mercredi 30 janvier 2013

Le social et le biologique






Je dois faire prochainement une conférence à Versailles sur un sujet qui pour m'être rarement demandé, n'en est pas moins passionnant, tout au moins à mon avis d'anthropologue.


Cette conférence est organisée par EFA 78, le lieu est salle Richard Mique, le 14 février à partir de 20h, je crois.


Le titre en est :

Le social et le biologique

avec en sous-titre : Lien du sang et lien du cœur

(on aurait pu l'appeler aussi : L'inné et l'acquis).
Les sous-chapitres seront :
- le social et le biologique selon le lieu et le temps
- la place de la famille biologique
- le prénom en changer ou le garder
- "il a son pays dans le sang"

Comme vous le savez, je suis toujours heureux de parler d'échanger, même avec des parigots ( mes amis parigots... si, si j'en ai quelques uns... me disent que les versaillais sont pires), et si j'aime beaucoup parler de la santé, de donner des conseils là-dessus, cela me change d'élargir ma casquette de "bon doc jvm", qui parle des vers intestinaux, hépatite B, de gale, de SAF, etc... ma casquette, c'est celle de JVM, individu (non schizophrène) qui avec ses différentes formations, ses différentes expériences, essaie de s'occuper avant tout des enfants, et de réfléchir à ce qui peut être le mieux pour eux, et surtout à ne pas les couper en morceaux, un bout pour le psy, un bout pour le spécialiste de la croissance, un bout pour le spécialiste des pathos tropicales, un bout pour le conseiller socio-familial, etc....



Je comptais vous parler prochainement de cette soirée, mais comme l'info principale sur France Inter ce matin m'a fait une sacrée pub, j'en profite pour vous proposer une lettre ouverte... vos réactions pour et contre seront les bienvenues... merci juste de lire la lettre dans son entier...


Lettre ouverte aux parents des "enfants du séisme" :

Chers parents des enfants du séisme,

Excusez-moi de vous le dire de cette façon, mais vous êtes des couillons !

Il y a à peine plus de 3 ans, vous avez vécu un traumatisme majeur en écoutant la radio un petit matin de janvier, vous avez été dans la crainte, dans l'inquiétude,
Pendant, des jours, des semaines, des mois, vous vous êtes inquiétés du sort, du devenir de vos enfants,
Certains d'entre vous ont pleuré ces enfants, partis trop tôt, qui même loin, étaient déjà les vôtres, faisaient déjà partis de votre chair,
Ensuite, pour les plus chanceux, vous avez dû aller à Orly chercher vos enfants rapatriés, on vous a alors expliqué que tout était mis en place pour faciliter leur accueil (sic),
D'autres ont dû attendre, j'en ai reçu beaucoup en larmes, fous d'inquiétudes,
Vous avez dû manifester pour permettre à vos enfants de rentrer,
J'ai même grondé certains d'entre vous, qui continuaient à trop s'investir, pour le rapatriement des autres, alors que leur enfant était arrivé.... cette solidarité vous honorait, mais il y a des moments où il faut être égoïste et penser d'abord à sa petite famille,
A une majorité écrasante, vous avez respecté la loi,
Vous aviez un agrément, vos démarches n'ont pas déviés, même si les directrices de crèche n'étaient pas toujours exemplaires,
Certains vous ont accusés d'aller faire votre marché sur les ruines d'un pays,
Peu vous ont reconnu des démarches, des apparentements antérieurs, au séisme,
Nous avons été peu (et peu intéressants pour les médias) à réclamer le rapatriement de VOS enfants,
Certains d'entre vous ont connu le sas guadeloupéen, une des meilleures inventions de la France pour les enfants adoptés,
Le sas, où vous avez été accueilli par un grand spécialiste de l'adoption qui a dit être heureux de vous rencontrer puisqu'il n'avait jamais vu auparavant de familles adoptives (sic),
Le sas où on a dosé le taux de cholestérol de vos enfants,
Le sas où on vous a dit que 3 jours après leur arrivée en France, il fallait qu'ils aillent à l'école,
D'autres enfin ont pu rentrer, un an après le séisme,

Une thèse récemment soutenue à Dijon, avec cas-témoins, montrent, que vous, familles des enfants du séisme n'avaient pas de différence, avec celles qui ont adopté en Haïti, l'année qui a précédé le séisme.

Une étude que l'on va bientôt débuter, avec Aubeline Vinay va voir trois ans après (toujours en comparant avec le groupe témoin) comment vont vos enfants...

On pourrait espérer que tout soit fini, que tout rentre dans l'ordre...

Non, car vous êtes des couillons !

On continue dans plein d'endroits, dans certains médias, certaines administrations à vous regarder d'un sale oeil,

Surtout on vous refuse pour une raison mystérieuse, l'adoption plénière, DONC LA NATIONALITE FRANCAISE A VOS ENFANTS, c'est normal vous êtes des couillons, il faut vous punir.

Ce matin, on apprend que ceux, qui aveuglés par leur désir d'enfants, qui ne doit pas tout excuser, ceux qui ont utilisé des moyens illégaux pour se faire "fabriquer" l'enfant auxquels ils avaient droit à l'étranger (l'enfant n'est jamais un droit, même si le désir égoïste est nécessaire pour fonder une famille), eux bénéficient d'une circulaire pour faciliter la nationalité française de leurs enfants.

Ces enfants existent, ils ne doivent payer les écarts de leurs parents, et je me réjouis de cette démarche.

Mais, il faudra juste m'expliquer pourquoi ces familles ont plus de considération que vous.... parce qu'ils sont des malins... et vous des couillons  ?

