendrai vous lire quand même.

Mais je trouve qu'il y a trop de conditionnels dans votre texte.

Michèle

Anonyme a dit…

Personnellement en voyant mon enfant adopté grandir auprès de nous et exprimé son besoin de normalité, je trouve effectivement qu'on écoute pas assez le droit des enfants adoptés Alors je ne suis pas homophobe du tout, je trouve cela normal qu'on se marie avec qui on veut. Mais l'adoption est une telle reconstruction après un réel tsunami est-il nécessaire d'en rajouter ? Alors j'entends oui mais Mme un enfant malheureux sera toujours plus heureux avec quelqu'un qui l'aime que etc.....Oui dans l'idéologie, mais dans la réalité....Je pense que La PMA oui car l'enfant retrouvera toujours ses racines chez son parent géniteur, mais pour moi l'adoption non, trop risqué et puis oui trop médiatisée, peut-être que nous ne sommes pas encore humainement près et qu'une loi tiré au forceps, n'est pas bonne pour les enfants. Claudine

pingoofamily a dit…

Ah, la normalité... C'est là dessus qu'il faudrait parler. En France, la normalité c'est un couple hétéro pour adopter. Basta les célibataires, ils peuvent aller chercher les enfants à l'étranger. Quelle hypocrisie...
Cette loi aura le mérite de lever une autre hypocrisie: celle des homoparents non reconnus. Quant à adopter, il faudra d'abord lever l'hypocrisie des CG pour les célibataires avant d'envisager quoique ce soit.
Et pour la normalité... petit témoignage de ce jour, dans la manif avec notre fils. On lui a expliqué que des enfants avaient une maman seulement, d'autres un papa et une maman et d'autres 2 papas ou 2 mamans. Sa conclusion est que si on est en famille alors on est heureux.
Donc pourvu que la famille soit solide, à 1, à 2, hétéros ou homos, la vie des enfants est une vraie vie de famille.
Je ne comprends décidément pas votre position, l'adoption va baisser de toute façon et ce n'est pas le mariage pour tous qui va changer la donne nationale (peu d'enfants adoptables, CG qui favorisent les couples jeunes hétéros) ou à l'internationale (voir Russie, Vietnam, Mali, ...).
Corinne, bien déçue par ce blog, mais super reboostée par la bonne humeur et l'espoir présent dans la manif de cette après midi.
http://pingoofamily.blog.lemonde.fr

Anonyme a dit…

Première fois que je prends la plume sur ce blog, mais l'imprécision des chiffres a tendance à m'agacer !
En Flandres la moitié des adoptions nationales (soit 14 adoptions sur 30 pour l'année 2012) qui ont été réalisées au profit de couples homosexuels. Il faut noter que les mères biologiques, qui ont un droit de regard sur l'orientation religieuse ou la situation familiale du couple adoptant ne s'y sont pas opposées.
En Wallonie 2 adoptions nationales sur 46 ont été réalisée par des adoptants homosexuels. Pourquoi ne pas citer aussi ce chiffre et ne citer que celui des Flandres ?
Aucune adoption internationale n'a été réalisée en 2012 au profit de couples homosexuels belges.
Source :
http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/breves/flandres-la-moitie-des-enfants-adoptes-en-2012-lont-ete-par-des-homosexuels#.UQWTUfJZ-So

Blog sur lequel on peut voir tourner en boucle, dans la rubrique "en bref" l'information suivante :
"Flandres : la moitié des enfants adoptés en 2012 l'ont été par des homosexuels". C'est ce qui s'appelle de l'Information avec un "I" majuscule ....





les lucioles a dit…

(partie1, car trop long pour un seul commentaire...)
Je suis plutôt fidèle lectrice mais discrète. Et je me suis inquiétée moi aussi de ce silence, étant habituée à voir se multiplier les commentaires dès la parution d'un article "positionné" sur votre blog.
Et puis, me trouvant fort dépourvue d'arguments moi-même (je suis favorable au mariage pour tous), un peu comme fatiguée d'entendre les mêmes discours d'un côté et de l'autre, j'ai compris et je me suis dit: "stop. Rien à faire. Je ne sais pas qui, dans la population, changera d'avis sur le sujet mais la grande majorité est positionnée et n'en changera plus."
Alors on finit par tourner en rond dans nos arguments et commentaires.... une sorte de ronde sans fin.

Et puis non,finalement je me décide à participer encore à la ronde. :o)
Pour ma part, autant je vous ai suivi concernant les risques de certains types de famille (dont je fais partie en tant que famille -par adoption- monoparentale) autant je ne vous suis plus ici (même si je respecte vos positions, vos réflexions et votre désir de débattre).

Les familles ont depuis longtemps de multiples visages et le but de cette loi est de leur trouver une place dans la société. C'est l'état actuel qui n'est pas normal. L'hypocrisie dans laquelle nous vivons dans cette société depuis trop longtemps est insupportable.
Il faut être libre, ne pas juger, ne pas stigmatiser, etc... d'un côté on est pour l'"insertion" juste des homos (désolée si je suis maladroite) et de l'autre on leur tire le tapis sous le pied dès qu'il s'agit de reconnaître leurs droits fondamentalement. Ca m'agace prodigieusement.
Alors on parle au nom de l'intérêt supérieur de l'enfant. Encore un sujet qui m'agace prodigieusement depuis bien longtemps. Qu'est-ce qu'on en a fait des c.... en ce nom là! Et là, on décide que l'intérêt de l'enfant qui a des parents homos, c'est de laisser le statu quo, de ne pas avoir une famille normalisée par la reconnaissance civile du mariage. On argue du fait que non, ce n'est pas leur intérêt car les autres enfants, les "à venir", pour eux c'est pas bien, ils deviennent "objets", "instruments" de l'amour du désir, de l'égoïsme ou que sais-je des parents homos (parce que les parents en général, hétéro/homo/mono/adoptant ou non n'ont pas des enfants par égoïsme, non, jamais; -mais c'est un autre débat). Zut à la fin, les "à venir" auront besoin de la même reconnaissance que les "présents"!
Il n'y pas de discours: "oui, c'est bien pour les présents mais c'est pas bien pour les à venir!"

les lucioles a dit…

(partie2)
Aujourd'hui, disais-je, notre société est hypocrite, nos lois sont bancales. On reconnaît mais on ne reconnait pas. On reconnait à moitié. Mais qu'est ce que ça veut dire?
L'idée de "l'adulte qui compte" est à mon avis une fausse bonne idée. Encore un "subterfuge" (encore désolée si je suis maladroite) pour reconnaître à moitié...
Beaucoup d'homos, me semble-t-il, revendiquent non seulement une famille normalisée, non seulement la reconnaissance de l'autre parent en tant que tel mais aussi le droit à la transmission du patrimoine, du nom, de la filiation. Cela n'a rien à voir à mon avis avec les familles recomposées que vous mettez en parallèle.

