mardi 13 novembre 2012

Souffrantes les familles adoptives ?

Grande série de formations en ce moment, en plus des soirées (ou matinées) EFA, arrive bientôt l'APAERK à Paris... et il y a autant de conférences pour des pros....

Samedi dernier c'était dans la très belle ville de Bourges (la cathédrale, la palais Jacques Coeur et les marais valent vraiment le coup), pour une assemblée de pédiatres, très sympas et accueillants, et surtout très curieux de l'adoption. Voici la preuve de ma présence, avec une de mes dernières chemises, ramenées de mon récent voyage.




Lorsque j'évoquais le ras le bol des familles adoptives (et à mes conseils de répliquer avec humour) par rapport aux questions qui tuent : "Il vient d'où ?", "Il a coûté combien ?", "C'est bien ce que vous avez fait !", "Et sa vraie mère, pas trop triste de l'avoir laissé partir ?", et le non moins fameux "C'est quelle race ?", la remarque d'une collègue m'a surpris....
Elle m'a dit : "Il doit y avoir vraiment beaucoup de souffrance dans l'adoption, j'ai quant à moi des enfants métis non adoptés, on m'a souvent demandé d'où ils venaient, s'ils étaient adoptés, et j'ai répondu sans problèmes car ce n'était pas méchant".

Effectivement, cela n'est pas méchant, cela est même souvent gentil.... mais c'est surtout curieux, et comme j'ai répondu à l'assemblée, cela signifie que pour beaucoup l'enfant adopté est L'ENFANT PUBLIC, phénomène qu'a notamment combattu mon amie Hélène Mahéo, quand elle était présidente du MASF (et tout particulièrement pour les enfants du séisme). L'enfant public appartient à tous, et tous peuvent (doivent) donner leur avis et ne pas faire confiance aux famille adoptives (qui sont toutes pathologiques comme chacun sait).

Cette semaine lâchez vous :

Allez demander à une famille d'africains, en montrant le petit dernier : "C'est quelle race ?".

Allez demander à un couple avec un bébé de 6 mois : "C'est bien ce que vous avez fait !" sous entendu il y a 15 mois.

Allez dire à une famille d'asiatiques, en montrant le petit dernier : "Il vient d'où ?".

Allez dire aux parents d'un enfant habillé à la mode : "Il a coûté combien ?".

Et surtout, n'oubliez de faire toutes ses demandes à haute voix en étant sûr que l'enfant entende bien !

Je n'ai pas eu trop droit (ou presque pas) à ce type de réflexions dans ma vie privée, mais vous êtes tellement nombreux à me l'avoir rapporté... que ce que je vois, plus qu'une souffrance c'est un ras le bol... et cela me pousse à poursuivre mon principal combat une meilleure acceptation de l'adoption dans notre société !

29 commentaires:

Mélissa a dit…

ça c'est trop vrai, la meilleur entendu à ce jour d'une dame vers ma soeur et ses 3 enfants nouvellement arrivés :

ça doit te faire drôle de te faire appeller maman par des étrangers...

Mélissa

Steph a dit…

Pour ma part cette semaine, une gentille dame m'a demandé à quel âge j'avais adopté mes jumeaux, je lui ai répondu deux mois et demi. Sur ce, elle me dit, "Ah c'est bien, c'est comme si c'était les votre alors ...." :-)

Anonyme a dit…

Le problème ce n'est pas ce que NOUS entendons, mais ce que NOS ENFANTS entendent. Et la souffrance que ça engendre chez eux. Il y a aussi "ils sont frères et soeurs?". Ce à quoi j'ai toujours envie de répondre: "Et vous, vos gosses, vous êtes bien sûr d'être le père biologique des 3?". Mais je ne le fais pas. Ce n'est pas ma vie privée...

mamounette a dit…

une vieille dame a dernièrement dit à ma fille de 13 ans:" elle doit te manquer ta vraie maman..."
et moi, je compte pour du beurre?
mais ce qui énerve le plus ma fille c'est quand ses copains de collège lui dise en parlant de moi:"mais elle, ce n'est pas ta vrai mère..." la vraie/la fausse= rien ne va plus!
Isabelle

Anonyme a dit…

"ils sont vraiment frères ? " est ce que nous entendons le plus souvent, je sais bien que c'est juste de la curiosité maladroite, mais derrière toujours cette notion que la véritable fililation ne peut être que biologique. Au départ je répondais "oui ils osnt frères ils ont les mêmes parents, mon mari et moi" mais même dit gentilment ça peut paraitre agressif, et puis surtout j'ai eu nombre de personnes qui insistaient "non mais je veux dire 'vraiment' frères?", à haute voix bien évidemment.