37 commentaires:

Anonyme a dit…

Voilà ce que nous avons pensé ce matin en entendant l'info : "OK, il est donc temps de penser à accorder aux plénières pour les enfants d'Haïti".
Par contre, on ne se serait jamais permis de monter les droits des uns contre ceux des autres... Dommage que vous l'ayez fait.
Il n'y a a pas d'opposition : si des enfants existant déjà actuellement ont la chance de voir reconnaître leur deux parents, TANT MIEUX. Et si cela peut permettre de donner un argument massif aux parents des petits haïtiens (maintenant presque tous français) pour obtenir la plénière : TANT MIEUX.
Ce n'est pas parce que Kouchner et consort se sont opposés à ces plénières, aidés par des SM et PLS (qui sont contre l'adoption homoparentale, il faut le souligner) se sont opposés à ces plénières, que cette petite fenêtre ouverte exclu la possibilité de l'obtenir. Bref, ce n'est pas parce que certains dans l'ancien gouvernement étaient obtus, qu'il faut que cela continue. J'espère bien que les parents concernés se serviront de l'argument pour faire valoir leur droit, ça va dans le bon sens pour eux !
Dresser les uns contre les autres n'amènera rien que du ressenti et de la frustration, ce n'est pas fair, désolée d'être si directe.
Anne maman de deux petits français nés en Haïti a toujours été solidaire dans ce combat (même si, au vu de l'obstruction idéologique du gouvernement Sarko envers ces enfants, ces efforts étaient peu de chose).

Anonyme a dit…

Bonjour,

Merci docteur pour ce commentaire qui fait chaud au coeur des parents adoptifs qui se battent aujourd'hui pour obtenir l'adoption plénière de leur enfant, adopté à l'étranger.

Ce 2 poids/2 mesures me choque d'autant plus que le communiqué de l'ensemble des associations d'adoptants et d'adoptés sur la difficulté croissante à obtenir l'adoption plénière n'a été repris par aucun média, ni politique.

Je me demande donc si nous, parents adoptifs, et les associations qui nous représentent, ne sommes finalement pas trop gentils et respectueux des formes.

Visiblement, dans notre système politique actuel, ce n'est plus le meilleur moyen de faire avancer les choses...

Anonyme a dit…

Rectificatif : je ne sais pas si Sophie Marinopoulos est contre l'adoption par un couple de même sexe, je ne l'ai pas entendu s'exprimer sur ce sujet. Donc dans le doute, je retire mon affirmation la concernant (et désolée si elle était fausse).
Par contre, PLS s'est étalé partout avec ses arguments "psy" contre la famille homoparentale.
Ce sera mon dernier message dans ce débat... tout cela me laisse un goût amer.
Anne

Jean-Vital de Monléon a dit…

Anne j'ai compris je suis le diable, mais ne me faites pas dire ce que je ne dis pas et ne dites pas ce qui n'existe pas.

Un proche du ministre de la justice a dit aussi ce matin, que ce n'était en rien une reconnaissance de leur filiation de leur accorder la nationalité française... je ne suis pas sûr que comme vous le dites les familles qui ont utilisés la GPA puissent être reconnus par les deux parents... et je n'ai pas d'avis sur ce point. Si le gouvernement veut léagliser totalement ces enfants, ce n'est pas mon problème, j'en serai plutôt heureux pour les enfants, qui n'ont pas à payer les écarts de leurs parents Par contre j'ai dit clairement que j'étais heureux que ces enfants puissent bénéficier de cette mesure.

J'ai dit aussi clairement que les parents qui avaient fait des PMA à l'étranger ont utilisés des moyens illégaus, et je persiste et signe. J'ai toujours été opposé à l'enfant à tout prix !

Je me suis occupé pas dans ma consultation adoption (cela ne le nécessitait pas), mais dans mon service des enfants né par GPA à l'étranger. je vous rassure je ne les ai pas lapidé en public.
Je vais vous surprendre, mais quand on reçoit dans mon service de nourrissons des enfants dont on suspecte les parents de les avoir battus, je suis d'une sévérité extrême pour ne pas faire l'enquête (qui n'est pas notre job) et ne pas faire transpirer le moindre jugement sur ces familles.

J'ai le droit d'avoir mes idées de les exprimer, mais je reçois chaque famille sans jugement.

Je m'indigne et continue à m'indigner qu'on accorde quelque chose à des familles qui se sont moqués de la loi, et qu'on le refuse à d'autres qui ont tout fait pour respecter la loi !

Les parents des enfants du séisme sont frustrés, justement frustrés et pour en rencontre beaucoup je le sais. Je n'aurai pas dû, mais je me suis mis à leur place et j'en ai envie de dire avec eux : "et nous on sent le pâté ?", "on compte pour quoi ?", "on est des couillons ?"


Sur les billets précédents, beaucoup de commentaires m'ont fait rire et je l'ai exprimé dans mon billet ???

Là, votre commentaire m'irrite profondément. Lisez mes billets en entier si cela vous intéresse et ne m'inventez pas trop des interprétations douteuses.


PS : on m'apprend qu'un téléfilm récent a fait pleurer dans les chaumières sur les familles qui ont utilisés la GPA.... ceci pouvant expliquer celà !
J'attends avec impatience un film sur la souffrance des parents des enfants du séisme, je peux collaborer au scenario.

Anonyme a dit…

Bonjour,

S'appuyer sur cette reconnaissance (indirecte) de la GPA pour obtenir satisfaction sur l'adoption plénière à l'étranger me semble dangereux.

En gros, cela va dans le sens de ceux qui disent qu'adoption et GPA c'est la même chose (voir, par exemple certains commentaires publiés sur des sites comme celui de Libération). Certains prétendent même que la GPA est supérieure à l'adoption car l'adoption c'est du trafic d'enfants avec des OAA qui ont un intérêt financier à provoquer les abandons dans les PVD (je suis désolé si j'en choque certains, mais il s'agit bien d'arguments que l'on peut lire de la part de certains pro-GPA).

Pourtant, en tant que père adoptif, et avec mon épouse :
- nous n'avons pas choisi la mère biologique de notre enfant dans un catalogue,
- nous n'avons pas échangé notre enfant contre rémunération à sa mère biologique,
- nous nous sommes pliés à la lourde mais nécessaire procédure française (agrément, suivi psychologique, appui d'une OAA, procédure de reconnaissance de l'adoption plénière, ...)

