lundi 30 mai 2011

Actualités sur la Mort Inattendue du Nourrisson :




Lors du grand rassemblement des pédiatres français à Marseille, nous avons eu une réunion sur cette pathologie, qui pour avoir très très fortement diminuée, depuis les campagnes de couchage des bébés n’en reste pas moins trop importante, et trop négligée, car pour beaucoup la guerre est gagnée et ce n’est plus la peine de se battre…..
Et bien, le combat n’est pas finie, il y a encore beaucoup d’enfants à sauver, entre 100 et 200 par an en France, en éliminant le principal facteur de risque actuel, retrouvé dans des études françaises et anglaises : le partage du lit de ses parents par l’enfant, que cela soit dans le même lit, ou en collant un petit lit au lit des parents le risque semble le même d’après les études et malgré le fait que l’UNICEF conseille ces méthodes pour un allaitement plus prolongé, je ne peux que le déconseiller vivement….
Je sais la polémique qu’il y avait eu quand j’avais déjà évoqué ce sujet, je n’hésite pas à remettre le couvert ….. si un décès peut être évité par une maman qui aurait lu ce billet j’en serai heureux.

Un autre facteur de risque évident, tout ce qui est mis autour du cou des enfants : serviette (bavette), chainettes avec symbole religieux, prénom, signe du zodiaque, qu’il faut mieux suspendre hors de portée de l’enfant, et ces très moches colliers en faux ambre aux vertus ésotériques….. Qu’ils soient solides ou non ils sont dangereux. S’ils ne sont pas solides et qu’ils peuvent se casser le risque est d’avaler une perle, s’ils sont très solides, le risque d’étranglement est certain….. et puis croyez vous que cela serve à avoir moins mal aux dents…. Soyons sérieux deux minutes !

12 commentaires:

CAROLINE a dit…

Bonjour Doc,
Pourriez vous m'éclairer ? Je comprends bien le danger de mettre le bébé dans le lit de ses parents, mais pas celui du lit collé à celui de ses parents, ça m'échappe.
En tout cas merci de votre blog toujours intéressant, enrichissant et tout et tout.
Caroline

Anonyme a dit…

Monsieur,
comment ne pas faire culpabiliser les parents ? certains jeunes enfants meurent subitement sans avoir dormi avec leurs parents ou sans un collier ou toute autre chose de génant autour du cou ou dans leur lit ...
Nathalie C

Anonyme a dit…

Bonjour Monsieur,

Des enfants meurent subitement en dehors des conditions que vous décrivez ... qui font culpabiliser les parents.
Nathalie C.

Romi a dit…

De toute manière, je pense sincèrement, que les parents qui ont vécu un tel drame, doivent de toute manière culpabiliser, avec ou sans collier, co-sleeping ou pas ...

Maintenant, c'est le rôle du médecin de prévenir du danger occasionné par ces diverses pratiques.
aux parents de choisir en leur âme et conscience ...

Michèle

Cécile a dit…

Ce qui me désole c'est que les commentaires du type " moches colliers en faux ambre" veulent dire qu'en gros si on fait porter un tel collier : on est en vrac des personnes inconscientes, crédules, un peu c... aussi puisque selon vous on nous fourgue des faux et enfin on a mauvais goût.
Ce type de commentaire très scientifique va vraiment faire réfléchir, mais pas forcément dans le sens que vous souhaitez.
A vous lire nous sommes tous des irresponsables, c'est vrai " You know" et les autres seraient à peine des parents.
Ah je vous remercie aussi je vais dire à mon chef de service ( en pédiatrie) qu'il faut absolument qu'il retire l'horrible collier du cou de ses enfants.

Jean-Vital de Monléon a dit…

Pour Caroline : je vais être franc avec vous, moi aussi cela m'a étonné. Je pensais que les petits berceaux accolés aux lits des adultes n'étaient pas très dangereux. Mais les chiffres qu'ont donné les experts qui ont fait cette conférence (qui sont des grandes pointures dans le domaine de la mort inexpliquée du nourrisson) étaient évocateurs. L'augmentation du risque, extrêmement important, existent dans les deux cas. Pourquoi ? Je ne saurais vous le dire, peut-être bascule du bébé dans l’interstice, peut-être un membre du parent qui vient écraser le bébé ? Je n'en suis pas sûr, mais devant les chiffres qui nous ont été présentés, je ne peux que vous informer.