Je pense personnellement que cette loi ne changera pas la face du monde, comme on veut le faire croire. Il y aura toujours le visage classique et majoritaire de la famille avec père/mère et il y aura les autres visages, peut-être un peu plus acceptés, moins stigmatisés voilà tout.
Quant à l'adoption internationale, je ne crois pas non plus aux fermetures et suspicions par grosses vagues. Et quand bien même ce serait le cas, est-ce une raison pour ne pas accorder ce droit?

Je dis tout cela en vrac, mes idées ne sont peut être pas clairement exprimées mais ça m'énerve, cet alarmisme.
Pourquoi ne parle-t-on pas davantage des pays ayant accordé ce droit depuis plusieurs années et de ses conséquences? Y a-t-il des statistiques, des recherches? Leur société est-elle sur le déclin? Leurs enfants sont-ils en souffrance? Connaissent-ils un déséquilibre social/psychologique plus développé que chez les autres issus de familles "classiques"?

Ce dont je suis sûre, c'est que plus l'homosexualité, et au-delà de l'homosexualité, toute différence, sera "normalisée" (et ça passe par les règles de notre société), plus les risques dont vous parlez seront réduits. La normalité rend acceptable.
Voilà, moi je prends le problème à l'envers. Mais je suis sûrement utopiste.

Anonyme a dit…

Les enfants de couple de même sexe ont sans doute besoin et envie que leurs deux parents soient reconnus comme tels, juridiquement et affectivement, ne les oublions pas, de les méprisons pas. C'est bien plus actuel que toutes les hypothétiques histoires de GPA...
http://www.rue89.com/2012/12/14/dans-un-village-breton-trois-enfants-deux-papas-une-famille-heureuse-237763
(bien sûr, on peut dire que cette histoire est "trop jolie", mais il y a de jolies et de moches histoires dans tout type de familles).

Moushette a dit…

Il fut un temps où je venais sur ce blog avec grand plaisir, lire et échanger sur l'adoption et notamment m'informer sur les données médicales bien spécifiques à la petite bulle de l'adoption. C'était la bonne vieille époque où le "bon doc jvm", comme vous appelaient certains de vos lecteurs, nous parlait des vers intestinaux, hepatite b, de galle, de SAF ou même qui s'insurgeait sur le non-rapatriement des enfants du séisme d'Haïti !

Aujourd'hui, cette époque me semble bien loin, et j'ai l'impression que le pédiatre dr jvm de l'adoption a fait place à un jvm, personnage plus politique et idéologique !! Vous l'aurez compris, vos derniers billets me laissent un peu eberluée avec un goût amer : je ne m'y retrouve plus.

Je n'ai aucune envie de rentrer dans les débats que vous avez lancé ici et de contrecarrer vos certitudes exprimées dans ces différents billets, je garde mes lieux de débat pour d'autres endroits qui me semblent plus appropriés et plus intimes. Mais chacun est libre de ses opinions et du contenu de son blog dc après tout, si cela est votre est votre souhait, je préfère tout simplement ne plus y accorder l'intérêt que j'y portais avant !

Mais je voulais vous faire part de mon sérieux malaise à la lecture de ces billets et de certaines maladresses verbales et linkages ; malaise que j'imagine être partagé par d'autres lecteurs silencieux qui préfèrent s'abstenir plutôt que de commenter ?

Vous le savez, j'étais une lectrice régulière et assidue de votres blog dès ses débuts, et je vous "linkais" sur le mien sur bien des billets et ne tarissais pas d'éloges pour certains de vos billets pertinents, coups de gueule ou tout simplement humoristiques. Mais je vous avoue être de moins en moins emballée par ce que je lis ici. Non pas parce que nous ne partagions pas les mêmes opinions, mais par le ton donné, et certaines maladressess que d'autres commentateurs vous ont déjà fait remarquer.

J'aimerais bien terminer ce commentaire avec un truc sympatoche et léger pour détendre l'atmosphère, mais mis à part des remarques très sarcastiques et du plus mauvais goût pour répondre à certaines de vos certitudes ("certitudes" : ca c la version polie. "arguments foireux à mon goût" : ca c la version cash !), je ne vois pas vraiment...

Sans rancune et en toute Moushette-attitude (cad droit au but !).

claire a dit…

Bonjour,
Nous avons adopté deux enfants.Notre aînée en Colombie,notre deuxième à Haïti en mars 2010.Nous avons été très choqués de voir l'hypochrisie qui tourne autour de l'homosexualité.En effet l'adoption etant fermée aux homosexuels en 2010 pour les français desirant adopter à Haïti,ces derniers adoptaient en tant que célibataires.Tout le monde le savait et là ça ne derangeait personne!!!!Alors que si le parent légalement en charge de son enfant adopté arrivait à mourrir l'autre parent n'avait plus aucun recours.Je sais que le débat n'est pas celui-ci aujourd'hui mais ce qui me rend en colère c'est cette farce qui se joue aujourd'hui,tous ces gens qui s'offusquent de cette adoption par les homosexuels et qui ont fermé les yeux devant tout ce qui se fait depuis des années.Cela me fait penser(je sais c'est un autre débat)à la soit-disant conscience que s'est trouvée la justice française par rapport à l'adoption plenière en Haïti depuis le séisme.Ce dernier n'a malheureusement(ou heureusement!)pas soulevé que de la terre!!!!Le monde entier a pu voir tous les trafics d'enfants qui s'y deroulaient.Malheureusement les gens ont fait l'amalgame et n'ont plus vu en l'adoption qu'un vulgaire trafic d'enfants.Heureusement le gouvernement français qui jusque là accordait les plenières s'est racheté une conduite(maintenant qu'il etait à la vue de tout le monde)en refusant d'accorder l'adoption plenière pour les enfants adoptés à haïti.De qui se moque-t-on?Tout ça pour dire,même si le débat n'est pas là,que nous vivons dans un pays bien hypocrite!!!!