Cela peut sembler, pour certains, une faible différence mais pour moi il s'agit d'une différence majeure.

Je ne crois donc pas que les avancées sur la GPA feront avancer la cause de l'adoption. Je crois même le contraire...

Jean-Vital de Monléon a dit…

Anonyme de 00 59 : je me suis posé la même question que vous


Anne : je vous comprends, beaucoup de personne a un goût amer, parce qu'un vrai débat n'a pas été prposé.
Par contre vous êtes en train de faire l'amalgame entre le déabt sur l'homosexualité et celui-ci qui n'a strictement rien à voir !

Monise, Marie, Philippe a dit…

Bonjour à tous

Nous sommes parents d'une petite fille née en HAITI, une procédure difficile un agrément où l'on vous "épluche", deux avocats, une première comparution, le séisme, une deuxième comparutions, cinq semaines sur place à batailler, à rechercher des documents, batailler avec le consul de france... nous sommes rentrés en france avec notre adorable petite fille, un jugement complet, le fameux consentement, la sortie de territoire demandé en plus après le séisme, un passeport avec un visa examiné à la loupe par un agent de notre cher et beau pays donneur de leçon la france, et maintenant pour galérons pour la plénière, nous avons fait de nombreux courriers à nos chers gouvernants, que peut-on faire de plus ?
Sur place nous avons rencontrés des Haitiens adorables un peuple que je respecte et j'admire, des gens qui nous ont soutenus et aidé.
Mon enfant est tous les petits arrivés après le séisme ont autant de droits que les autres enfants.
Avant le séisme la france accordait les plénières je ne comprends pas où est le problème maintenant.

Jean-Vital de Monléon a dit…

Anonyme de 01 18, je suis à 100% d'accord avec vous surtout sur votre dernière phrase, mais aussi sur votre première.

Je ne m'appuie pas, je m'indigne, JVM vieille rombière assumée.


Monise & family : beaucoup de solidarité pour vous

Jean-Vital de Monléon a dit…

Erratum, dans mon commentaire de 01 17, 3° paragraphe c'est GPA et non PMA qu'il faut lire.

Anonyme a dit…

Bah, je ne refuse jamais le débat, doc :-) même si j'ai dit que je n'écrirais plus.
Cela vous surprendra peut-être, mais je suis contre la GPA, tout du moins telle qu'elle est "non-encadrée" aujourd'hui. En raison notamment des dérives qu'elle peut engendrer du côté des mères porteuses, qui risquent de "vendre leur ventre" pour subvenir à des besoins élémentaires et parce que l'impact psychologique de cette grossesse pour elle n'est pas encore pris en compte. Bref, avant d'autoriser la GPA, il faudra bien des études, des analyses, et il faudra qu'elles soient pluridisciplinaires. Et je n'ai pas vu le film qui fait pleurer dans les chaumières, généralement je m'abstient de regarder tout ce qui est de ce type là. L'explication n'est donc pas là.
J'ai lu votre billet de bas en haut, peut-être rapidement. Toujours est-il qu'opposer "couillons" et "malins" engendre sans doute du ressenti de la part des "couillons" envers les "malins", qui plus est aillant eu recours a des procédés illégaux. (d'ailleurs à voir les commentaires, ça fonctionne)
OK, dans la hâte je me suis mal exprimée, je n'ai pas mis toutes toutes les précautions qu'il fallait, mea culpa. J'ai effectivement pensé à écrire que l'obtention de la nationalité n'avait rien à voir avec l'obtention de la plénière, c'est pourquoi la parenthèse (qui sont presque tous français aujourd'hui). Etant donné que dans l'immense majorité des cas, les enfants "du séisme" (je déteste cette expression) ont obtenu la nationalité française, parfois avec difficulté il est vrai, alors je ne vois pas le pourquoi du comment de votre billet. Les parents se battent pour obtenir la plénière... la nationalité, ils la demandent justement parce que celle-ci est refusée. Si je vous suis, je ne vois pas pourquoi ils seraient plus couillons que les malins (même si je sais qu'il y a quelques cas dans lesquels la nationalité est refusée).
Oui, anonyme de 01h18, nous aussi sommes passés par le long chemin de l'adoption légale, ça a été long, parfois douloureux, et nous avons toujours été vigilants. Vécu pour vécu, donc. Mais vécu qui nous garanti une adoption éthique, et ça c'est important. Lorsque des personnes assimilent l'adoption à du trafic, nous sommes en mesure de rassurer nos enfants, sans leur mentir, et c'est hyper important. Par contre, je ne vois pas ce que cela a à voir avec l'hypothétique ouverture de la nationalité française pour les enfants issus de la PMA/GPA à l'étranger ? je suis contente pour ces enfants, c'est tout. Mais je suis peut-être un peu bouchée ?
En ce qui concerne l'amalgame entre homoparentalité et GPA, ça fait longtemps qu'il est fait de partout, surtout par les opposants au mariage "pour tous" (cf fil de discussion d'un de vos précédent billet). Donc difficile de ne pas penser qu'on n'y pense pas (même si je ne devrais pas penser cela, c'est pas bien...). Et là, je vous rejoint entièrement : cela n'a objectivement rien à voir ! ou cela ne devrait rien n'avoir à voir.
Je sais bien que vous n'êtes pas le diable, et je vous serais toujours reconnaissante de nous accueillir à votre consultation avec bienveillance, quelque soit notre opinion ou la forme de notre famille :-)
Anne

Anonyme a dit…

Anne,

Ne vous y trompez pas : je pense également que ce texte est une bonne chose pour les enfants nés par GPA, donc j'y suis favorable.

Mais cette décision me réjouit pour les enfants, pas forcément pour les parents qui ont sciemment enfreints les règles éthiques et légales que la France s'était données.