Nous attendons un troisième enfant, il viendra peut être d'un pays différent. Alors je n'ose imaginer ce qu'on va entendre sur la composition de la fratrie, j'en ai parlé avec mes garçons, qu'il faudra se défendre et affirmer nos liens, parcequ'ils seront véritables.

Nos familles interrogent, ne serait ce que visuellement, les représentations que chacun se fait de la notion de filiation, même inconsciamment. Tous un tas de phanstasmes gravitent auour de l'adoption, au niveau psychanalytique et aussi parfois juste à cause des média (ADZ, Madonna Johnny, le séisme et l'impression donnée que les gens sont aller récupérer comme ça au petit bonheur des enfants qui de toute façon étaient malheureux là bas alors c'est bon on prend le droit)

D'un coté les passants qui nous renvoie une image "hors normes" et de l'autre l'école qui veut normaliser, faire correspondre au niveau attendu des enfants qui ont quelques mois ou plusieurs années de vécu qu'on ne veut pas prendre en compte alors que justement l'école fonctionne par cycles.

Oui parfois la société peut être un facteur de risque en adoption, surtout en France où un noir né de noirs nés en France est considéré comme "un pas français, un étranger".(Exactement comme pour l'homoparentalité qui n'est pas en elle même facteur de risque, le facteur de risque étant plutot le fait que la société française n'est pas prête à considérer ces familles, et c'est celà qui peut être néfaste pour les enfants.)

Tout celà necessite un dialogue permanent, détramatisant et déculpabilisant avec nos petits.

Camille

Anonyme a dit…

Il y a aussi le plus que récurrent "Ils sont frère et soeur ?", suivi avec insistance après le "oui bien sûr" : "non, mais je veux dire VRAIMENT frère et soeur ?" parfois suivi par "enfin, je veux dire, ils ont la même mère ?"...
Maintenant "qu'ils" sont un peu plus grands, je les laisse répondre eux-mêmes... ou non. M'en fiche que mes enfants n'aient pas la politesse de répondre à des questions stupides (mais évidemment pas méchante... juste super perturbantes). Non mais, de quoi je me mèle !

Unknown a dit…

Je ne vois non plus rien de méchant et je préfère informer que laisser les gens ss leurs croyances (au mieux), leur bêtise (au pire).
J'ai mes répnses prêtes puisque ce ont toujours les mêmes questions. ma préférée est la question : "Oh ils ont de la chance!".
"Non, c'est nous qui avons de la chance de les avoir comme enfants".

La question de la fratrie ne se posera pas vu que c'est visible que ce ne sont pas des frères de sang. Mais je m'attends à ce qu'on nous demande si le 2e c'est lui notre "vrai" enfant.

Et quand nous avons dit que nos irions chercher notre 2e au Maroc,une connaissance a réagi par un "mais, mais il sera basané alors?". Ca nous a fait éclater de rire. Et c bizarre d'ailleurs car notre ainé né en Chine n'a encore jamais été taxé de basané. Vive les stéréotypes.

Brigitte a dit…

C'est vrai que l'enfant adopté est l'enfant de tous... je l'ai particulièrement senti quand ma fille Lilou était petite et que certaines personnes (notamment une en mal d'enfant) se sont "entiché" d'elle un peu trop...
Sinon beaucoup moins de questions depuis qu'elle est plus grande...
Moins de questions aussi quand on est maman solo ou une seule "c'est le papa qui est ? (sous entendu noir :-)
En revanche Lilou a eu du mal à l'école avec le "ce n'est pas ta vraie maman"... ça pas facile.
Brigitte