Jean-Vital de Monléon a dit…

Bonjour à tous,
Je n'interviendrai pas dans le débat, j'ai dit ce que j'avais à dire, peut être maladroitement, mais je l'ai dit.

Ce que j'aspire le plus, ce que je réclame le plus, ce n'est pas une suppression de cette loi, ce n'est pas un referendum, c'est un débat... avec l'espoir d'arriver à une loi gagnant-gagnant.

Deux grosses manifestations hier et il y a quinze jours montrent que beaucoup d'autres le réclament ce débat !

S'il a lieu un tout petit sur ce blog, c'est déjà ça.

Je suis completement d'accord avec certains messages, moins avec d'autres, pas du tout avec certains, mais je suis heureux que chacun s'exprime.

Si certains nécessitent d'exprimer leur colère, vis à vis de ma personne (ou mon blog, ça fait moins attaque perso), ils en ont le droit. Et ce n'est pas grave. Je crois que pour eux, je suis passé du côté obscur de la force. Tant pis.

Je rassure juste, ce qui auraient peur de venir me voir.... je porte très bien la cape noire et le masque... non je suis toujours le grand et large pédiatre accueillant pour tous, et je n'ai toujours aucun but commercial.

Ce que je dis sur mon blog, ce n'est que ce que je pense bien pour les enfants. On ne me fera pas taire, même si je déçois.

Peut être que je me trompe sur ce débat, chacun a des convictions intimes (qu'il convient de respecter) mais elles s'appuient plus ou moins affirmées, plus ou moins appuyées sur des expériences, des études.

Peut être que je me suis trompé en 2010, et qu'on aurait pas dû rapatrier les enfants haïtiens... ce n'est pas du tout ce que me donnent à penser les études que je dirige en ce moment, mais si tel était le cas, je m'en excuserai platement auprès de PLS et SM, et plus encore auprès des enfants... mais je vous répète les dernières données ne vont pas dans ce sens.

Peut être que je me suis trompé et que les zozos auraient vraiment dû ramener les enfants qu'ils avaient volés au Tchad... non là je rigole quand même.

Sûrement que je suis maladroit, mais ce n'est pas la première (ni la dernière) fois. Mais dialoguons, bon sang.

Ce qui m'a le plus donné à réflexion c'est l'exposé de Mr Riester à la convention UMP... et le petit aparté qu'on a eu après.
Même si je ne suis pas du tout d'accord avec ce qu'il dit. Peut être aprce qu'entre "provocateurs" on se comprend. J'ai aimé sa phrase iconoclaste : "si le mariage ce n'est que la fécondité, pourquoi autorise t on aux femmes qui ne peuvent plus avoir d'enfants de se marier ?". ça s'est ent, c'est dur, c'est violent, il ne le pense pas, moi non plus, mais ça faita vancer le débat !

Je reviens juste sur Anonyme de 11H37... je suis très curieux des données que vous me dites, avez vous un lien sur un site belge (gouvernemental ?), qui donne ces résultats. Le chiffre de la Flandre m'a été donné au CSA, par quelqu'un de bien favorable à l'adoption homo, il a eu l'effet inverse que celui qu'il cherchait.... vous avez vu peut être, les interventions du président des pupilles à propos de cela.
je l'ai utilisé brut tel qu'entendu mais ej serai friand de plus de données.
Je n'ai aps parlé ni de l'Espagne, ni du Canada, où j'entends tout et son contraire.

Je ne peux laisser passer non plus le message de Brigitte (Brigitte de Lilou)... d'autres disent un peu la même chose, mais Brigitte c'est trop joli.
Je cite : "Merci pour votre point de vue intéressant (et pourtant je vais à la manif cet après midi..."


Cela m'a fait plaisir, on ne se connait pas en dehors des points de vue échangés ici, on n'est pas du même avis, on s'écoute, on se respecte, on se parle c'est le plus important.
Merci vraiment Brigitte, votre message m'a fait très plaisir, j'espère vous croiser pour de vrai un jour.

Message perso : si votre dijonnais préféré veux nous inviter et qu'il fait la cuisine, j'arrive en courant !!!


Greg a dit…

çà ne me dérange pas que vous ayez une opinion différente. Rien de pire qu'un blog qui virerait au consensuel acceptable par le plus grand nombre. Si le débat vous fait regretter des termes employés, rétropédalez, c'est pas grave. Rayez le terme, remplacez-le et expliquez pourquoi. Il n'y a que ceux qui ne disent rien qui ne font pas de maladresse.

denis a dit…

comme d'habitude l'enfant est vu comme un droit , je rejoins la convention de la haye qui déclare qu'un enfant a droit à une famille mais des parents n'ont pas droit à un enfant.Dans ce débat à aucun moment on parle de l'intérêt de l'enfant. Déjà qu'un enfant adopté se pose des questions sur ses origines( né d'une femme et d'un homme) il n'est pas nécéssaire de lui rajouter en plus des questions avec 2 papas ou 2 mamans pour sa construction .l'homosexualité est une tendance sexuelle et ce n'est en aucun cas une identitée, cela fait partie de la sphere privée. si non nous ne sommes plus homme ou femme mais hétero ou hommo .

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Je suis d'accord avec le message de Mouchette.
Les anciens messages, moins idéologiques, plus concrets, étaient davantage ma raison de venir ici, et d'y venir très souvent.
J'avoue que les longs messages sur ce débat avec, en prime, une photo de JFC (!!), me semblent en décalage avec ce que j'avais coutume de lire ici.
Peut-être n'est-ce que l'actualité qui veut ça...
Claire

ganesh46 a dit…

je suis particulièrement surprise par votre position sur ce sujet...car je pense que la famille "un papa, une maman et des enfants" n'est plus la référence absolue...je pense que le mariage pour tous permettra de mettre au clair des situations ubuesques où un seul parent est légal et l'autre n'est rien pour lui.
il faut arrêter de craindre les évolutions de notre société encore basée sur des principes judéo-chrétiens du siècle dernier.
interdire le mariage gay? et pourquoi pas stériliser les parents incompétents, maltraitants, trop cons, alcooliques etc...
l'enfant n'est pas plus en danger dans une famille homo que dans une famille classique...au moins il sait qu'il n'est pas arrivé là par hasard et que forcément il a été désiré (comme en adoption!)
et que dire de "casser" l'arbre généalogique classique???
comme en adoption par des hétéro, il faut parler à son enfants et lui expliquer dès le début et en toute honnêteté son histoire personnelle...
la société suivra...........