Pour ce qui concerne mon commentaire (anonyme) de 01:18, je ne faisais que réagir à votre propre commentaire de 00:48, que j'ai sans doute mal compris.

Je voulais juste souligner les risques qu'il y avait à mettre sur un pied d'égalité GPA et adoption, ou de s'appuyer sur l'une pour faire avancer la cause de l'autre, car il existe une différence de nature, profonde, entre ces deux manières de devenir parents.

D'autre part, je souhaiterais faire remarquer que le reconnaissance (indirecte) de la GPA va dans un sens que nous regrettons tous en tant que parents adoptifs : la primauté, dans notre pays, de la parenté biologique et le poids des gamètes sur toute autre considération (ce que j'ai compris du texte évoqué c'est que seuls les enfants nés par GPA d'un père biologique français se verront accorder la nationalité... à confirmer).

Jérôme

Ex-anonyme de 00:59
Ex-anonyme de 01:18

Jean-Vital de Monléon a dit…

Merci Jérôme et Anne de vos derniers commentaires, en parlant on arrive à mieux se comprendre, même si dans ce qui est écrit, c'est toujours plus dur, l'ironie, la provoc, l'embarras, même la pudeur, entre autre autres ne passent pas dans l'écriture

Pour la sémantique, je n'aime pas moi non plus le terme enfants du séisme, je n'aime pas parler d'orphelinat, je ne parle quasiment jamsi d'abandon sauf à mauvais escient.... mais même le terme abandon, je l'utilise aprfois à mauvais escient pour ceux qui ne comprennent rien à l'adoption.

Anonyme a dit…

Bonjour,

comme Anne heureuse de cette nouvelle pour les enfants nés par GPA, qui étaient dans des situations inextricables (parfois apatrides, ne pouvant pas venir en France). A noter que les couples qui font appel a ces méthodes ne sont pas toujours du même sexe, mais l'amalgame avec le mariage pour tous est général (en premier lieu dans la presse, probablement dans les débats parlementaires)...

Tout à fait d'accord avec Jérôme: tout cela ne fait pas avancer l'adoption, les liens du sang primant sur les liens du coeur dans notre société actuelle. Dans les manifestations bien des panneaux proclamaient d'ailleurs que les "vrais" parents sont les géniteurs biologiques... Je viendrai donc écouter avec intérêt la conférence du docteur sur ce sujet délicat!
On verra aussi ce qu'apportera le futur projet de loi sur la famille, pour le moment personne ne parle de l'adoption si ce n'est pour la restreindre encore plus...

Pour les familles d'enfants d’Haïti ou d'ailleurs qui bataillent pour obtenir les adoptions plénières, il s'agit malheureusement à mon avis d'une position des magistrats en défaveur les adoptions individuelles. Et je ne vois rien changer sur ce sujet dans le contexte actuel.

Virgule

Anonyme a dit…

Pour répondre à Jérôme. Non, GPA et adoption ne sont pas à mettre sur le même plan, tout ce que j'ai écrit va en ce sens.
Lorsque je dis que ça peut être un argument massif pour plaider en faveur des adoptions plénières des quasiment 1000 enfants d'Haïti, c'est parce que je pense (peut-être trop optimiste ?) que puisqu'il est important d'accorder la nationalité française aux quelques 40 enfants issus de GPA cela montre que la question de la sécurité et du statut des enfants est désormais considérée, et que, de ce fait, cela représente un argument pour les plénières qui mèneraient à sécuriser les enfants. C'est donc un argument. Il me semble qu'il y a plus de sensibilité pour ces questions aujourd'hui qu'il y a 3 ans. Mais peut-être que je suis idéaliste.
Tout autre parallèle entre les deux situations me paraît effectivement absurde.
Entre parenthèse : je viens de voir "Maitre" Collard en train d'amalgamer joyeusement couple homo et GPA... et il n'est pas le seul. Comment voulez-vous qu'on s'en sorte si l'on ne cesse de mélanger ces deux plans (alors même que l'autorisation GPA n'est à l'ordre du jour pour personne en France, mais ça je l'ai déjà dit) ?
Anne

Jean-Vital de Monléon a dit…

A force d'être trop solidaire avec les familles du séisme (je ne dis plus enfants, mais familles puisqu'elles aussi ont vécues le séisme), je deviens moi aussi couillon, ça doit être contagieux....

Mais je tiens à signaler qu'en écrivant ce message, je n'ai absolument pas penser aux familles homos qui avaient fait des PMA, mais à des familles hétéro.... c'étaient eux "mes" malins... d'où ma colère vive que les deux débats soient mélangés... car vraiment je ne pensais pas au débat sur la parentalité homo en écrivant cela... j'étais peut être le seul, mais c'était le cas !

Comme Virgule, dans les refus de plénière, je vois plus une position de magistrats que de ministres... mais quand le ministre dit que pour le bien des enfants, il faut penser à eux, pourquoi ne le dit-il pas pour d'autres. Parce qu'ils n'ont pas le sang de leur père, parce qu'il n'y a pas eu de personnalités influentes dans les familles du séisme (je vous l'ai dit , il n'y avait que des couillons, c'est du comique répétitif), parce qu'il n'y a pas encore eu de film ????

Anne : Collard amalgame ce qu'il veut, moi comme je l'ai dit et redit ce sont les adoptés (car plus fragiles) qui me préoccupent en premier.

Et proche des idées exprimées par Jérôme, je suis inquiet par ce que pensent beaucoup (certains l'ont écrit dans ce blog) : un adopté il existe c'est pas grave, un enfant fabriqué par GPA, PMA on le fait c'est plus grave, c'est l'objet de ceux qui le font. Je raccourcis, caricature bien sûr. Mais un enfant adopté, il existe, il a souffert, il a été chamboulé, et à défaut du parfait qui n'existe pas, du meilleur dificile à trouver, il faut tout faire pour lui trouver le mieux possible.