Jean-Vital de Monléon a dit…

Pour Nathalie C : la question n'est jamais de culpabiliser, mais de prévenir. Dans le dernier cas de mort subite inexpliquée du nourrisson dont j'ai eu à m'occuper, il y a quelques mois, j'ai rencontré les parents le lendemain du décès, puis au bout de quelques semaines quand les résultats des analyses ont été connues. Cet enfant a été retrouvé mort entre ses deux parents. Lors de la première rencontre, devant ces gens complètement effondrés, j'ai essayé de donner le maximum d’empathie, d'aide, de conseils et surtout d’écoute. Je n'ai absolument rien dit sur le facteur de risque énorme que nous avions constaté. Cela aurait épouvantable de notre part, de les enfoncer encore plus. Quelques mois après, lors de la deuxième visite, qui sert aussi de prévention pour les futurs enfants, ce sujet a été largement abordé. Tout d'abord par les parents, qui s'était renseigné, sur le Web, mais surtout auprès des associations de parents. Ils avaient bien compris ce risque. Là encore, nous avons pas du tout chercher à les culpabiliser, ne niant pas qu'il s'agit d'un facteur de risque, mais n'affirmant pas de pmanière systématique et violente, que c'est le co-sleeping qui était la cause certaine du décès de leur enfant. Nous n'en savons rien, si ce n'est que c'est un facteur de risque !

Je suis entièrement d'accord, avec le commentaire de Romy qui suit le votre, facteur de risque retrouvé ou non les parents victimes d'un tel drame culpabiliseront toujours. Notre devoir médical est de prévenir, jamais de condamner les parents qui ont subis une telle souffrance.

Jean-Vital de Monléon a dit…

Pour Cécile : je suis désolé de vous avoir vexé ou attristé mais je ne suis pas mécontent de votre commentaire qui me permet d'apporter des petites précisions.

Trois choses : la beauté, l'utilité et la dangerosité.

La beauté : j'ai horreur du foot, des bagnoles allemandes (BMW, Audi), de Claude François, de Christophe Mahé, des livres de San Antonio…… Choses pourtant très populaires…. J'aime le rugby, mon VTT,U2, Jacques Brel et Renan Luce, ainsi que beaucoup d'auteurs contemporains, vous avez le droit de détester tout celà. Les goûts et les couleurs ça ne se discute pas. Je trouve personnellement ces colliers de faux ambre très moches, mais vous avez le droit de les trouver jolis.

L'utilité : je reprendrai comme exemple une de mes colères contre le Nutella. Je comprends que l'on puisse aimer cela, mais je suis scandalisé quand la publicité extrêmement bien faite pour ce produit essaie de nous faire croire que ce produit est essentiel pour les enfants … Cherchant même à culpabiliser les mamans qui n'en donneraient pas à leurs chers petits, lesquels ne pourront pas alors de nuire face à toutes les difficultés de leurs journées d'enfants. Alors que le Nutella c'est du gras et du sucre. S'en faire une tartine de temps en temps pourquoi pas, mais présenter cela comme un outil indispensable au bien-être de l'enfant je ne suis pas d'accord. Si quelqu'un, arrive un jour à me démontrer que les colliers d’ambre ont une quelconque utilité contre les maux dentaires, je réviserai ma position…… Ceci ne serait pas trop grave s’il n’y avait pas le troisième point.

La dangerosité : comme pour le Nutella, l’argument : « en tout cas ça fait pas de mal » ne tient pas la route pour les colliers d’ambre. Tout ce qui est mis autour du cou des enfants et laissé pendant leur sommeil est reconnu comme dangereux. Je ne vois pas d’autre chose à affirmer. Je sais, "I Know", car j'essaie de me tenir au courant de lire, d'entendre des spécialistes de la question, et je ne vois pas pourquoi, quand on m'informe d'un danger, je ne le répeterai pas aux familles.

Si, vous me dites, qu'un chef de service de pédiatrie mets autour de ses propres enfants des colliers d’ »ambre », cela me désole, cela me chagrine même. Mais, j’en ai malheureusement vu, qui, à l’heure actuelle , 20 ans, après la preuve mondiale (authentifiant cette position comme la cause des 4/5° des Mort subites du Nourrisson), conseillent encore aux parents de coucher les enfants sur le ventre !

Cécile a dit…

Je vous remercie de votre réponse. Je ne suis pas forcément en désaccord avec vous sur tout. Je voulais essentiellement souligner que informer c'est capital mais que la forme est aussi importante et qu'elle peut parfois desservir le propos, aussi légitime soit-il.

Jean-Vital de Monléon a dit…

Merci Cécile

CAROLINE a dit…

Merci de votre réponse. J'en prends bonne note pour la suite !
Je m'en vais lire de ce pas votre dernier billet. Bonne journée

Dave a dit…

Bonjour,
Vous dites : "en collant un petit lit au lit des parents".
Là, je suis très étonné : je trouve partout sur internet, qu'au contraire, coucher le bébé dans son propre lit dans la chambre des parents diminue fortement le risque de mort subite !
Il me semble que l'on peut être beaucoup plus à l'écoute de son bébé et de sa respiration lorsqu'il est dans notre chambre plutôt que dans une autre.
Et pour l'allaitement, quoi de plus logique...
Cette recommandation de coucher bébé dans une autre chambre ne daterait pas du temps où l'on conseillait fortement au mère de ne pas allaiter !?