Anonyme a dit…

Pour les chiffres concernant la Belgique, il y a eu très peu d'adoption non intra-familiales concernant des couples homosexuels. Ces chiffres sont publics : http://www.cosa.cfwb.be/index.php?id=1037
(rapport le plus récent pp. 26-27)

Anonyme a dit…

Bonjour,
le débat c'est toujours intéressant, merci de l'avoir ouvert ici aussi! Au début je n'avais pas d’opinion tranchée, j'ai suivi avec intérêt les débats de la commission des lois pour comprendre. Mais j'ai fini par ressentir une telle hostilité envers les familles homoparentales dans certains propose de la rue que bizarrement je me suis sentie... vraiment solidaire. Nous aussi parents adoptifs sommes des familles "hors de la norme", comme eux, même si en apparence mieux acceptés. Souvent "dans l'intérêt de l'enfant" beaucoup souhaitent que nous n'adoptions pas, qu'on laisse par exemple les enfants dans leur pays d'origine. Alors je me rend compte que nous familles adoptives avons beaucoup en commun avec les couples de même sexe, jusque dans l'adoption plénière, qui est une vraie fixions juridique (même si je me bat de toutes les forces pour l'obtenir pour notre enfant). Le mensonge sur la naissance est pour moi impossible pour les couples de même sexe, il ne devrait pas exister dans les familles adoptives, nos enfants ne sont pas nés de nous et on doit leur expliquer... Et enfin si nos enfants recherchent dans certaines phases de leur construction la "normalité", un jour ils devront accepter leur histoire, et donc leur différence. Avoir des parents quels qu'ils soient qui les aident a grandir et a se construire dans la vérité et hors de la stigmatisation, c'est ça l'intérêt de nos enfants pour moi...
Virgule

Ariane a dit…

Bonjour,
Vos derniers posts me laissent dubitative. Je partage le sentiment de Moushette et celui de Virgule.
Et selon moi, il est important de pouvoir donner un statut légal à "l'autre parent", dans l'intérêt de l'enfant.
Pour le reste, voici seulement ces 2 articles que j'ai trouvés intéressants :
http://www.psychologies.com/Planete/Societe/Articles-et-Dossiers/Mariage-gay-les-enjeux-du-projet/Mariage-homosexuel-le-bilan-belge
et ce témoignage sympathique :
http://www.rue89.com/2012/12/14/dans-un-village-breton-trois-enfants-deux-papas-une-famille-heureuse-237763
Bonne journée
Ariane, maman par adoption

Jan, Marielle & Laxmi a dit…

Pour les chiffres belges, il faut distinguer, la Wallonie dont la référence est reprise dans un des commentaires ci-dessus de la Flandre. L'autorité centrale de Flandre a encadré 30 adoptions internes en 2012, dont 14 par des couples homosexuels (communiqué de presse de Kind en Gezin uniquement disponible en néerlandais). Il ne s'agit pas d'un traitement préférentiel mais le résultat du fait que les homosexuels se dirigent vers l'adoption interne vu que dans la pratique un projet d'adoption internationale bien que permis par la Belgique n'a pratiquement pas de chance d'aboutir.

Marielle Wallonne épouse d'un Flamand et maman d'une fillette d'origine indienne.

armelle a dit…

Merci cher docteur pour votre post. J'attendais avec impatience votre avis sur ce sujet, je voulais savoir comment vous pourriez analyser les enfants adoptés par des personnes de même sexe.
Il n'y a effectivement pas encore suffisamment de "retours" sur le développement de ces enfants; mais il semble évident qu'un enfant, qui plus est adopté, a besoin de savoir qu'il "aurait pu naître" dans cette famille qui l'a adoptée (or, cela n'aurait pas pu être possible pour un couple de même sexe), cet enfant a déjà eu de nombreuses ruptures, pourquoi lui créer encore des différences?

Armelle
(maman de 3 petits ukrainien et russes)

Gina a dit…

Docteur, je vois que vous en remettez encore une couche, c'est le 3e post sur le sujet, il faut croire que vous aimez la controverse.
Armelle, je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites. Et pour un enfant noir dans un couple hétéro blanc ? il aurait pu naître dans cette famille ?
Ainsi, serait il aussi "à risque" que des enfants d'ethnies différentes soient adoptés ? encore une différence à assumer si je vous suis bien ?
Encore une fois cessons de cautionner le tabou de la différence et les adoptés ne s'en porterons que mieux !

Ariane a dit…

Bonjour je rebondis sur les chiffres belges.. On n'a pas dans les données l'âge des enfants adoptés notamment.. Il se trouve que pour le peu de pays qui ouvrent l'adoption aux homosexuels "déclarés", c'est souvent pour des enfants plus agés et/ou à (grosse) particularité...
peut-être aussi qu'en Belgique cela a été le cas. les enfants laissés de côté par la grande majorité ne le sont pas par les couples homosexuels..
ariane

valérie a dit…

Moi aussi la lecture des derniers articles me surprend. J'avais sans doute aussi besoin que MA référence ne matière d'adoption me déçoive un peu pour passer à autre chose ...
Valérie de M, F et I

VIRGINIE a dit…

Comme Moushette, Virgule, Valérie et les autres.
Surprise par la tournure que prend ce blog, déçue, et même écoeurée...
Virginie, maman de deux timouns

Miss Terre a dit…

Gina : "Et pour un enfant noir dans un couple hétéro blanc ? il aurait pu naître dans cette famille ?"
La réponse est : oui. C’est rare, évidemment, mais cette situation existe.
Contrairement aux naissances issues d’un couple de même sexe.


Un cas qui a été médiatisé :
« .... Deux Britanniques d’origine nigériane ont donné naissance à une petite Nmachi,blanche à la chevelure blonde. Des généticiens vont tenter de percer le mystère.
Une chance sur un million. Voilà la probabilité de naître blanc de parents noirs, ou noir de parents blancs < sans ancêtre connu d’une couleur différente>. Mais ce bébé aux longs cheveux blonds, aussi surprenants que sa couleur de peau, pourrait être le résultat d’une mutation génétique dont les deux parents seraient porteurs. Autre possibilité : la mutation s’est produite dans les cellules reproductrices de l’un des parents et s’est avérée « dominante ». Ben et Angela Ihegboro ont déjà donné naissance à deux enfants noirs, ce qui ne fait que renforcer le questionnement des généticiens. ... « Les règles de la génétique sont complexes et nous ne comprenons toujours pas ce qui se passe dans de nombreux cas », a confié Bryan Sykes auSun. »
http://www.afrik.com/article20404.html

Anonyme a dit…

1 chance sur un million de naître noir chez des parents blancs ou blanc chez des parents noirs,
0 chance sur un million de naitre chez des parents de même sexe...

ah bah oui, la différence est tellement énooooorme...

merci Miss terre pour cette info qui euh...sert à ...quoi d'ailleurs ?