Anonyme a dit…

Et pourtant, la lettre de juin 2010 prétextant d'une soi-disant opposition des autorités haïtienne - ce qui était un mensonge, nous le savons aujourd'hui - à la conversion en plénière des jugements d'adoption simple émanait du MAE et la trop fameuse circulaire de décembre 2010 (demandant surlégalisation des consentements éclairés en Haïti, chose quasi impossible à obtenir et si cela était obtenu, les tribunaux rejetaient parfois le consentement surlégalisé en prétendant qu'il s'agissait d'un faux !) émanait du ministère de la Justice... Les TGI ont pour grande partie suivi. Ce n'est donc pas seulement un problème de magistrats (même si c'en est un aussi), mais bien une question politique.
http://adoptionefa.org/images/stories/divers_-_actualit/psalvage%20rjpf%2012-2011.pdf
Anne

Anonyme a dit…

Un dernier mot (passke c'est patoussa...). Jamais je ne vous ai comparé à Collard, c'était simplement pour montrer que l'amalgame GPA-couple homo est fait de partout, haut et fort et qu'à la longue cela fait perdre de la clairvoyance. Ce qui explique mon premier commentaire : effectivement, au vu des billets précédents, j'avais surinterprété votre dernier billet en ce sens (je ne ferais plus, promis !).
Sinon, je reste heureuse pour les enfants issus de GPA, si quelqu'un doit être sanctionné c'est leur parents, et pas eux... et pour l'instant, leur absence de statut sanctionne les enfants. Mais ne me faites pas dire que ces enfants méritent plus de reconnaissance que les enfants adoptés (pour qui ce ne serait pas grave). Il y a des problèmes juridiques dans les deux cas, et les enfants n'ont pas à payer pour quelqu'adulte que ce soit (même s'ils sont politiques). C'est pour cela que nous avons combattu pour les enfants d'Haïti, autant que nos moyens le permettaient.
Pour ces enfants d'Haïti il est temps que les plénières soient accordées. J'imagine bien que les TGI prétexteront qu'une affaire jugée ne peut l'être deux fois... mais la porte est entre-ouverte. A moins que les parents, épuisés par tant de lutte, ne demandent plus rien, ce qui serait tout à fait compréhensible.
A part cela, nos enfants - originaires d'Haiti - sont tout à fait parfaits (même et surtout quand ils ne le sont pas)... et pourtant nous ne les avons pas choisi, les hasards heureux de l'adoption sans doute !
Anne

Greg a dit…

Sur votre intervention à Versailles, je suppose que vous parlerez un peu d'épigénétique? C'est passionnant ce que les chercheurs ont trouvé ces dernières années, comme quoi les frontières ne sont pas si étanches entre nature et culture.
Bon, au sujet de votre lettre ouverte, çà fait drôle d'être replongé dans ces mois-là : les traumatismes, le collectif, les manifs; la médiatisation.
J'ai la "chance" de ne pas avoir de consentement éclairé, donc pour la plénière, je ne me sens pas trop concerné. Ce serait pourtant l'intérêt de mes enfants (parents bios morts donc aucune chance lien avec la famille d'origine + j'ai des enfants biologiques), mais seuls les papiers comptent. ce n'est pas grave, l'important, c'est de pouvoir élever ces enfants et ils pourront choisir la plénière plus tard eux-même. Quand on a cru pendant 72 heures qu'ils étaient sous les décombres, on relativise.
Ce sont surtout les enfants les couillons sur toute la ligne dans l'affaire... C'est vrai qu'on a souffert, mais on est adultes, c'est toute la différence.

cerisette a dit…

Ma fille Salomé et moi avons pu vous rencontrer lors de 2 consultations à Dijon.
En 2012, nous avons eu la chance de nous trouver face à une juge empreinte d'humanité, intelligente, qui nous a accordé la plénière.
Dès lors, les changements chez Salomé, notamment psychologiques, ont été fulgurants. Elle s'est enfin autorisée à poser ses valises, à se penser résidente légitime en France et à ne plus culpabiliser parce qu'elle avait survécu au séisme. Elle est très drôle, ose faire des bêtises, accepte de ne pas être toujours d'accord sur tout avec tout le monde.
Alors, ce matin, en écoutant les infos, j'ai eu la même réaction que vous. "Quoi, ces personnes qui ont enfreint la loi vont obtenir la nationalité française pour leur progéniture et tous les droits qui en découlent ?" Après, en apprenant que ces enfants n'avaient pas de couverture maladie ni d'existence légale parfois, je comprends qu'il faille agir.
Mais, en bonne jusqu'auboutiste, alors accordons la plénière, à titre rétroactif bien souvent, à ces 1000 timouns arrivés d'Haïti en 2010 et 2001 ainsi qu'à tous ceux arrivés avant mais qui ont aussi subi le refus de plénière.
En entendant la réaction du cabinet de Mme TAUBIRA, j'ai eu l'impression que c'était essentiellement une question de nombre (une quarantaine officiellement).
Alors, c'est sûr, nos timouns sont bien trop nombreux.
Mais comme l'a dit l'un des derniers communiqués d'EFA, la plénière apporte un tel apaisement et un tel réconfort aux familles, notamment celles meurtries par le séisme puis par les batailles judiciaires.
J'aimerais tellement que tous ces dossiers connaissent le même bonheur que ma petite famille.
Cordialement
Sabine, heureuse maman de Salomé, 8 ans 1/2, from NDN, Mulhousiennes

Anonyme a dit…

Bonsoir,
pour mon cas, la procédure d'adoption de mon fils a débuté le 09 janvier 2009, j'ai attendu patiemment que tous les documents soient faits en toutes légalité. Et pourquoi ? je me pose la question, maintenant ! Et oui, mon fils est arrivé par un vol sanitaire le 02.02.2010, vol affrété par la France avec vérifications minutieuses faites par les autorités Françaises. Et nous voici après avoir obtenu la plénière par deux fois (1ère instance et appel), en cassation demandée par Mme Le Procureur !!! On me dit que les tribunaux sont surchargés... alors pourquoi autant d'acharnement pour une procédure qui se déroulait sans aucune difficulté jusque là ? Je me pose encore la question à ce jour...
Alors OUI, je me bats, je m'endette, pour que mon fils le soit officiellement aux yeux de la loi !!!
Une maman qui a souffert et qui souffre encore pour un enfant qui est déjà SON fils quoiqu'en pense les autorités...