Nenette a dit…

Il faut vraiment que nous soyons encore plus forts pour nos enfants. Avec le recul je pense que tout cela n'est pas dit par méchanceté, mais par ignorance, curiosité un peu déplacée, inquiétude (mais elle ne sera pas handicapée votre fille quand même?), manque de finesse et de tact, trop grande sollicitude etc. J'ai déjà entendu pas mal de bêtises comme "pourquoi vous embêter avec ça, vous avez déjà deux enfants à vous?" au début je pouvais être gênée, peinée, mais aujourd'hui je pense que ce qui est le plus dur pour les enfants c'est sans doute notre réaction si ces remarques arrivent à nous déstabiliser.
Les adoptés appartiennent à tout le monde, mais les bébés aussi! Tout le monde les touche, donne son avis sur ce qu'il convient de faire "votre bébé est trop habillé Madame, pas assez il va prendre froid", certains n'hésitent pas à les prendre dans les bras sans vous demander... Et les questions hyper intrusives "l'accouchement s'est bien passé? "vous allaitez? bonne réponse = oui, sinon vous êtes sommée de vous justifier" les mamans bio connaissent aussi.
Les gens parfois ne sont pas finauds, comme quand ils s'extasient sur un bébé devant les grands frères, complimentent une petite fille d'être si jolie devant sa sœur... Les enfants handicapés ou différents suscitent aussi la même attention un peu pesante "qu'est-ce qui lui est arrivé" à un petit garçon brûlé au visage. Idem pour les petits enfants trisomiques qui attirent les gens, toute le monde veut s'en occuper "ils sont tellement mignons et gentils, les pauvres petits".
Au fond vos réactions sont peut-être fortes parce si on creuse derrière ces remarques il y a des petits fonds de vrai, des choses qui vous grattent. Je pense qu'il faut travailler très fort sur nous-même pour voir ce qui nous dérange tant.
Si on n'a pas envie d'expliquer, et c'est normal, pourquoi ne pas répondre simplement "nous préférons parler de ces questions en famille""c'est son histoire nous le respectons"? Je vais tenter comme ça.
Pour "ils ont de la chance" ça m'agace aussi, et j'ai la même réponse que vous "c'est moi que ça rend heureuse, je l'ai tellement attendue", mais si on réfléchit bien, oui ils ont eu de la chance d'être adoptés (pas d'être abandonné c'est une évidence) nos petits, sinon je serais contre l'adoption. A propos de la vraie mère, ben oui la vraie mère, la biologique c'est pas nous, c'est un fait.

Anonyme a dit…

Autre question à un bon couple bien classique, devant l'enfant : "votre mari est-il vraiment son père?".....je ris toute seule !
Frédérique

Béatrice a dit…

Petite mention spéciale à : "c'est son père qui est...?". Ca j'adore, c'est fabuleux!
On n'ose même pas dire le mot! :-D
Vraiment c'est impayable, merci!

J'imagine carrément la personne qui vous fait un gros clin d'oeil ou qui mime le mot "NOIR" avec la bouche bien tordue, à la François l'Embrouille. Oh mon dieu, c'est carrément un sketch :-D

J'ai lu sur un forum qu'une dame avait répondu: "Ah je ne sais pas." Ce que je trouve carrément délicieux.

Bonne journée à tout le monde :-)

B.

Unknown a dit…

Bonjour,

La question "Ils sont vraiment frère et soeur? ne m'agace plus... C'est le "Ah c'est chouette, grâce à vous, ils ne sont pas séparés" qui suit la réponse affirmative qui me hérisse. Je réponds toujours que si nous n'avions pas voulu une fratrie, NOUS n'aurions pas eu la chance de les avoir, puisque nous ne les aurions pas adoptés.
Je ne supporte par contre pas "Ils ont de la chance, j'espère qu'ils en sont conscients et qu'ils vous sont reconnaissants". Là, si je suis de bon poil, j'explique qu'on est reconnaissant à ses parents des soins et de l'amour qu'ils vous apportent mais pas de la position dans laquelle on a été concu et que j'espère que mes enfants seront reconnaissants que nous nous en occupions bien et que nous les appuyons dans leurs projets, mais pas que nous les ayons adoptés. Si je suis de mauvais poil, c'est plus "C'est nous qui avons de la chance, si eux en avaient eu, ils n'auraient pas vécu ce qu'ils ont vécu".
Mais le plus drôle, c'est que voyant que nous les avons adoptés car nous n'avons pas la même couleur de peaux, les gens se sentent autorisés à nous parler de leurs soucis pour avoir des enfants, leur parcours de PMA avec des détails techniques bien crus alors que nous venons de les rencontrer devant le toboggans du parc... Comme une jeune accouchée qui a droit à tous les détails des accouchements des autres...