Christelle a dit…

Tout d'abord, je dois dire que je suis très lasse, je crois bien que je ne vais plus rien lire sur le sujet et que je vais faire l'impasse sur les infos, parce que le quota d'inepties que je peux supporter a été largement atteint.
Je partage les sentiments de Moushette, Virgule et Virginie, et les avis de la luciole et Ganesh.
En prime, j'ai été profondément agacée par la phrase de Nénette "Les référents, c'est bien beau, mais il ne sont pas là au quotidien, c'est pareil pour les solos qui le savent bien". Qu'est-ce qu'elle en sait Nénette ??? Là, c'est la solo qui parle et qui est TRES agacée. Rencontrez donc des enfants de familles solo, vous risquez d'être surprise. Les solos SAVENT que justement, on peut compenser avec un/des référent(s) !!!

Au revoir
Christelle

Nenette a dit…

http://www.lefigaro.fr/politique/2013/01/29/01002-20130129ARTFIG00691-taubira-ouvre-la-voie-a-la-gestation-pour-autrui.php?cmtpage=5#comments-20130129ARTFIG00691

"vendredi dernier, en annonçant la saisine du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), la garde des Sceaux, Christiane Taubira, envoyait une circulaire aux juridictions, leur demandant de délivrer «des certificats de nationalité française (CNF)» aux enfants nés à l'étranger d'un père français et d'une mère porteuse."

Le CCNE a été saisi il y quelques jours au sujet de l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes...

La PMA et la GPA arriveront très vite -et logiquement- après le mariage pour les homosexuel(le)s.
L'enjeu pour les enfants mérite un vrai débat, un vrai temps de réflexion et de consultations, loin des passions, des crispations, des manœuvres politiciennes et idéologiques actuelles.

Nenette a dit…

Christelle, j'ai été élevée par une mère "solo" et je sais l'absence d'un père à la maison au quotidien, malgré les référents extérieurs.
C'est à nouveau un manque quand on devient maman à son tour dans un autre modèle familial, je pourrais vous en parler des heures.
Ce n'est pas insurmontable, mais de là à balayer les difficultés et souffrances d'un revers de la main, je pense qu'il y a un monde...

Voilà en fait c'est ça, on touche du doigt ce qui me gène dans le débat actuel : si les partisans du mariage pour tous avait l’honnêteté de parler aussi des difficultés et des manques possibles pour les enfants à venir, alors je serais nettement plus rassurée.

C'est comme pour l'agrément, on vous demande d'être conscient des difficultés possibles.

On n'a pas encore résolu les questions soulevées par certains enfants nés de donneurs anonymes qu'on veut déjà aller plus loin et tout de suite.

Jean-Vital de Monléon a dit…

Je demande à certain(e)s, de respecter les avis des autres.

Chacun a le droit de penser ce qu'il veut de ce débat, vous avez aussi le droit de penser qu'il ne faut SURTOUT pas en parler.

Je vais être encore un méchant, j'ai dit que je n'intervenais plus dans le débat mais je dis un petit mot sur le désir d'absence de débat. C'est ce qui me surprend le plus ce refus de certains de débattre.

Je n'ai jamais refuser de parler avec les arches de Zoéteur, ni avec les opposants aux rapatriements haïtiens.... c'est eux qui refusent le dialogue... enfin surtout les 2°.

Je fais mienne la phrase de Nénette : "Voilà en fait c'est ça, on touche du doigt ce qui me gène dans le débat actuel : si les partisans du mariage pour tous avait l’honnêteté de parler aussi des difficultés et des manques possibles pour les enfants à venir, alors je serais nettement plus rassurée."

Anonyme a dit…

Bonjour,
Mais le débat a déjà lieu, sur les forums, les blogs etc... A vue de nez, chacun campe sur ses positions et les arguments s'essoufflent : ainsi, certains ici, comme Nenette, font de leur situation particulière une généralité, blessante pour les solos : tout ne se passe pas forcément aussi mal... déjà parce que les solos adoptantes ont mieux préparé leur parentalité que les mères qui se trouvent dans cette situation par "non choix". L'un des principe que JMV défend et pour lequel j'aime ce blog c'est de ne jamais généraliser. Sinon, je pourrais avancer que de tout les cas d'adoption que je connais, celle qui s'est soldé par la plus terrible catastrophe pour l'enfant était le fait d'un couple hétéro, apparemment bien dans la norme. Mais je ne le ferais pas, car je connais plein d'autres cas où tout se passe bien (y compris le notre). Vous le répétiez Doc : la généralisation est le grand ennemi.
Et puis on en arrive à lire dans les boules de cristal en ce qui concerne l'avenir : annoncer à coup sûr la GPA qui pourtant fait l'objet d'un débat à part depuis des années, sans être particulièrement liée à l'homoparentalité, ses enjeux éthiques dépassant de loin le cadre de la loi du mariage et de l'adoption "pour tous".
Donc, à force de tourner en rond, les intervenants se figent sur le position : égalité des droits vs droit de l'enfant. Quel serait l'intérêt d'un tel débat ? sinon de repousser l'adoption de la loi et de permettre à chacun de déverser son ressenti personnel ? Un référendum serait tout aussi inutile, sinon pervers : en 2004 (ou 2005 ?) la voix du référendum n'a pas été respectée sur la constitution européenne, alors que pour le coup, cette question concernait tout le monde !
Je reste pour cette loi y compris son volet adoptif et PMA (qui n'est plus à l'ordre du jour), car je ne vois pas pourquoi les couples de même sexe seraient particulièrement plus susceptibles que les hétéros de considérer leur enfant comme un "cobaye" et de "casser leur jouet" (cf billet suivant). Les lois pour l'égalité ont toujours fait progresser les droits de chacun. Et, je me répète, j'ai peur que tout cela n'engendre une stigmatisation des enfants élevés actuellement par des parents de même sexe : quand on pense droits de l'enfant, on ne devrait pas les sacrifier au nom de positions idéologiques. Je suis complètement en accord avec Moushette et d'autres, et je déplore l'affichage de la photo de Jean-François Copé qui donne une dimension très politicienne au "débat" sur ce blog.
Alors, débat ou non, je ne vois pas ce qui pourrait me faire changer d'avis. Comme je sais bien que mes arguments ne convaincront pas les personnes qui s'opposent à ce projet de loi même si je respecte leur droit à l'expression. Je ne vois pas non plus ce qui pourrait vous faire changer d'avis, Doc : vous vous êtes volontairement retiré du débat sur ce blog et vous avez publié plusieurs billets dans le même sens...
Dernier point, plus léger ; quelle image de zinzin des "contres" est donnée par Frigide Barjot ! Ils y a plus crédible comme porte drapeau (mais ça c'est tout personnel).
Sans rancune, Anne (qui n'a toujours pas trouvé moyen de se fabriquer un pseudo)