Une autre Anne a dit…

Oui il faudra un jour nous expliquer pourquoi sans changement de législation, un jour, la France n'accorde plus les adoptions plénières pour les enfants nés en Haïti, ou dans d'autres pays aussi.
Pourquoi, pourquoi...
Génétique ?
Oui en enfant né par GPA a des liens du sang (bien qu'il doit aussi y avoir des GPA avec 2 dons de gamètes...)et c'est important les liens du sang en France !
Nous on a des liens du coeur dans notre famille et ça dérange les liens du coeur parce qu'ils ne sont pas visibles au microscope du politique, du juridique, de l'économiste... Alors on décide que c'est différent. C'est peut-être pour cela d'ailleurs que les familles homoparentales auront le droit d'adopter et pas le droit de l'aide de la médecine, l'homosexualité non plus n'est pas visible dans le microscope...
Mais enfin, quand est-ce qu'on va se poser la question essentielle : l'ENFANT !!! L'enfant qui a le droit a une famille, l'enfant qui doit être protégé, l'enfant qui doit être sécurisé : nous devons tout à l'enfant, l'enfant ne nous doit rien !
Et dans le débat actuel, il est important d'apporter une sécurité aux enfants qui sont là et qui grandissent ! Ouvrons les yeux :les enfants naissent au sein des couples homosexuels bien plus souvent qu'ils sont adoptés (les lois des pays étant ce qu'elles sont à l'international). Alors ces enfants qui naissent, oui il faut qu'ils puissent être adoptés par le conjoint en France.
Me reste la question de la rédaction de l'acte de naissance... Parce que cet acte c'est celui qui dit l'histoire de l'enfant. Et si nous imaginions aussi un débat de ce côté là : moi je ne veux pas choisir lequel d'entre nous sera parent 1 ou parent 2 parce que nous le sommes tous les deux en un ! Mais je veux bien un acte qui dit que mon enfant est né de... Et qu'il est adopté par... qui sont désormais pleinement et irrévocablement son papa et sa maman ! Et qu'à la fin on lui donne sa nationalité française comme s'il était né ici pour qu'au gré des lois et de l'avenir il n'ait jamais de problème pour renouveler sa carte d'identité !
Et je veux que son papy, sa mamy soient reconnus, sa tata, son cousin...
Je veux tous les droits pour mon enfant pour qu'il puisse faire ses choix !
Oui mon enfant voilà ce que nous voulons pour toi. Ton histoire est, tu la connais, tu en parles quand tu veux et cela n'a rien à voir avec un statut parce qu'en réalité, aujourd'hui, ton statut en France c'est sans nationalité française !
Oui couillons que nous sommes que d'avoir crus qu'un enfant adopté puisse avoir autant de droit qu'un enfant né de !
Alors couillons que nous sommes, nous nous battons pour la plénière afin que justement les droits de nos enfants adoptés soient les mêmes que s'ils étaient enfants nés de ! Pour que l'adoption ne signifie pas discrimination.
Une autre Anne

Olivier10220 a dit…

Merci docteur de nous soutenir. Ils confondent tous sur les enfants d'Haïti : Droit aux origines et adoption simple. En imposant une double filiations, le droit aux origines devient un devoir. De plus je ne vois pas en quoi une plénière entrave une éventuel recherche de ces origines...

Brigitte a dit…

je n'ai pas le courage ce soir (je le ferai demain) de lire tous les commentaires, mais merci Doc pour votre lettre ouverte.
Ma nièce est un enfant du séisme, je l'appelle ma nièce mais légalement l'est elle ? Effectivement il a une grosse amertume, ma nièce a été adoptée avec un agrément en bonne et dû forme, dans un orphelinat agrée, son dossier est complet mais pas d'adoption plénière... dans la famille elle n'a pas le même statut juridique que sa cousine Lilou, aussi adoptée... Pourquoi ? c'est politique et je ne comprends pas...
Brigitte de Lilou
www.brigitteathome.com

Brigitte a dit…

au fait vous nous donnerez les infos exactes pour la conférence ? J'irai bien, Boulogne est proche de Versailles
Brigitte de lilou

Frederic a dit…

Bonjour,

Pouvez-vous nous dire ou l'on peut lire cette étude sur les enfants adoptés en Haiti ?

Merci d'avance

une lectrice-téléspectatrice a dit…

Pour ma part je crois avoir compris le sens du message tout de suite car j'ai réagi de la même manière et pouffé (jaune) à la remarque sur le téléfilm (que j'ai vu). Bonne idée, le scénario transposé. Quelques pistes, dont certaines bien trash. Une séance de groupe de parole de parents en attente. Les amitiés qui se forment. Une intervention auprès de politiques. Une mère solo qui se suicide parce que son enfant du séisme n'arrivera finalement pas et pour cause (transposition directe). Les mille tracasseries judiciaires. L'entourage qui ne comprend pas pourquoi les parents font tout un plat de l'adoption simple. L'instit qui convoque la mère parce qu'elle ne comprend pas bien un dessin, ou une phrase, qui lui paraît bizarre. Et l'image de fin, fabuleuse: deux gosses qui vont eng...... la juge.
A mon avis, c'est l'image de fin qui a tout fait...