Anonyme a dit…

... pour les enfants aux cheveux crépus, plutôt les garçons au cheveux courts : "j'adore "leurs" cheveux !!!" en les frottant énergiquement comme s'il s'agissait d'un petit chien. J'ai déjà pensé à "frotter" les cheveux fins de tel petit blond en disant : "Souvent "ils" n'ont pas beaucoup de cheveux, hein Mme Michu ! c'est la race qui veut ça", mais bon, le gamin n'est pour rien dans la bêtise des parents. Faudra que ces gens pas méchants fassent pareil pour le petit dernier d'une famille africaine... ah bon, ça ne leur vient pas à l'idée ? on se demande bien pourquoi, trouveraient ça mal placé, ah bon...

celnico and co a dit…

Ici aussi on a eu droit à toutes ces réflexions, séparément ou ensemble d'ailleurs, une indiscrétion dont les gens ne se rendent même pas compte. Du coup ils peuvent être choques si on leur répond par de l'agressivité...tout est question d'équilibre avec parfois la fatigue, l'usure de l'énième question de la journée qui fait que justement on à plus de patience un répondre...
Au fur et a mesure j'ai expliqué a mon grand le sens des questions qu'il pouvait entendre et surtout le sens de me réponses et de ce qu'il peux/veux dire ou pas si c'est lui qui est questionné.

Le "et ils sont VRAIMENT frères et sœurs" me gênait beaucoup et encore plus avec l'arrivée en 2013 de la petite troisième après une fratrie. Effectivement la encore une situation a creuser pour nous parents.


Céline
Maman d'un grand de 8 ans, d'une petite de 4 ans et d'une mini de 2 ans encore tout la bas

Anonyme a dit…

Quand les enfants viennent d'arriver, et quand on est confrontés à ces situations, on est c'est vrai, touchés, bousculés, envahis, ... mais au bout de quelques questions et surtout pour certaines d'entre elles, je n'hésite plus à répondre "je ne sais pas" aux questions du type "le papa est asiatique?", "c'est génétique?","il a du sang chinois?" : ça déstabilise immédiatement la personne qui est en face et évite toute autre question inutile; enfin le plus important est d'apprendre à nos enfants de répondre avec le sourire ou d'ignorer ceux que nous appelons les betacurieux, Anne

Gibie a dit…

J'ai très rarement eu le "il vient d'où" en tout cas pas en 1er, car en général, on prend mon loulou pour mon fils bio quand on n'est que tous les 2, et ils pensent que c'est le papa qui est d'origine asiatique...

Mais des connaissances, juste quand le loulou venait d'arriver qu'ils le rencontraient pour la 1ère fois en guise de félicitations : "je vous souhaite d'en avoir un à vous maintenant..." (double sous -entendu...) Ce à quoi je réponds naïvement en faisant comprendre que que je ne pige pas leur phrase et après qu'on m'est maladroitement éclairée, je leur ai lancé dans la figure que je ne souhaite plus être enceinte depuis bien des années maintenant !
Fallait voir leur tête... Niark !

Stéphanie a dit…

Il ne faut pas oublier les réflexions du corps médical (sorry doc) pour savoir si je ne veux pas tenter d'en avoir un à moi... Bien sûr, je les ai adoptés car je ne savais pas qu'il existait des traitements. Mais maintenant, je sais et j'espère qu'il y a un SAV pour ces enfants qui ne sont pas à moi...

Seguettes et cie a dit…

Deux moments clés dans ma vie de mère.

A la fin de la réunion de rentrée pour ma deuxième fille, l'instit avec dans la main le dernier certificat de scolarité, me regarde et dit : " Ah c'est vous la maman d'Abigaïl !" manifestement déçue que je n'ai pas les yeux bridés !