Anonyme a dit…

Bonjour,

Vous n'êtes pas méchant cher Dr Monléon mais juste comment dirais-je, convaincu du bien fondé "papa+maman = amour!

Et vous nous dites que vos consultations adoptions sont très utiles(ce que je valide grandement)mais jusqu'à preuve du contraire la majorité des fammilles qui consultent sont bien des sacro sainte "papa/maman, alors pourquoi stigmatiser les autres familles qui ne rentrent pas ds le moules classique?

A présent je me dis que je ne vais pas traverser la France pour venir vous rencontrer avec mes deux petits pour entendre un discours plein d'appriori et d'idée préconçues concernant notre jolie famille homoparentale.

Je vous remercie donc Dr Monléon pour votre blog et vos articles très intérréssant et je persisterai à à vous suivre ,mais pas ds vos positions tranchées nous concernant.

Nathalie

Jean-Vital de Monléon a dit…

Je n'interviens pas sur le débat mais sur la forme :
Anne , non je ne vous en veux pas, même si vous m'avez mis en colère sur le débat postérieur

L'avis de Nénette est utile car c'est le sien elle l'a vécu, je suis d'accord avec vous c'est son avis personnel, je les écoute tous, et je la remerice de nous faire part de son expérince à elle.

Je l'ai toujours dit, il ne faut pas généraliser, les meilleures parents du monde sont peut être des homosexuels, mais le facteur de risque existe et je le dis, et je demande d'en tenir compte dans le débat.

Je suis à 100% d'accord avec votre phrase : les solos adoptantes ont mieux préparé leur parentalité que les mères qui se trouvent dans cette situation par "non choix", je l'ai déjà dit et certains m'en ont voulus.
Comme je dis aussi que l'adoption solo est plus à risque, certains m'en ont voulus (mais comme je suis un tracteur, je continue à avancer même si on m'en veut), mais je connais tellement de familles solo magnifiques que je me battrai toujours contre l'interdiction de l'adoption que certains (avec de grandes varaibles dans les convictions politiques et religieuses menacent d'interdiction).


Toujours sur la forme :
La photo de Copé : ai-je dit à un moment ou un autre que je l'aimais bien ?
Est-ce lui que je voulais montrer sur cette photo paru dans tous les journaux ? J'ai été lors de ce débat en discoussion avec F de Singly, le député Riesler qui ne sont pas forcément pour, mais les journaux n'ont pas passé celles là. Quand je vois qu'on me reproche cette photo, je me demande si les gens l'ont vu, et s'ils ont lu le billet (où je dis que si le PS m'invite, j'y vais en courant). J'ai déjà mis des photos de Dark Vador sur ce blog, de Mickey, des Playmobil... est ce que j'en suis fan... ça n'a pas fait d'histoire.... je dois vous dire les commentaires sur cette photo me font franchement rire.

Frigide Barjot: là c'est pas politique, je peux dire, je ne suis pas franchement fan ! Elle m'énerve "un peu"

Civitas : on me l'a pas encore reproché mais je le dis clairement je suis franchement contre !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je rejoins ceux et celles qui ici ressentent une fatigue face au débat qui ressasse toujours les mêmes arguments (des deux côtés probablement). Et j'éprouve aussi une grosse déception face aux arguments et aux postures/manœuvres de nos représentants des deux bords dans les discussions en cours au parlement (que je tente de suivre). Bref moi aussi je crois que je ne peux pas apporter grand chose de neuf à la réflexion. Mais je dois dire que ce qui me gène au plus profond dans les arguments qui sont soulevés contre le mariage pour tous est un seul et même dénominateur commun: la crainte, la peur. L'effet pervers de tout cela est la récupération pour faire marche arrière également dans le cadre de l'adoption, qui par définition est à risque: le retrait des droits aux célibataires, par exemple, même si je suis sensible aux mots de Nénette.

Virgule

Gina a dit…

Cessons de penser à la place des enfants comme "se dire qu'ils auraient pu naître dans cette famille". C'est d'une part, participer au déni de l'adoption, ce qui est très toxique pour un adopté, et d'autre part, à la stigmatisation.
Ce que pensent les enfants, c'est aussi ce qu'on enfonce dans leur crâne comme idées rétrogrades, racistes, et c'est ce qui fait qu'ils vont mal par la suite. Ce n'est pas le débat qui est dangereux mais le fait que des personnes "bien placées" vont tenter d'influencer le législateur pour qu'à terme l'adoption devienne de plus en plus difficile. Une conséquence qui, à mon avis sera, elle, très discutable : la Gestation Pour Autrui...

Jean-Vital de Monléon a dit…

Nathalie, merci très sincèrement de votre message qui me fait plaisir et m'attriste aussi un peu.

Vous avez le droit de me penser vieux crouton, même si vous le dites beaucoup plus gentiment, j'ai déjà souvent dit que j'assumais mon côté vieille rombière, je sais bien que je suis frileux ou prudent, cela du côté ou on se place.

Vous ne me l'avez pas dit, et j'espère que vous ne le pensez pas, je tiens juste à vous dire que je ne suis pas homophobe.

Et je vous dis à vous que ce débat m'a fait avancer dans ma compréhension des homosexuels.
Je répète que l'intervention de Mr Riesler que j'ai entendue à l'UMP est une des choses qui m'a fait le plus progresser.