Anonyme a dit…

Sauf que les magistrats nous rétorquent qu'avec l'adoption simple, "rien ne vous empêche d'obtenir la nationalité" et qu'en plus, "adoption simple et plenière c'est pareil" (entendu, et lu sur mon jugement français!) . Ce qui est vrai, c'est que la nationalité française est possible avec l'adoption simple! Dès lors, je ne suis pas sure qu'il faille comparer quelque chose de non comparable. On ne demande pas, nous parents des enfants du séisme, la nationalité ; on demande que nos enfants soient considérés comme de notre propre filiation!!
Maintenant, avec le cafouillage que tout cela suscite hors et dans le gouvernement, je ne suis pas certaine que cela ne nous flingue pas toute sortie qui aurait peut être pu un jour être enfin positive (quoi que plus personne n'y croit, on nous as trop usés!). Béatrice, maman d'un enfant d'haiti en adoption plenière et d'un autre en adoption simple, bien fâchée par cette nouvelle circulaire favorisant les parents qui ont triché

arnaud Condamin a dit…

Bonjour,

Je voulais simplement ajouter que le refus de l'adoption plénière pour les adoptions en Haïti a commencé avant le séisme. Nous sommes rentrés d'Haïti en septembre2009 avec notre fiston et déjà le problème du refus de la plénière par les tribunaux français battait son plein sur les forums. Pour notre part, nous avons d'abord eu un avis défavorable, mais après une comparution au tribunal cette plénière nous a été accordée grâce probablement au bon sens d'un juge...mais nous connaissons d'autres familles qui n'ont pas eu cette chance et qui se battent encore.
Merci Docteur de vous insurger tout haut sur une injustice que beaucoup de familles vivent dans le silence!
Laurence

Anonyme a dit…

Merci Docteur de votre lettre.

Quand j'ai entendu aux infos la nouvelle de ce droit accordé aux enfants issus de GPA, j'ai eu cette même réaction que la votre et d'autres apparement : je me suis réjouie pour eux car ces enfants sont privés de certains droits français (nationalité française, passeports, successoraux...) mais en même temps, je me suis effectivement sentie "couillonnée", c'est tout à fait le mot et cela m'a aussi mise en rage.
Pourquoi ne nous ecoute-on pas apres tous nos courriers, nos quelques articles presses, et surtout un travail enorme de longue haleine entrepris par des associations comme l'APAE Haiti et Egalité Enfants adoptés qui négocient et parlent en notre nom ?

Ma famille se sent "abandonnée", c'est le mot aussi par nos gouvernements successifs. Nous avons toujours fait connaitre nos demarches, l'adoption de notre fils etait, est encadrée par le MAE et le conseil general de notre departement depuis bien avant le seisme, nottre procédure est conforme à ce que Haïti et la France attendait sur un plan juridique, legal.
Alors pourquoi aujourd'hui, depuis presque trois ans, mon fils se voit refusé une protection juridique pleine et entière par le MAE, le ministère de la Justice, de la famille et le ministère de l'intérieur ? Pourquoi ? ¨Pourquoi n'a til pas les memes droits que ses soeurs adoptées plenièrement en Colombie auparavant, que son petit frère né par surprise ensuite ?
Je suis une maman respecteuse des droits français, j'aime mon pays, j'ai toujours répondue présente aux procédures adoptives de mes enfants vis à vis des autorités compétentes qui m'encadraient.

Mais là, je suis écoeurée, "dégoutée" de cet accueil minable qui est fait à mon fils, cet acceuil qui n'en est pas un. Nous avons dit aux juges de Nanterre que nous refusions de prendre l'adoption simple qui nous etaient proposée "PAR DEFAUT". Je comprends les familles qui l'ont fait mais je ne saurai me resoudre à accepter un "par defaut", faute de mieux pour l'instant, alors que ce droit à la protection pleine et entiere est un droit fondamental pour mon enfant. Devant notre retrait de role, le pire c'est qu'ils ont parfaitement compris notre choix.

Alors, quand on voit les députés mettre autant d'energie pour le droits des mineurs issus de la GPA, de la famille (débat prevu en mars prochain), il faut rester concret et mobilisés car ces mêmes députés doivent prendre en compte nos enfants aytiens laissés de côtés depuis 2010. C'est un devoir pour eux car non, ce n'est pas une majorité des familles qui a accepté l'adoption simple pour leurs enfants. Il reste prés de 600 familles où des enfants n'ont aucun jugement et papiers français, et il y a toutes ces familles, avant et apres séismes, qui ont accepté l'adoption simple "faute de mieux".
Comment nous faire entendre, je ne sais pas, je m'en remets aux associations mais je veux rester mobilisée, descendre dans la rue s'il le faut et svp, Docteur, continuez à etre présents pour nous car cela nous aide, c'est certain.
Merci
Servanne, maman de quatre enfants (3 adoptions et un bébé surprise) et bientôt une deuxieme surprise pour juillet.

Anonyme a dit…

Et oui, 3 ans apres, on en est encore la... Famille du seisme : mon ainée sera à jamais marqué par la seule fois ou elle m'a vu pleurer en découvrant les images de la catastrophe à la télé. Ma petite que je decouvre dans les ruines de son orphelinat à la télé à coté d'un camarade traumatisé cranien dans le coma et la medecin debarquant avec la journaliste prenant à parti la directrice par ce qu'elle ne lui avait donné que ce qu'elle avait : du doliprane... J'ai eu l'insigne honneur d'inaugurer le fameux sa guadeloupeen. Je confirme : des incompetents et des ignorants complets du monde de l'adoption. L'épreuve de devoir passer devant un jury de 3 psys pour obtenir la permission de quitter le centre. Enfin l'affront du Tribunal. Des magistrats ignorants egalement et manquant serieusement d'Humanité. j'ai entendu : "l'adoption pleniere, c'est la meme chose que l'adoption simple". "Mais si, avec l'adoption simple, vos parents sont reconnus comme grand parents" "Je me fiche de l'interet superieur de l'enfant, c'est moi qui decide"."C'est de la faute d'Haiti". "De toute facon, c'est pas la peine, j'irai jusqu'en cassation pour vous contrer"... Aujourd'hui je souffre du fait que mes deux filles n'aient pas le meme statut malgré des chemins de l'adoption identiques et des dossiers similaires. Cela ne nous empeche pas de vivre et de nous aimer. Mais ca laisse un gout amer. Je veux juste le securite maximale pour mes 2 filles et cela passent par la plenieres pour les 2. Et je me pose des questions : Comment un couple hetero peut avoir recours à la GPA ou un couple homo à une PMA en se lancant en toute connaissance dans des problemes colossaux? Comment faire un enfant en sachant que l'on est rien juridiquement pour lui?
Catherine

Jean-Vital de Monléon a dit…

Merci à tous pour vos commentaires, parfois douloureux.