A un pique nique EFA avec notre ainée (notre fille biologique), un couple s'approche et nous dit : "Vous l'avez adoptée en Ukraine, c'est sur !" et nous de répondre : "ben, non, elle est de nous !"

En règle générale, lors q'une question indiscrète, j'en renvoie une du même tonneau en faisant attention à ce qui peut tomber dans les oreilles de nos filles.

Merci pour vos messages et ce blog !

Amélie
Maman d'une fille de 10 ans, d'une autre fille de 6 ans et demie née en Chine et bientôt d'un petit garçon né lui aussi en Chine ... alors qui est l'intru ??

Anonyme a dit…

Plutôt que d'être "public", l'enfant adopté veut surtout être "privé", au sens où il aimerait passer inaperçu et être comme tout le monde.
Et tous ces soi-disant problèmes de couleur, de forme des yeux ou de je ne sais quoi sont de faux problèmes.
Nés une seconde fois du désir de ses parents (ou son parent), il finit par leur (lui) ressembler, c'est le côté magique de l'adoption.
Mais comment faire comprendre ça à des gens qui ne croient qu'au bio et aux liens du sang ?

Les 3 Lulus a dit…

un matin au petit-déjeuner, notre fille de 6 ans nous a dit: "maman a la peau beige, papa a la peau beige un peu foncée, moi j'ai la peau marron comme du caramel, mais on a tous les trois, un ooeur tout rouge rempli d'amour !!!
Et à ceux qui lui disent ce ne sont pas tes vrais parents, elle répond: "bein si puisqu'ils m'aiment très fort !!!
Beau pied de nez à la bêtise ....

Agnès a dit…

Docteur, il est décidément temps pour vous de venir en Corse (EFA 2B)…
Il me semble que le contexte dans lequel peuvent être faites les réflexions me semble important. Si les réflexions racistes sont absolument intolérables, je tenais quand même à dire que certaines questions ou réactions peuvent être culturelles. Je m’explique : en Corse il est parfaitement naturel de dire un mot sur un enfant même si on ne le connaît pas (que ce soit à la caisse d’un super ou au jardin d’enfant). C’est le contraire qui est presque « anormal ». Ici l’enfant adopté n’est pas le seul à être « public » : tous le sont. Et c’est tant mieux car cela signifie que chaque enfant est digne de l’admiration verbalisée de tous. Le contexte insulaire et méditerranéen fait que l’on parle beaucoup et lorsque je suis dans la rue avec mes enfants il est fréquent que l’on me dise « Comme ils sont beaux ! Dieu les bénisse ! » ou « Comme il est blond ! C’est un petit Norvégien ? » ou encore qu’on leur fasse un câlin sur la tête. Il m’arrive de faire de même avec d’autres enfants et cela ne choque personne. Je sais que le jour où j’aurai mon enfant africain, on me posera des questions mais je sais aussi que je n’aurai pas à m’en offusquer : des réactions et des interrogations qui pourront sembler intrusives pour certains ne sont en tout cas motivées par aucune mauvaise intention. Me trouvant dans la même salle d’attente avec ma progéniture je serai extrêmement flattée lorsque des inconnus me demanderont à coup sûr si le papa est blond (non) si elle aime l’école (oui, pour le moment), preuve que ces gens perspicaces ont compris combien mes merveilles étaient dignes d’un intérêt bien légitime. Au contraire si personne ne s’extasie sur eux et n’a le bon goût ni la délicatesse de me poser des questions à leur sujet ou de faire une gentille remarque j’en serais très contrariée.
Bref tout ça pour dire que je fais partie d’une société qui n’aime pas l’indifférence vis à vis des enfants. Si des questions me sont posées sur mes enfants, je sais qu’elles ne sont jamais malveillantes et, moi qui aime aussi beaucoup parler, je réponds volontiers.
Bien sûr, il y a des interventions maladroites (« la vraie mère », « combien il a coûté ») mais les questions du style « De quel pays vient-il ? » ne sont pas des gros mots ! Pourquoi mon enfant serait-il forcément blessé d’entendre l’évocation de son merveilleux pays d’origine ? « Sont-il frères et sœurs bios ? » ne me choque à vrai dire pas plus que « Combien ont-ils d’écart ? ». Cela dit, pas tout le monde n’a envie de taper la conversation dans la rue, OK… Mais tout est question de contexte… Il existe aussi pleins de gens qui disent à propos de l’adoption : "Oh comme c'est beau ! " et ces mêmes gens m'ont dit "Oh tu es enceinte ! Comme c'est beau ! Comme tu es belle comme ça ! " (alors que j'étais une baleine avec des pieds de porc). Ou encore (pour ma seconde grossesse ): "Vous en faite un deuxième ! Comme c'est courageux !"
Tout ça pour dire que lorsqu'on annonce une adoption, il ne faut pas forcément prendre les réactions des autres comme obligatoirement stupides : avoir un enfant de quelque manière que ce soit c'est beau (même quand on est une baleine) et pour certains c'est courageux...
Ensuite beaucoup disent "C'est courageux" non pas pour l'adoption intrinsèquement mais pour tout ce que ça implique comme patience et comme acharnement parfois dans la procédure. Enfin, force est de reconnaître que l'adoption est une démarche extraordinaire, au moins au sens étymologique du terme, et il ne faut pas s'étonner des réactions et des questions parfois maladroites qu'elle suscite. Après évidemment ça dépend de la personne qui fait son commentaire : loin de moi l'idée que les beaufs n'existent pas... hélas.