Je vous dis aussi que ce qui m'attriste le plus : ce sont les slogans qui disent NON à l'homophobie OUI à l'adoptio, comme si les deux allaient de pair.
L'autre chose c'est les c.... qu'ont dit ce matin les "Civitas", qui priait pour obtenir un miracle et qui qualifiait les homos de ... je ne me souviens plus du terme, prie que perversion, pire que déviance, le terme était horrible !

Je trouve que les pour et les contre, nous sommes assez mal représentés dans la presse, toujours plus vendeurs d'interroger les extrêmes !

Sachez que je n'ai absolument aucun doute que MAMAN + MAMAN = AMOUR, mais je rajoute Maman + Maman = gros risque. Et je redis ce que j'ai dit sur le dernier message, la meilleure famille au monde est peut être une famille homosexuelle... c'est tout le principe ne pas généraliser et tenir compte des risques.

Je regrette enfin que vous ne traversiez pas la France pour venir me voir en consultation, pas parce que cela me fera un manque à gagner (consult publique), pas parce que je m'ennuie (consult pleines), pas parce que je n'ai pas confiance dans mes amis plus prés de chez vous, qui ont des consultations adoption, mais parce que je vous aurai reçu avec sympathie comme je l'ai fait pour les familles homos qui m'ont fait l'honneur de venir me consulter, comme les familes hétéro qui m'ont aussi fait cet honneur, et les familles solos qui sont plus que bien représentées dans ma consultation (il n'y a pas que les sacro saints papa et maman).

Si je le regrette c'est que je pense que comme chaque famille que je rencontre (et sans doute plus encore pour vous) vous auriez des choses à m'apprendre.

C'est tout le charme de l'adoption, on n'a jamais fini d'apprendre !

Duchesse a dit…

Débat intéressant bien sûr. Au-delà de ce que la Loi va dire, l'adoption par les homos existe déjà, je ne sais-plus-qui l'a signalée. Moi ce qui m'interroge, au-delà du fait que la parole des adoptés adulte soit inaudible, c'est la réalité constatée partout : les attributions d'enfants se font par ordre de "bienséance" et non en fonction du risque. Si l'on considère qu'aujourd'hui les familles monoparentales, demain les familles homos, représentent un risque supérieur, pourquoi leur confier les enfants les plus malmenés par la vie, les plus âgés ? S'agit-il de l'intérêt supérieur de l'enfant, ou d'un marché de l'offre et de la demande ? Je n'ai pas de réponse, que des questions...

Fré a dit…

Christelle a dit (je cite):

"En prime, j'ai été profondément agacée par la phrase de Nénette "Les référents, c'est bien beau, mais il ne sont pas là au quotidien, c'est pareil pour les solos qui le savent bien". Qu'est-ce qu'elle en sait Nénette ??? Là, c'est la solo qui parle et qui est TRES agacée. Rencontrez donc des enfants de familles solo, vous risquez d'être surprise. Les solos SAVENT que justement, on peut compenser avec un/des référent(s) !!!"

Eh bien Christelle, je m'adresse à toi pour te dire ceci:
Prends garde de ne pas faire des cas qui t'entourent une généralité.
Combien de mamans solos ont le courage de dire haut et fort qu'un référent parfois ne suffit pas? Combien passe la tête haute le cabinet d'un pédopsy ou d'un pédiatre et osent dire, que peut-être elles se sont trompées, que pour le premier tout allait bien alors que pour le second, c'est l'horreur? Que ben mince alors, mon fils veut un papa, pas un parrain il en a un, pas un oncle il en a un aussi, non un papa, un vrai, celui qui serait le mari de maman?
Bah il y a moi déjà, et ça doit être rare, ça ne doit pas se dire beaucoup, pas s'ébruiter, pas se savoir, parce que la première fois que je suis allée consultée une pédopsychiatre (et pas des plus mauvaises en matière d'adoption, je n'y peux rien elle dirige le CMP dont je dépends), elle s'est plus intéressée à cette mère "bizarre", qui est arrivée dans son bureau sans aucun complexe et lui a dit de but en blanc "voilà, j'ai un problème avec mon fils, il réclame à corps et à cris (petit indice pour les connaisseurs, ils reconnaîtront ladite pédopsy) un papa, comment on fait?"...qu'à mon fils...
Cessons d'être hypocrites et vouloir absolument qu'un référent fasse tout. Soyons surtout conscients qu'un papa (ou une maman) ça peut manquer et qu'il faut rudement s'y préparer (et ne me servez pas la soupe du "oui mais parfois il vaut mieux ne pas avoir de papa qu'un papa absent ou maltraitant, je pourrais vous en parler des heures, je l'ai vécu).
Frédérique maman d'un Côme Hépatant (les parents des Hépatants me reconnaîtront)et d'un Octave épatant...qui veut un papa

Anonyme a dit…

Et voila, je continue sur ce débat car au sein du "mariage pour tous" certains parlementaires nous concoctent "l'adoption pour personne"...
Je vous donne un lien sur un amendement qui va être discuté, 7 députés ont déposé le même. Il s'agit d'un principe de précaution, à appliquer aux enfants , afin de les priver ("préserver") d'adoption...
http://www.nosdeputes.fr/14/amendement/628/1894
Il ne faut pas se voiler la face, on peut tous être concernés!
Virgule (maman de deux hépatants aussi, petit clin d'oeuil à Fré!)

Marie a dit…

Bonjour,
MERCI pour vos prises de positions sur ce blog.
Contrairement à d'autres qui se sont exprimés avant moi, j'apprécie que vous vous positionniez sur le sujet.
Vous pourriez aussi renvoyer vers des positions d'adultes adoptés.
Marie, maman de trois enfants dont deux par adoption.

laurence C a dit…

Bonjour,

Il y a des commentaires qui sont proches du "linchage" public à votre égard Docteur...moi je suis 100% d'accord avec votre analyse et je tenais à vous le dire.

Laurence

Jean-Vital de Monléon a dit…

Merci Armelle, Laurence, Marie et de très nombreux autres qui m'expriment leur soutien personnel, par des mails privés.

Ne vous inquiètez pas surtout pas pour moi, j'assume, cela ne m'empêche pas de dormir, mon côté "tracteur paysan" me fait tracer mon sillon.
Je ne dis pas que j'ai raison ou tort, je sais qu'il y a une grande part d'intime. Mais pour ce que j'affirme, ce que je réclame : un large débat, je continuerai à le dire.
S'il n'y a plus personne sur mon blog, ni dans ma consultation à cause de cela, ce n'est pas grave... ça n'en prend pas le chemin.