Greg : Bien sûr que je vais parler d'épigénétique !

Pour les études, l'article de la thèse est en cours d'écriture avec un énorme tas d'autres choses

pour telespectatrice : très bien votre scénario, y a t il un producteur dans la salle ?

Enfin ( je me trompe peut être) mais si l'adoption simple donne la nationalité française... il faut attendre 5 ans pour l'obtenir
Et l'absence de consentement éclairé, surtout en cas de décés des parents bios n'interdit pas la plénière... ou plutot ne devrait pas...

olivier a dit…

Ben voilà
Cela faisait longtemps que j'étais pas venu sur ce blog...
Bravo, je suis de nouveau en colère!!!Pourtant, j'ai la chance de ne pas être cataloguer par vous parmi les couillons (mes enfants ont eu la plénière), mais je suis solidaire car j'ai une part de couillonnade en tant que parent adoptif.
Mais vous avez raison de soulever ce problème de qui se moque t'on!
Y en a marre de ce comportement de la société vis à vis des enfants adoptés et de leurs parents.
Nous sommes et devons être des familles comme les autres, avec les mêmes droits, les mêmes liens juridiques et affectifs.
Le sang n'est rien, l'amour est tout.

Olivier en colère,.. encore :0)

Anonyme a dit…

Vous vous trompez docteur! L'adoption simple permet de déposer de suite un dossier de nationalité et peut être obtenue dans la foulée. C'est le cas pour mon fils et pour tous ceux qui se sont un peu renseignés et n'ont pas écouté le SAI...
Enfin, certains TGI accordent maintenant la plenière en cas de décès des parents bio. Mais 2 points : ce n'est pas le cas de tous les TGI, et ce n'est pas toujours facile de prouver que les parents bio haitiens sont décédés!
Béatrice

Odile a dit…

Tout à fait mon sentiment en entendant qu'une telle circulaire était sortie...et nous alors, on est moins parent sans doute??? En tout cas quand je vois le harcèlement de certaines administrations , je sens que on est vraiment pas des familles comme les autres : X demandes d'actes de naissance, et sommum, photocopie de la carte d'identité pour la CAF et la Sécu (pour être sur qu'elle est française , l'acte de naissance ne suffisant pas bien sur!!)! délit de faciès à 5 ans, super, ma fille!! mon garçon s'en est mieux sorti, pensez donc un petit asiatique! Pfff.....

claire a dit…

Que de sensiblerie autour de ces plenieres d'"enfants du séisme"!!!!!Cela n'interesse plus personne!!!!!Quelques centaines de petits noirs.....Bienheureux déjà qu'on les ai acceptés à vivre en France!!!!!Il ne manquerait plus qu'ils aient des droits comme les autres en plus!!!!Alors qu'un sujet tel que les GPA.....Là oui c'est du serieux.....Et du SENSATIONNEL!!!!!De l'audimat,bigre,de l'audimat!!!!


Claire,maman d'un petit Haïtien pour lequel elle s'est battue avec son papa en manifestant sur les marches de la mairie de Brest pour son rapatriement,puis qui est allée le chercher en Guadeloupe (en parlant de blague...Non plus tard!!!!) pour le ramener 'fierement' dans le pays des droits de l'homme (si,si je vous assure),qui a été contrainte de faire sa demande de plenière sous la pression de l'administration (CPAM,CAF et compagnie)qui nous demandait tous les mois l'acte de naissance français de notre fils (malgré nos explications dès l'arrivée de notre enfant).Comme beaucoup nous avons eu un refus de plenière mais ce n'est pas grave car nous avons eu la simple(C'est pas la même chose?!?!On nous aurait trompés!!!!.En plus on a eu le droit à un cadeau: l"acceptation du changement de prenom de notre fils (Eh oui notre Wilguensley haïtien s'appelle desormais Will....Notre decision etant de "FRANCISER" son prenom(C'est pas comique ça!!!!) tout en respectant au mieux le choix de sa maman haïtienne)!!!Ah quelle tristesse que le français lambda ne sache pas à quel point notre justice française est à ce point généreuse et JUSTE!!!!Surtout avec des cousins de la famille de l'arche de Zoé(Comment ça j'insinue que l'opinion publique ait été manipulée pour mieux jsutifier le refus des plenières......Non,non ne vous méprenez pas:Nous habitons LE pays des droits de l'homme!!!)

Anonyme a dit…

Bonjour,

La reconnaisance de la nationalité française aux enfants nés par GPA est un exemple frappant de la suprématie aux yeux de la loi française de la génétique sur la filiation adoptive.
Dans notre cas, il nous faut un agrément, une procédure validée dans le pays d'origine puis par le TGI en France pour enfin voir notre enfant reconnu comme le notre et x mois d'attente entre toutes ces étapes.

Parents adoptants, nous respectons les lois françaises et des pays d'origine de nos enfants. Parents par GPA, ils ne respectent pas la loi française mais ils ralent alors ... une petite circulaire et voilà !
Marie maman de Raphaël en rogne

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je vous remercie de vos commentaires sur nous, les parents du séisme.....et malgré les 2 ans qui viennent de se passer....je suis encore à me battre....non pour la pleinière de mon fils...mais la simple....car mon petit est venu suite aux accords du 11 décembre (choléra) et sans jugement.....que c'est difficile, de nouveau, cette attente..et pour juste qu'il est une situation juridique en France....