Agnès

Anonyme a dit…

Agnès je vous cite : "une société qui n’aime pas l’indifférence vis à vis des enfants", pour rebondir...
Vous avez raison Et cela me rappelle une anecdote assez récente. Nous entrons dans la salle d'attente d'une vétérinaire, sans animaux, car nous venions voir la marraine de mon fils. Les dames présentes, assez âgées, interrmpent leur conversation pour nos saluer mais ne voyant pas d'animal avec nous, elles poursuivent leur conversation. Entrent 1 puis 2 personnes et chaque fois, la conversation s'interrompt pr s'extasier sur telle bestiole , s'inquiéter d'une autre... La vété arrive et présente avec fierté son filleul aux clients ... qui ne réagissent pas au gamin qui leur dit bonjour, mais enchainent aussitôt avec les soucis de leurs toutous...
Au moment même j'avais été interloquée. On est bien peu de choses parfois :D

Anonyme a dit…

Ce n'est pas forcément une souffrance mais de l'intrusion permanente. et c'est lassant.
je réponds maintenant sur le même ton.
"d'ou vient elle ?
de la maison... d'où voulez vous qu'elle vienne à 7h du matin ?
et vous ?
en général cela suffit pour rétablir le silence. voir le rire.

2-3 fois dans l'ascenseur et plus personnes ne posent de question.

OlivierM a dit…

Cela m'énerve à force ces questions à la c...
J'ai fini par dire une fois à mes collègues de travail que moi au moins, je n'avais pas la peine de me poser la question de savoir s'il était de moi contrairement à eux!

"Ils viennent d'où" : "et vous vous venez d'où?"

"C'est bien ce que vous avez fait!" qu'est ce que c'est nul cette remarque.réponse: "non c'est égoïste, je voulais des enfants, pas faire la charité, en plus cela m'a couté un max!" hahaha la tronche en face. Je vous rassure c'était ciblé !!et mes enfants n'étaient pas présents.

"C'est des vrais jumeaux ?" question doublement bête ! : un gars et une fille ,des vrais jumeaux, faudrait revoir vos cours de biologie !

Une amie ne comprenais pas quand on disais que des fois c'était un peu lourd de ne pas passer inaperçu, on n'a pas honte d'avoir adopté mais des fois on aimerai être tranquille en famille sans être observé .Un jour, je lui ai prêté mes enfants (euh elle est allée avec mes enfants en ville (de province)) elle a compris...

On s'habitue malgré tout, une fois j'étais avec ma femme, on trouvais quelque chose de bizarre, ben on nous regardais plus, ah oui les enfants n'étaient pas là.
Cela m'est arrivé avec les enfants :mais j'étais en banlieue parisienne.