Ma seule crainte serait d'apparaitre comme un imbécile d'homophobe, et je trouve que de nombreux média poussent à cela, celui qui est contre est réac, catho intégriste, homophobe (on peut rayer pas mal de ces adjectifs pour moi).

Il y a eu effectivement des espèces de lynchage, mais ils ne m'ont pas attristé, ce n'est pas pour faire mon malin, ils m'ont fait rire, m'ont inspiré le billet appelé "???", que chacun peut interpréter à sa guise !

En vous remerciant encore de votre gentillesse qui me touche, je vous avoue qu'à vos messages, j'ai préféré ceux de Brigitte (contre mon avis mais qui avait l'impression que même en pensant d'un avis différent je n'avais pas changé).

On vient de m'envoyer un lien qu'on n'a pas vu dans les médias, c'est encore quelqu'un de raciste, d'extrême droite et résolumment homophobe qui exprime ses inquiètudes :

Jean-Vital de Monléon a dit…

Pour Frédérique, message perso : je vous ai reconnue, merci de votre message, de votre expérience, et gros bisous à Côme qui est un de mes gros chouchous de la CAO... vous savez bien pourquoi... bisous aussi à Octave, pas de jaloux.


Pour Duchesse : vous êtes dans le mille, je crois en avoir parlé dans un message plus ancien, mais dans l'adoption c'est une réalité : Aux meilleurs candidats (supposés ou réels), meilleurs enfants confiés (supposés ou réels).
C'est le cas dans de nombreux pays, dont la France, mais très visible en Colombie par exemple.
Donc effectivement, les risques se majorent.

Virgule : votre dernier commentaire confirme mes craintes, de ce que j'ai appelé les effets collatéraux à la fin du billet.

Anonyme a dit…

Bien sûr que oui ça existe les enfants de solos qui réclament un papa, moi je croyais même qu'ils le faisaient tous, parce que tous ceux que je connais l'ont fait!!! Ma fille la première, qu'est-ce qu'elle a pu m'embêter avec ça!
Bon, bah et alors? J'ai pas pu lui en fournir un, il a bien fallu qu'elle s'en passe. Je ne connais personne qui ait tout ce qu'il souhaite dans sa vie - d'ailleurs, moi je n'ai pas de mari. On fait sans. Maintenant elle a un chéri et elle a décidé qu'elle, ses enfants auront un papa. Ce en quoi je ne peux que lui donner raison. The end.

Anonyme a dit…

Anonyme de 13h49 : j'adore le pragmatisme et la lucidité de votre commentaire ! J'espère qu'il pourra aider.
Sinon en ce qui concerne les amendements contre l'adoption par les solos : oui, ça fait mal, mais ça fait partie du "jeu politique", autant que les amendements qui ont été déposés pour "le mariage pour personne" qui a également été proposé, ou la légalisation du mariage polygame, etc... Il faut relativiser, il y en a eu plus de 5000 des amendements, pour certains complètement farfelus et parfois même limite xénophobes. Il s'agit de freiner le processus d'adoption d'une loi, par tout les moyens.

Misou a dit…

Bonjour Docteur,

Je tenais à vous apporter mon soutien, pas par rapport à votre opinion, mais par rapport à certains commentaires, qui m’attristent un peu. Certains se disent déçus par votre blog. Sur votre blog il y a des conseils, en particulier sur la santé des enfants adoptés, mais aussi des prises de position (Haïti, AdZ…). Normal que tout le monde ne soit pas du même avis, alors pourquoi être déçu ? Si certains viennent sur votre blog uniquement pour retrouver et conforter leur propre opinion c’est dommage. Je ne partage pas toutes vos inquiétudes (certaines oui), mais personne ne peut contester votre expérience dans le suivi des enfants adoptés et je suppose que vous vous appuyez sur cette expérience.

Par contre, je voudrais nuancer votre dernier commentaire « Aux meilleurs candidats (supposés ou réels), meilleurs enfants confiés (supposés ou réels) » suite au commentaire de Duchesse. Je ne pense pas que l’idée des services sociaux soit de confier volontairement les enfants les plus à risque aux candidats les plus à risque. Ils pensent (à tort ou à raison) que le mieux est un couple pas trop âgé pour que les enfants aient 2 parents et le plus longtemps possible (ça n’est pas forcément vrai sur le plan individuel, mais ça l’est d’un point de vue statistique). Pour les enfants plus âgés, ou avec une histoire difficile, je ne pense pas qu’ils choisissent volontairement des candidats ayant un profil plus à risque, mais quand ils ne trouvent pas de parents dans la configuration « couple jeune », ils se disent qu’il faut mieux pour un enfant avoir une famille, même à risque, que pas de famille du tout (ce qui représente sans doute un risque encore plus grand). Je précise que je ne fais pas partie des « meilleurs candidats ».

Jean-Vital de Monléon a dit…

Misou, merci pour votre message, la première aprtie est très gentille

La deuxiéme partie je pense tout à fait comme vous même si je l'ai exprimé trop rapidement on confie les "meilleurs enfants" aux "meilleurs parents" et on pense à juste titre que des les autres seront toujours mieux avec une famille qui même si elle a moins de "garantie" pourra les aider à cheminer.

Le but n'étant pas bien sûr d'envoyer tout le monde dans le mur !


Anonyme a dit…

Merci Misou d'avoir exprimé ce qui me gène profondément sur les "meilleurs enfants" aux "meilleurs parents"! On ne peut rien généraliser, les apparentements en France ou dans les pays d'origine ne sont pas non plus toujours faits si superficiellement, les autres enfants et autres parents peuvent tout à fait créer des familles qui tiennent très bien la route :) et sans risques on ne parlerait plus d'adoption ni même de filiation...
A Anonyme de 23h26, je suis tout à fait d'accord de relativiser, le débat actuel sur la loi est souvent absurde. Mais les amendements sur la polygamie ont été déposés par un seul député, ceux sur l'adoption "pour personne" par une dizaine de parlementaires, ceux pour retirer l'adoption aux solos par 60 députés... Donc certaines idées font leur chemin malheureusement...
Ne jetons pas les parents (et bien sur les enfants) avec l'eau du bain!!
Virgule

Anonyme a dit…

Bonjour
Cet article est tout à fait intéressant : http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/laurence-neuer/famille-pour-tous-le-mariage-pour-tous-est-un-pretexte-22-04-2013-1657723_56.php


bien à vous