Bref, il y a encore du boulot à faire dans les mentalités du pays et pas seulement pour l'adoption.

Une petite anecdote plus sympas.
A la maternelle, ce devait être une leçon sur les bébés je crois. "Les mamans noires cela n'existe pas ! pourquoi?" demande la maitresse. " ben XY et XX ils sont noirs et leur maman est blanche ! XY a alors expliqué que "Elle était sortie du ventre de .... qui était noire et qu'elle avait été adopté et que sa maman était blanche."

cléa bonal a dit…

Bonjour,

je me permets de vous écrire car je viens de tombre sur votre blog. Je me présente, je suis étudiant en Master 2 de psychologie à toulouse et, dans le cadre de mon mémoire de recherche, je m'interesse aux ressentis des mères adoptives.

Je vois que vous etes tres impliqué dans tout ce qui concerne l'adoption, peut etre avez vous des connaissances qui pourraient répondre à mon questionnaire.

Ce dernier dure 20 min et concerne les mères ayant adopté il y a moins de 3 ans.

Pour plus de renseignements, vous pouvez me contacter sur mon mail personnel clea12@hotmail.fr


Voici le lien vers ma recherche: http://enquetes.univ-tlse2.fr/index.php?sid=43366&lang=fr

Cette derniere sera publiée dans une revue scientifique si le nombre de participants le permet.

En vous remerciant sincèrement pour votre aide,

Cléa BONAL

Alice a dit…

J'ai eu "Votre mari est chinois ?" (chhhhht ! C'est le facteur)

Mamaucy a dit…

J'aime autant votre billet que les commentaires et témoignages qu'il suscite ! Ayant échappé à beaucoup de remarques concernant ma fille adoptée, grace à la technique dite "du regard qui décourage d'en parler" (fatigante mais efficace), je n'ai pu préserver mon fils bio car il n'y a pas que les enfants adoptés qui appartiennent à tout le monde : il y a aussi les nouveaux nés gazou gazou gazou, et surtout la jeune maman parturiente qui se voit taxée d'un hurlant "C ETAIT PAS TROP DUR L ACCOUCHEMENT" par une voisine de bus pleine de sollicitude mais aussi de réprobation parce que quand meme, balader un bébé de 2 semaines dans le bus, hein, on les cherche, les questions indiscrètes...
Bref bref, c'était la rubrique "les nouilles sont partout et elles se partagent"!
A bientot

Anonyme a dit…

Enervant de voir sur ce blog si intéressant et à propos d'un sujet aussi intéressant, ce questionnaire posté de partout en ce moment par cette étudiante du nom de Cléa. Surtout que son questionnaire de niveau amster 2 pourtant, sur le ressenti des mères adoptives, manque vraiment de rigueur et que de nombreux adoptants ayant voulu gentiment y répondre lui en ont déjà fait part... en vain.

sonia a dit…

décidement, j'adore vous lire, tous, les commentaires nous font prendre conscience que nous ne sommes pas seuls face à la curiosité mal placée du commun des mortels !!!mais je suis assez d'accord avec le temoignage de nenette , moi , aussi je pense surtout que les gens n'ont pas delimites dans leur questions !! la stérilité fait partie des chapitres auquel les questions n'échappent pas, qui est LE stérile, et comment et pourquoi, et va ton voir le bon docteur,puis les details physiques aussi, pourquoi on a quelques kilos en trop , pourquoi on ne fait pas de regimes, de sport, un effort, et trop de cheveux, mais tout d''un coup, quand on touche a nos enfnats, la, le côté protecteur prend le dessus et c'est la que ça fait mal ! recemment, je suis allée chez le medecin avec ma fille, adoptée et je lui parle de l'attente de notre numero deux, et la il me demande si on ira le chercher "tout la bas" ou s'il arrive a l'aéroport ....donc, en plaisantant, je lui reponds par chronopsot ...il rit, jaune, et me dit "excusez moi, ma question était ridicule"..................ben oui monsieur, mais vous aurez eu l'intellignece de vous en rednre compte !!! en sortant, ma fille de 8 ans riait en pensant à la boite aux lettres qu'il aurait fallu !! bon courage à tous